• Les gorges de Régalon

     Tôt ce matin là pour, bien entendu, éviter le plus possible la grosse chaleur, nous voilà au départ des gorges de Régalon dans le Luberon.

    Vérification faite que les massifs de Vaucluse sont ouverts, voiture garée sur la parking, nous filons en direction de ces belles et étroites gorges en traversant une oliveraie, attention propriété privée.

    Les gorges de Régalon

    Passé la barrière qui délimite les gorges, nous entrons dans un autre monde. 

    Les gorges de Régalon

    la lumière n'entre pas encore dans le ravin, les falaises sont hautes et resserrées

    Les gorges de Régalon

    l'érosion a fait ici un gros travail, les parois sont percées de toutes parts 

    Les gorges de Régalon

    parfois un gros rocher tombé dans le ravin, oblige à passer sur le côté obligeant à quelques contorsions 

    Les gorges de Régalon

     Les gorges de Régalon

    et d'autres, trop gros se sont arrêtés en cours de route, coincés entre les deux parois, celui-ci est énorme mais il y en a beaucoup d'autres  

    Les gorges de Régalon

    nous voilà à la grotte tunnel, un peu de lumière semble percer à l'autre extrémité, 

    Les gorges de Régalon

    Les gorges de Régalon

    dès la sortie nous nous retrouvons dans un sas étroit , il faut passer vers la droite et se faufiler entre les deux murs de roche 

    Les gorges de Régalon

     ici c'est très sombre et étroit

    Les gorges de Régalon

    Les gorges de Régalon

     un autre gros bloc stoppé net dans sa dégringolade menace la Gazelle, "mais non mais non...il est bien coincé !" 

    Les gorges de Régalon

    passages ludiques à souhaits ! 

    Les gorges de Régalon

     un peu de lumière réapparaît, c'est toujours aussi étroit mais moins profond

    Les gorges de Régalon

     ici, belle contorsion, il faut se plier en Z et grimper sur la roche lisse !

    Les gorges de Régalon

    nous arrivons au niveau de deux belles grottes dont l'accès est limité par des barrières métalliques, nous sommes en zone de protection de la nature 

    Les gorges de Régalon 

    le sol est recouvert de sable naturel qu'il faut éviter de piétiner

     Les gorges de Régalon

     un beau lierre grimpe le long de la roche ses millions de petites racines s'incrustant dans toutes les micro-fissures

    Les gorges de Régalon

     un autre grotte fait face, le fond en est ici aussi interdit

    Les gorges de Régalon

    puis nous entrons dans un joli bois de chênes verts ( yeuses ) nous ne sommes pas loin de la sortie des gorges 

    Les gorges de Régalon

    une borne indique les directions possibles, nous prenons vers "les Mayorques" et "Trou du Rat"  

    Les gorges de Régalon

    une cabane pour vieux sanglier ermite 

    Les gorges de Régalon

    puis c'est la sortie des gorges, une belle clairière ( une ancienne charbonnière dirait-on) nous accueille pour une courte pause 

    Les gorges de Régalon

    nous laissons de côté le sentier qui mène aux Mayorques ( ce sera notre retour ) et filons dans le ravin de la Galère 

    Les gorges de Régalon

    qui chemine en large piste sous le petit Luberon, après un virage serré à 180° nous arrivons sur un promontoire qui surplombe le ravin de la Galère et la sortie des gorges

    Les gorges de Régalon

    un gros cairn "un mont-joie"  attire notre attention, visiblement il a été édifié en souvenir d'une personne, une plaque de pierre portant un prénom gravé y est apposée.

    Les gorges de Régalon

    vue sur le ravin de la Galère et au loin, les gorges

    Les gorges de Régalon

     sur la piste une superbe empreinte fossile est à découvert

    Les gorges de Régalon

    nous prenons maintenant la direction de la Bastide de la Petrossi, la sente, large et agréable descend en direction de la Combe de Roque Rousse 

    Les gorges de Régalon

     les vestiges de la Bastide apparaissent

    Les gorges de Régalon

    Les gorges de Régalon

    une très belle maison agrémentée de nombreuses restanques qui devaient être cultivées, des tilleuls, une citerne...le rêve ! 

    Les gorges de Régalon

     Les gorges de Régalon

     Nous faisons notre pause de la mi-journée ici, à l'ombre... avant de continuer notre circuit en descendant dans la combe de Roque Rousse, laissant de côté la direction "Draïou des Mayorques" 

    Les gorges de Régalon

     puis plus bas, nous prenons un sentier non balisé, mais en forte grimpe sous un soleil de plomb, pour filer vers la ferme des Mayorques 

    Les gorges de Régalon

    la Crau des Mayorques (grande plaine plate et sans végétation haute, domaine des brebis)  s'ouvre devant nous, éclatante de soleil, il fait une chaleur torride, sans un seul brin de vent. 

    Les gorges de Régalon

    nous nous réfugions sous les auvents couverts de tuiles qui sont sur le côté de cette ancienne ferme restaurée par le parc régional du Luberon 

    Les gorges de Régalon

    Pour anecdote, lors du salon des auteurs régionaux de Lacoste en juin, j'étais à côté d'un auteur qui a, entre autre, écrit un livre sur la vie d'un homme, Roger Jouve, berger du Luberon, lequel a passé toute sa vie ici, et particulièrement dans cette ferme des Mayorques. 

    Les gorges de Régalon

    A Lacoste pour Cultures et Traditions avec le sympathique Arnoult Seveau, écrivain, paléontologue, spéléologue... Durant l'après midi, nous avons eu la chance de rencontrer le personnage de son livre, Roger Jouve le berger au regard malicieux amoureux de la nature et toujours prêt à raconter une anecdote

    Les gorges de Régalon

     

    Roger, une vie de berger entre Durance et Luberon

     « Quand on lit ce livre, on se dit que c’est un autre monde. » 

    Son auteur Arnoult Seveau en a pourtant vu : à la fois paléontologue, guide de trek, réalisateur, ou encore régisseur de l’émission «Rendez-vous en terre inconnue», ce globe-trotter était pourtant loin d’imaginer que tout près de chez lui vivait « le Sioux du Luberon ». Sa rencontre avec Roger remonte  à plus de dix ans : « Il m’a tout de suite plu. Il y a dans ce petit bonhomme à l’allure rustique, du farfadet, du lutin, mais aussi de l’apache, du Sioux», confie-t-il dans la préface de «Roger, une vie de berger entre Durance et Luberon : les mémoires de Roger Jouve ».

    Un livre inspiré par les nombreuses anecdotes de ce personnage singulier : “Pendant près de dix ans, nous avons partagé, à travers les activités du G.R.E.C. (Groupe de Recherche et d’Étude des Cavités du Luberon), une journée hebdomadaire d’exploration dans les vallons du Petit Luberon (…). Souvent, lors de nos sorties, je notais sur un petit carnet les histoires, les événements qu’il me racontait.

     Né en 1936, Roger est le précieux témoin de toute une époque : “Son récit nous parle, on retrouve ce qu’on a vécu, lui ont confié des lecteurs de sa génération. Pour survivre et agrandir son troupeau, Roger a fait un nombre incroyable de petits boulots : glaneur de plantes aromatiques, planteur de cèdres ou de pins, tailleur de vignes, éleveur d’escargots, trieur de laine…, d’où d’innombrables anecdotes. 

    *****

    Voilà pourquoi nous voulions passer ici à cette ferme des Mayorques, sur les pas de ce berger étonnant et particulièrement attachant.

    Les gorges de Régalon

    Nous prenons la direction des gorges de Régalon que nous allons descendre cette fois.

    Il nous faut faire une courte mais torride traversée de la Crau avant de prendre un sentier tortueux qui nous ramène à la clairière située en sortie des gorges.

    Les gorges de Régalon

    retour dans les entrailles des gorges , cette fois parfaitement éclairées par une forte lumière d'après-midi 

    Les gorges de Régalon

    vision différente mais nettement moins "fantastique" que dans la demi obscurité du petit matin, 

    Les gorges de Régalon

     Les gorges de Régalon

     Les gorges de Régalon

     la grotte tunnel est largement éclairée

    Les gorges de Régalon

     et à la sortie basse, l'indicateur de niveau d'eau fait un peu grise mine dans cette sécheresse ! 

    Les gorges de Régalon

    Une balade raccourcie pour cause de canicule  par rapport à ce que nous faisons habituellement mais pour laquelle il faut tout de même compter 12km pour un cumul de dénivelé de 350m environ.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

    « Le ravin des Encanaux

  • Commentaires

    1
    Le vieux scaf
    Vendredi 10 Août à 08:52

    Dans ces gorges il ne faut pas s'y trouver lors d'orages comme ceux d'hier ?

    2
    joel
    Samedi 11 Août à 17:54

    doit faire tres chaud je prefere la douceur auvergnate vivement qu il repleuve

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :