• Devoluy, le Puy de Rabou

     Retour dans le Devoluy pour cette belle balade qui se mérite, non par ses difficultés mais par les forts pourcentages de pentes, que ce soit à la montée ou à la descente.

    Au départ du charmant village de Rabou, perché sur sa butte, nous filons en direction du sommet arrondi qui se pointe devant nous, le Puy de Rabou. 

    Nous laissons sur le côté le sentier des bans qui se faufile dans les gorges du petit Buech et au niveau de l'oratoire dédié à Sainte Roselyne nous prenons un entier peu fréquenté et parfois difficile à suivre qui grimpe sur la pente de la Chaumasse.  

    Devoluy, le Puy de Rabou 

    le pic de Bure la tête dans les nuages 

     Devoluy, le Puy de Rabou 

    le Puy de Rabou

    Devoluy, le Puy de Rabou 

    l'oratoire de Sainte Roselyne 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Le coteau de la Chaumasse est devant nous, pentu et raide.

    rapide vue arrière sur la croupe de Rabou et le clocher de son église qui pointe dans le ciel, au loin, la falaise de Céüse.

    Devoluy, le Puy de Rabou

    longue et rude montée en forte pente dans un large sentier tracé comme une piste puis nous arrivons dans les limites du territoire des moutons 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Heureusement que le soleil ne cogne pas trop fort car il n'y a aucune ombre, ici c'est herbe à brebis exclusivement.

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Nous arrivons en vue de la bergerie du Puy, l'ancienne, sous l'arbre en haut à gauche et semi détruite et la nouvelle cabane de berger, magnifique sur sa pente herbeuse 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Une grosse envie de passer un séjour ici !!!

    Nous faisons une petite pause en essayant de trouver un endroit où poser les fesses sans se retrouver dans le migon (crottin des brebis) 

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Plus haut les brebis ne nous calculent même pas, très occupées qu'elles sont à ratiboiser la montagne. 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Le sentier au balisage très espacé nous emmène vers un superbe frêne qui a poussé entre quatre vieux murs d'une ruine, planter un frêne à proximité des bergeries était fréquent à une époque où la nature devait constituer la totalité de l'alimentation du bétail.

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Dans de nombreuses zones de montagne, le feuillage du frêne est traditionnellement utilisé pour l’alimentation du bétail. Il s’agit donc d’une essence particulièrement

    adaptée pour être utilisée dans les systèmes sylvopastoraux (combinaison d’un élevage et d’une production de bois de qualité).

    Dans ce type de système,  les arbres bénéficient de l’effet de la fertilisation par les animaux, tandis que ces derniers trouvent dans l’ombre des arbres un refuge contre le soleil et le vent. 

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Le sentier contourne le sommet du Puy par une sente en balcon qui nous offre une vue superbe sur la vallée de "Rivière" tout en bas et les sommets qui entournet le pic de Gleize, en face.

    Nous entrons dans une hêtraie comme on entre dans un tunnel, quelle  différence brutale avec le paysage sans la moindre ombre qui a précédé !  

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Des hêtres tortueux, noueux étranges, encore un bel exemple de ces hêtres appelés des Faux !

    Devoluy, le Puy de Rabou

    étranges mais accueillants. 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Au sortir de la hêtraie, il faut traverser une zone de marne glissante et heureusement sèche, passage délicat s'il en est.

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Devoluy, le Puy de Rabou

    puis un peu plus loin nous arrivons au col du Ferlieu où nous devons prendre une décision, passer par la droite en hors sentier et descendre vers le village ruiné des Tournillons ou par la gauche et rejoindre le sentier des Bans par la forêt du bois de l'Escout... 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Devoluy, le Puy de Rabou

     au col du Ferlieu dit aussi "col des Tournillons" la vue sur la montagne d'Aurouze

    Concertation : il est tôt nous pouvons prendre le chemin le plus long, passage par le bois de l'Escout et le sentier des Bans qui offrent tout de même un plus beau paysage.

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Nous prenons le sentier qui traverse en forte descente, dans de belles hêtraies, le bois de  Valerous

    Devoluy, le Puy de Rabou

    et, arrivés dans la superbe clairière nous faisons notre pause du médio sur une herbe verte et tendre dans un décor idyllique 

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Centaurée, en fin de vie, la saison est terminée pour ces fleurs de printemps

    Reprise du parcours, nous négligeons la piste qui peut nous ramener à Rabou pour continuer la descente vers le bois de l'Escout 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Devoluy, le Puy de Rabou

     vue panoramique sur la Dent d'Aurouze, en face, loin de l'autre côté du petit Buech

    Devoluy, le Puy de Rabou

     la sente dégringole en forte pente dans le bois et nous arrivons en bordure du petit Buech, sur le côté, les cheminées de Luvie, acérées et magnifiques. 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Nous prenons le sentier des Bans, que nous connaissons bien, en direction de Rabou

    Devoluy, le Puy de Rabou

     en bas, le petit Buech se tortille dans ses gorges

    Devoluy, le Puy de Rabou

    le passage délicat dans le pierrier est vite traversé

    Devoluy, le Puy de Rabou

    puis nous remontons par les lacets serrés jusqu'au passage sous la roche, en surplomb du petit Buech 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Devoluy, le Puy de Rabou

     Il ne nous reste plus que deux km environ pour revenir à Rabou sur une sente facile, passer l'oratoire de Sainte Roselyne et retrouver le parking. 

    Devoluy, le Puy de Rabou

     Fin de très belle rando.

    Devoluy, le Puy de Rabou

    Une rando superbe mais exigeante de 12km et 690m de dénivelé cumulé

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Hautes Alpes, le sommet de la petite CéüseVar, les cuves du Destel »

  • Commentaires

    1
    Mardi 21 Août à 13:03

    Bonjour Jean-Luc,

    Très beaux paysages  !!! Merci. Cependant, le passage sous les falaises m'a l'air sacrément vertigineux. Est-ce le cas ?

    Bien cordialement.

      • Mardi 21 Août à 13:53

        Bonjour Muriel

        le passage sous la roche est en effet vertigineux mais sans danger, la sente est assez large

        par contre la traversée du pierrier demande à ne pas se rater.

        cordialement JLuc

    2
    Le vieux scaf
    Mardi 21 Août à 13:24

    Cette cabane de berger çà te donnerai pas des idées par hasard  ? un endroit tranquille comme mon mazet cévenol pour écrire ton prochain livre ...

      • Mardi 21 Août à 13:54

        Euh...comment as-tu deviné ?

        amitiés

        jluc

    3
    CATALANE
    Mardi 21 Août à 17:19

    Oh, elle m'aurait bien plu cette rando ! Elle me fait beaucoup penser à la Vallée d'Eyne, dans les Pyrénées. Superbe, vraiment. Merci de m'avoir permis de m'oxygéner, car en ce moment nous randonnons dans notre jardin !!! Pas terrible. Mais nous nous rattraperons. Bises.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :