• Balagne, le bocca de Eltru

        Pour cette dernière rando de ce trop court séjour en Corse, nous filons de nouveau vers la vallée du Fango, mais cette fois-ci il y aura pas mal de grimpette et du kilométrage. Relier la vallée du Fango au col de Eltru et revenir en faisant une boucle, cette rando nous l'avions déjà faite, je l'avais, en son temps, tracée sur la carte, elle emprunte une piste puis rejoint un Tra Mare e Monti, je ne répèterai jamais assez, ce sont de superbes sentiers qui sillonnent la Corse, reléguant aux "touristes-randonneurs-pressés-marchant avec un chrono" le fameux GR20.

    Sur ces Mare e Monti tout n'est que beaux paysages, tranquillité, et corse véritable, encore faut-il avoir un esprit contemplateur.

    Nous garons le Duster au pont de Tuarelli, situé juste à la sortie du village, pont qui enjambe la rivière Perticatu qui se jette ici dans le Fango.

    Une piste large et facile file en direction des hauteurs, la maison de l'écologie de Piriu est sur le chemin, nous y passerons au retour. 

    Balagne, le bocca de Eltru 

    Large piste facile qui monte régulièrement en longeant le Perticatu sous une végétation légère qui donne juste ce qu'il faut d'ombre par ce très beau temps enfin revenu.

     Balagne, le bocca de Eltru

     Nous continuons par la piste de Perticatu, nous reviendrons par le sentier panoramique, plus long et plus difficile

    Balagne, le bocca de Eltru

    La piste s'élève régulièrement puis enfin nous arrivons à traverser la rivière sur un gué, ici les cartes mentionnent un pont et une maisons forestière...il n'y a plus rien et depuis belle lurette. 

    Balagne, le bocca de Eltru

     Balagne, le bocca de Eltru

     le premier gué du Pertucatu

    Balagne, le bocca de Eltru

    terminé le cheminement sur la piste, un sentier étroit et tortueux la remplace, la grimpette continue 

    Balagne, le bocca de Eltru

    encore un gué, nous approchons de la source du Perticatu, aujourd'hui nous pourrions dire LES sources car l'eau ruisselle de partout entre les pierres 

    Balagne, le bocca de Eltru

    les cyclamens sauvages sont de sortie dans cette humidité chaude 

    Balagne, le bocca de Eltru

     puis nous trouvons la bifurcation qui nous permet de filer en longue grimpe vers le sommet convoité, le plateau de Eltru et son belvédère 

    Balagne, le bocca de Eltru

     Là...ça se corse, sans jeu de mots. Le sentier est comme qui dirait abandonné à la nature vengeresse, à peine si la trace est marquée, nous étions passés ici il y a deux ans et c'était bien marqué, bien balisé. 

    Balagne, le bocca de Eltru

     Nous retrouvons facilement notre cheminement, d'autant que notre trace d'il y a deux ans est sur le GPS de rando, mais imaginons un randonneur arrivant ici pour la première fois...il y a de fortes chances pour qu'il se retrouve à errer dans la montagne.

    Balagne, le bocca de Eltru

    alternance de beaux sous bois et de zones rocailleuses 

    Balagne, le bocca de Eltru

    Balagne, le bocca de Eltru

    une ruisseau à traverser à gué en cherchant par où file la sente une fois sur l'autre rive 

    Balagne, le bocca de Eltru

     puis nous revient en mémoire ce superbe passage, le sentier construit par les hommes des siècles passés est encore là, il est bien mangé par la végétation mais il résiste...pour combien de temps ?

    Balagne, le bocca de Eltru

    Une belle vire aérienne avec une vue superbe 

    Balagne, le bocca de Eltru

    puis après quelques nombreux lacets en forte grimpette, nous approchons du plateau, là ça devient carrément de la marche à l'estime, le sentier n'est plus du tout visible 

    Balagne, le bocca de Eltru

    Ronces envahissantes, branches cassées, arbres morts abattus par la sécheresse de l'an passé et le vent, ça devient de l'aventure !

    Balagne, le bocca de Eltru

     mais il faut plus pour nous décourager et perdre le sourire

    Balagne, le bocca de Eltru

     le panonceau indiquant l'arrivée sur la plateau gît lamentablement au sol, abattu lui aussi

    Balagne, le bocca de Eltru

    Nous filons vers le belvédère, plus par mémoire qu'en suivant un hypothétique sentier 

    Balagne, le bocca de Eltru

    C'est bien d'enjamber les troncs morts, mais les fourmis y sont nombreuses et agressives... 

    Balagne, le bocca de Eltru

    puis nous y voilà...c'est ce belvédère sur les montagnes encore enneigées du Haut Asco que nous avions comme objectif !  

    Balagne, le bocca de Eltru

     Il n'y a que le bruissement du petit vent et le glouglou d'un ruisseau tout proche, mais où ? 

    Balagne, le bocca de Eltru

    les lavandes papillon se partagent l'espace avec les genêts corsica 

    Balagne, le bocca de Eltru

     Longue pause paisible ici, mais il faut repartir et c'est le plus difficile...s'arracher de ce coin de Paradis.

    Retour dans la forêt encombrée d'arbres morts, repérage du sentier de retour dans les broussailles

    Balagne, le bocca de Eltru

     Balagne, le bocca de Eltru

     puis le panorama sur la Balagne s'ouvre devant nous, la sente dégringole vers la vallée sans interruption et sans répit

    Balagne, le bocca de Eltru

    Traversée de chênaies pentues, de forêts de pins  et de yeuses 

    Balagne, le bocca de Eltru

    et sortie sur de la rocaille où chercher son chemin se fait en portant le regard loin devant 

    Balagne, le bocca de Eltru

    parfois sur les versants pentus sous bois il devient délicat de rester sur la trace, le GPS n'étant pas vraiment utile car pas assez réactif, on peut perdre le sentier en quelques mètres et ne plus le retrouver dans ses nombreux lacets serrés

    Balagne, le bocca de Eltru

    Balagne, le bocca de Eltru

    les prés des chevaux  de Piriu sont en vue, 

    Balagne, le bocca de Eltru

    nous passons à proximité de la maison de l'écologie 

    Balagne, le bocca de Eltru

    et ses énormes eucalyptus odorants 

    Balagne, le bocca de Eltru

    puis nous retrouvons la piste qui nous ramène au pont de Tuarelli 

    Balagne, le bocca de Eltru

     Fin de rando

    Balagne, le bocca de Eltru

     Une rando superbe de 14km pour un cumul de dénivelé de 810m mais au cheminement difficile sur le retour, le sentier étant en train d'être digéré par la végétation et parfois peu visible.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Corse, le sentier de Guy le facteur de GhjirulatuRoque Forcade et tour Cauvin »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 7 Juin à 08:26

    Magnifique balade, comm d'hab' bien sur, mais avec mon tassement des vertèbres qui me fait horriblement souffrir je ne vous aurais surement pas suivis ! Allez, bisous les amis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :