• Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     

                 L'Aigue brun est une rivière du Vaucluse qui prend sa source dans la combe de Bade Lune, elle traverse huit communes, Auribeau (source), Saignon, Sivergues, Buoux, Bonnieux, Lourmarin, Puyvert, Lauris et se jette dans la Durance après 23 km de parcours.

    Nous allons faire cette balade dans la partie, à mon avis, la plus sauvage donc la plus belle et la plus dense en végétation, au départ du parking situé en contrebas de la route, peu après le Prieuré de st Symphorien.

    Une balade en aller/retour de part et d'autre de la rivière quand c'est possible. Peu de dénivelé, aucune difficulté, et un décor on ne peut plus sauvage dans une Nature qui a une forte tendance à reprendre ses droits.

    Parcours partiellement balisé de la ferme Seguin jusqu'au carrefour de sentiers avec le GR, mais cheminement évident.

     

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

    clic pour agrandir la carte

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Rando sous le signe de la fraîcheur et de l'humidité, même si la rivière est parfois à sec (pompages et cours d'eau quelquefois  souterrain vu le faible débit) .

    Depuis ce parking, il faut un peu chercher le sentier très caché dans la végétation, puis rapidement traverser par un petit gué et filer entre les buissons, ce matin humides de pluie.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Les gorges de l'Aiguebrun recèlent de véritables trésors, il suffit d'ouvrir les yeux... et de ne pas marcher en regardant ses godasses.

    Abris sous roches servant de bivouacs ou anciennement de bergerie, vestiges d'habitations troglodytes, moulins en ruines sur la rivière, l'eau c'était la vie, et ici les anciens savaient l'utiliser à bon escient.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Cheminement rive droite (défini par le sens du fil de l'eau comme de bien entendu) nous remontons la rivière, le sentier parfois prend un peu de hauteur et nous fait admirer le cours d'eau enfoui dans les arbres envahis de lierres et de lianes.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Vestiges d'habitat troglodyte, une cuve taillées dans la pierre, des trous creusés dans la roche servaient à y fixer poutres et poteaux en bois.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Arrivée au Moulin Clos, un pont en fer et béton permet de traverser mais le moulin est une propriété privée en ruines, un grillage avachi essaie d'en  interdire l'entrée.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Plus loin, nous sortons de cette végétation luxuriante et nous arrivons au pied des falaises de Buoux tout près de la ferme Seguin.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Là nous traversons l'Aiguebrun pour dorénavant cheminer sur l'autre rive , cheminement dans le  ravin de l'Enfer, sombre et humide.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Plus haut, le lit de l'Aiguebrun est complètement à sec, en face la falaise est abrupte, nous y reviendrons au retour

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Un immense lierre "mange" la falaise

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Résurgence d'eau, rocher moussu, ici le taux d'humidité est maximal parfois le cheminement à des airs de forêt Guyanaise

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Le sentier croise le GR qui file en montant vers Sivergue et les gorges s'ouvrent un peu, laissant apparaitre quelques timides rayons de soleil, de nouveau à sec la rivière laisse encore apercevoir quelques vestiges, ici un pont en fer et béton, sans béton, deux ferrailles traversent un cours d'eau sec et prennent appui sur deux piles aujourd'hui inutiles, en amont une digue de pierres assemblées laisse deviner une resclave.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     cheminement dans un pré verdoyant et mouillé pour arriver sur un joli mini pont de pierre qui enjambe un ruisseau affluent de l'Aiguebrun

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Les gorges sont maintenant très ouvertes, nous arrivons au hameau des Près Blancs

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     nous traversons la route, cherchons la suite du sentier qui file dans une longue prairie puis s'enfonce de nouveau sous les arbres

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     et débouche à notre point d'arrivée, le hameau de Regain.

    Propriété privée nous restons juste en limite pour notre pause pique nique avant d'entamer le retour.

    Un superbe rocher tabulaire est mangé par des lierres.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Seul endroit au sec et ensoleillé de ce parcours, nous allons en profiter...

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Retour par le sentier identique à l'aller

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Puis arrivés vers la Baume de l'Eau, cet abri sous roche immense qui par endroits ruisselle toute l'année.

    A l'aplomb de la roche, il pleut !

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     les arbres qui ont poussés (aidés par une humidité permanente) partent en biais chercher le soleil

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Ce coté des berges est encore plus sauvage que l'autre, la végétation y règne et c'est tant mieux.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     A l'approche de la ferme Seguin, le sentier laisse voir ses origines, une magnifique calade dans le plus pur style du Luberon.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     passé la ferme Seguin nous reprenons le sentier du matin, délaissant la rive opposée où circule la  piste puis la route.

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Gours le long du cours d'eau

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Retour au parking pour une balade d'environ 14km600 et d'un cumul de dénivelé de moins de 300m.

    **************************

     

    Le long du cours de l'Aiguebrun se trouvent deux ponts remarquables, des ponts dits "à coquille"  une des deux arches de contrefort du pont se trouvant en virage, l'artiste qui a conçu ces ouvrages a taillé les pierres pour former une superbe coquille.

    Travail de compagnon tailleur de pierres ? (certainement mais aucun signe visible de compagnonnage...et j'ai cherché !)

    Travail d'artiste ou d'esthète ?

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     le pont à coquille de Lourmarin (parapet restauré et moche)

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

     Le pont à coquille de la combe de Bonnieux, en état d'origine,

    la coquille se poursuit plus haut sur le parapet

    Luberon, les gorges de l'Aiguebrun

    Une restauration serait nécessaire pour ne pas voir un jour un tel chef d'oeuvre s'écrouler, mais pas une restauration en béton...il y a des artistes compagnons tailleurs de pierres qui ne demandent qu'à travailler.

     

     

     

     

    « Calanques, Le belvédère céleste Titou NinouMont Olympe et rocher de 11heures »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 17:23

    Bonjour Jean-Luc, toujours aussi captivantes vos balades. J'ai pas mal arpenté l'Aiguebrun mais je vois qu'il me manque un tronçon. Celui menant à  Regain. Contrairement à vous, j'aurais tendance à faire cette marche quand il fait un peu chaud car les gorges sont assez humides...et froides en hivers. En parlant de gorges, je me demande si celles du Régalon sont encore ouvertes compte tenu des pluies récentes. Vous souhaitant de sportives et belles balades. Bien à Vous. Muriel.

    2
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 17:33

    @Muriel

    bonsoir, parcourir les gorges en cette saison c'est aussi profiter d'une végétation luxuriante, même si il n'y a que peu, voire pas, de fleurs sauvages.

    Il suffit de se couvrir...sourire.

    les gorges de Régalon sont réouvertes à la rando (vu sur le site de la FFRP) mais restent toujours sujettes au niveau de l'eau; Elles étaient interdites depuis plusieurs mois suites à des éboulements.

    Cordialement, belles balades

    jluc

    3
    Alice Faure
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 17:49

    Superbe ....bien sûr , c'est moi, il reste un tailleur de pierres à Lacoste Pierre Lapellerie .....on peut lui en toucher un mot.

     J'ai beaucoup aimé le chapeau de papi....Biz

    4
    Vendredi 16 Octobre 2015 à 18:26

    @ Alicette

    oui bien sûr, on aura l'occasion de lui en parler et d'ailleurs pourquoi ne pas lui demander s'il a des "choses" à exposer lors de notre Lacoste culturel ?

    Quant au chapeau, j’attends de te voir avec celui ramené de Chine...le bleu, tu vois celui dont je parle?

    sourire...yes

    tu l'auras dimanche pour te protéger de la tite pluie prévue?cool

    bisouilles

    Papi Harib...

    5
    le vieux scaf
    Samedi 17 Octobre 2015 à 08:17

    Non pas une mes DES restaurations seraient necéssaire, mais la àps de sous, on en a besoin ailleurs...!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :