• - Petites randonnées

     

     

     

  •  

     Nous étions venus ici parcourir exactement le même cheminement en septembre 2017, il y avait, on s'en souvient, un brouillard à couper au couteau pendant notre montée jusqu'au Mourre de la montagne de Gache.

    Le Mourre, (un museau en provençal) c'est ce roc tout au bout de la longue falaise, en forme de museau selon l'angle sous lequel on le regarde.

    Ici, la montagne de Gache et son Mourre, juste en face, est photographiée depuis la route qui relie Sisteron à Gap.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     A Sisteron nous prenons la route du Temps qui s'enfonce dans le défilé de la Pierre Ecrite, cette grande dalle qui fait poser bien des questions.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Claudius Posthumus Dardanus, homme illustre, revêtu de la dignité de patrice, ex-gouverneur consulaire de la province viennoise , ex-maître des requêtes , ex-questeur, ex-préfet du prétoire des Gaules, et Nevia Galla, femme clarissime et illustre, son épouse, ont procuré à la ville appelée Théopolis l'usage des routes, en faisant tailler des deux côtés les deux flancs de ces montagnes, et lui ont donné des portes et des murailles. Tout cela a été fait sur leur propre terrain; mais ils l'ont voulu rendre commun pour la sûreté de tous. Cette inscription a été placée par les soins de Claudius Lepidus, comte et frère de l'homme déjà cité, ex-consulaire de la première Germanie, ex-maître du conseil des mémoires, ex-comte des revenus particuliers de l'empereur, afin de pouvoir montrer leur sollicitude pour le salut de tous, et d'être un témoignage écrit de la reconnaissance publique.

    ******

     Depuis trois siècles, les érudits ont défilé devant "Peiro escricho" le terme provençal pour pierre écrite et leurs déclarations parfois fantaisistes ont nourri les rêveries des bergers : ils parlent des deux mille esclaves qui ont percé le flanc de la montagne, d'une cité de marbre rose dont le reflet apparaît encore sur les nuages au couchant, de statuettes d'or ensevelies... de bien d'autres choses encore.

    Cette terre est donc une terre de légende : il faut s'en réjouir.

    ******

    A quelques mètres de la Pierre Ecrite nous prenons le sentier balisé jaune dit "sentier de découverte" nous le suivons jusqu'à son point haut, tout près du vieux chêne multi centenaire.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     la grimpette est rude, nous sommes en plein été et pourtant l'humidité est importante, la végétation trempée de rosée nous mouille abondamment.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Regard en arrière sur le défilé que nous laissons en bas, nous continuons la montée raide, mais sommes toutes, facileSisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Nous voilà au carrefour avec la piste qui circule en balcon sous la montagne de Gache, le vieux chêne, bien mort, est pourtant toujours debout. Nous quittons le sentier de découverte, pour partir sur la gauche et nous nous enfonçons dans une forêt où les vieux chênes, énormes, ne sont pas tous  décimés par le grand incendie du milieu du XXème siècle 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     sous le couvert des chênes plus jeunes, deux ânes sont au repos, ils nous regardent passer, appartiennent-ils au propriétaire de la yourte dissimulée dans la forêt ?

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     superbe forêt de chênes pubescents

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Le soleil cogne fort aujourd'hui, après un passage découvert, rapidement nous revenons vers le couvert des arbres, autant que possible, ça ne durera pas 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Maintenant nous sommes quasiment hors sentier, pour rejoindre le Mourre, il nous faut traverser une pente herbeuse, puis un lapiaz, nous filons sur notre trace GPS de la dernière fois, à peu de choses près.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     les lavandes sont épaisses et parfumées

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Joubarbe

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Nous nous dirigeons au mieux à travers la végétation, il nous faut suivre le lapiaz pour arriver au plus près du Mourre 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     beaux bouquets d'ail rond

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     le lapiaz

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    et brutalement sans que rien ne le signale, nous voilà au bord de la falaise, le mourre est un peu plus sur notre gauche, une sente suit la ligne de crête. 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     le Mourre de Gache

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Un gros cairn marque l'endroit, une dalle gravée d'un poème y est placée, hélas de plus en plus effacée par l'usure du temps. Plus bas, une grande dalle est gravée d'un autre texte signé de Xavier Dechaux, le graveur des calanques et de la baume du trou d'Argent, sur la montagne qui fait face, nous n'arrivons pas à la décrypter, de même que celle signée d'un certain "Cavalier" en 1866.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     en bas, la vue s'ouvre sur Sisteron et le confluent de la Durance et du Buech 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Nous filons vers l'est, le long de la ligne de crête, sur cette portion le sentier est assez bien marqué

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     les avions tracteurs de planeurs nous survolent et lâchent leur "bébé" avant d'aller en chercher un autre, le ronflement du tracteur s'estompe rapidement pour laisser place au sifflement du planeur qui s'en va chercher les courants aériens ascendants

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Nous laissons à droite le sentier bien marqué qui revient tout en bas sur le sentier de découverte et continuons sur la ligne de crête, cette fois nous sommes complètement en hors sentier.  

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Mais nous savons où nous allons, aucun risque de se perdre, il suffit de trouver le cheminement le plus confortable ce qui n'est pas si évident.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Tout là-bas, dans un coin de verdure qui tranche avec l'aridité de ce versant, notre coin pour la pause nous attend, le vieux hêtre, torturé et noueux, un "fau" est là ,nous offrant une belle ombre fraîche sur une herbe verte 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Pas complètement mort, trois belles branches repartent vers le ciel dans une grosse touffe de  gui qui le colonise

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     superbe et impressionnant

    Nous reprenons, à regrets, notre parcours en cherchant la suite du cheminement, de vagues sentiers se dessinent, nous filons au mieux en direction d'un plateau où nous amorcerons la descente vers la piste qui circule tout en bas.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     laissant derrière nous à droite, la ligne de crête de la montagne de Gache, longue de plus de 4km. 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Nous arrivons sur la piste et commençons  notre retour

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    sans omettre de passer devant l'oratoire Notre Dame du Chêne 

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Un bon vieux chêne creux transformé en oratoire en son cœur.

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Puis c'est le retour sur la piste où nous sommes arrivés ce matin, et descente nettement plus difficile que la montée par le sentier raide qui nous ramène à la Pierre Ecrite

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     Fin de rando, courte mais superbe

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

     

    Sisteronnais, Le Mourre de la montagne de Gache

    Une rando souvent en hors sentier d'environ 11km pour un cumul de dénivelé de plus de 500m.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    1 commentaire
  • Pour cette seconde rando de fin juin dans le Devoluy, nous mettons le cap sur le charmant village de La Cluse que nous traversons pour prendre la piste forestière qui nous arrête au pont qui franchit l'Abéou, l'impétueux torrent qui a maintes fois emporté ce fameux pont.

    Direction le GR 94 "tour de pays du Buech" qui grimpe raide dès que nous quittons la piste., notre objectif, les Archers à 1850m  mais auparavant le col de Plate Contier à 1900m environ.

    Devoluy, les Archers

    Devoluy, les Archers

     avec quelques passages où il faut regarder où et comment poser les pieds !

    Devoluy, les Archers

     Tout de suite les fleurs de montagne apparaissent

    Devoluy, les Archers

     Doronics à grandes fleurs

    Une vue arrière nous offre le spectacle de la montagne d'Aurouze qui joue à cache cache avec le soleil

    Devoluy, les Archers

     Nous traversons le premier ruisseau, le "torrent des Ormans" et nous arrivons à la bergerie de Boudelle

    Devoluy, les Archers 

    rencontre avec son nouveau berger nettement plus sympathique que son chien qui, en traître, vient me mordre les mollets.

     Devoluy, les Archers

     Puis le GR arrive sur l'alpage, le balisage très espacé n'est pas facile à suivre, mais se perdre est difficile, il suffit d'aller vers le haut 

    Devoluy, les Archers

     en face de nous, le gros chaos rocheux des Archers, où nous irons, mais pas tout de suite...

    Devoluy, les Archers

    traversée du ruisseau du Gite qui coule bien 

    Devoluy, les Archers

    Et rencontre avec les centaines de vaches qui sont éparpillées sur la prairie 

    Devoluy, les Archers

    Devoluy, les Archers

    Un beau buisson bien épineux de Roses Pimprenelles 

    Nous quittons le GR pour un sentier bien tracé mais peu fréquenté qui grimpe directement au col de Plate Contier, laissant le joli oiseau sur son caillou, il se demande où nous pouvons bien aller, vu qu'à ce niveau la sente est quasi invisible tant les fleurs sauvages abondent

    Devoluy, les Archers

     Devoluy, les Archers

     Sauge et Silène enflée dans un pré de Rhinantes à crêtes de coq

    Devoluy, les Archers

     Anthyllides

    Devoluy, les Archers

    œillets de Dieu

    Devoluy, les Archers

     Myosotis

    Devoluy, les Archers

     Gentianes bleues

    Devoluy, les Archers

     Une marmotte siffle pour alarmer les copines mais en vain, elle est seule

    Devoluy, les Archers

     et enfin, voilà les fleurs tant attendues, les Lys de Saint Bruno qui se trouvent en grand nombre sur la partie haute du sentier

    Devoluy, les Archers

     Lys et Rhinantes se partagent l'espace

    Devoluy, les Archers

     discrète Nigritelle rose

    Devoluy, les Archers

     et éclatants Asters des Alpes

    Devoluy, les Archers

     somptueuse Raiponce

    Le col de Plate Contier 1897m est en vue, nous y ferons une petite pause parmi les fleurs

    Devoluy, les Archers

    De l'autre côté, le vallon de Garnesier s'ouvre à la vue, cette fois-ci, nous n'irons pas.

    Devoluy, les Archers

     Devoluy, les Archers

     Nigritelles

    Devoluy, les Archers

     Centaurées

    Nous revenons sur nos pas et dans la descente nous filons, un peu hors sentier, pour rejoindre une sente peu marquée qui nous emmène vers le col du Grand Vallon 1850m.

    Devoluy, les Archers

     Devoluy, les Archers

     Il est où le sentier ?

    Devoluy, les Archers

     puis c'est l'arrivée au col du Grand Vallon où nous ferons notre pause de midi, à l'ombre claire d'un résineux

    Devoluy, les Archers

     Tout en bas du vallon, remue ménage, deux biches apparaissent, après leur stupeur de nous avoir trouvés ici, elles se rendent compte que nous ne sommes pas dangereux, bien trop éloignés et se remettent à brouter.

    Devoluy, les Archers

     Nous reprenons le cheminement qui monte vers les Archers, le sentier pour le moment bien marqué, va vite redisparaître 

    Devoluy, les Archers

     Devoluy, les Archers

     Les trois petits lacs marqués sur la carte sont à sec, dommage

    Devoluy, les Archers

     nous filons par une sente assez marquée vers les Archers, encore un peu de grimpette, facile

    Devoluy, les Archers

     et nous voilà, dans ce fortin de roches qui entoure une prairie superbe

    Devoluy, les Archers

     en filant sur la croupe, nous devrions recouper le GR au delà du col de Lauteret nous dit la carte, à la côte 1800 et quelques...

    Devoluy, les Archers

     balade dans les herbes folles et les fleurs

    Devoluy, les Archers

     calme et sérénité de rigueur

    Devoluy, les Archers

    Effectivement nous recoupons le GR et revenons vers le col de Lauteret où nous referons causette avec le berger vu le matin, mais sans son chien hargneux cette fois. 

    Devoluy, les Archers

    descente vers l'alpage des vaches qui ruminent au soleil

    Devoluy, les Archers

     traversée des ruisseaux qui dévalent de la montagne

    Devoluy, les Archers

     Vue sur l'ancienne bergerie de Boudelle

    Devoluy, les Archers

    passage sous une belle couverture feuillue

    Devoluy, les Archers

    et retour au pont sur l'Abéou, fin de rando.

    Devoluy, les Archers 

    Une balade d'environ 12 km pour un cumul de dénivelé de 740m.

     Devoluy, les Archers

     L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique