•  

     

        Le plateau du Siou Blanc, dans le Var est une magnifique zone naturelle encore bien préservée, voire un peu sauvage même, et c'est très bien ainsi.

    Nous y venons souvent, de nombreux articles sur ce blog en témoignent, mais nous avions en tête de rechercher quelques curiosités dont nous avions glané de minuscules renseignements ici et là De belles curiosités naturelles, bien entendu et dans cette grande étendue, au relief géologique étonnant, ça ne manque pas.

    Cette fois-ci, nous irons en direction des Morières.

    La voiture est garée sur la parking vaguement aménagé devant le grand Chêne de Mistral et nous voilà partis, direction, le puits de Junca, perdu dans la forêt.

     Le plateau du Siou Blanc est truffé d'avens de gouffres et de grottes, il ne retient pas l'eau des pluies ou de la fonte des neiges, voir ici clic, qui s'infiltre immédiatement dans le sous-sol, ce qui rend la présence de puits absolument précieuse. Ici un puits ou une source...ça ne se dit pas...enfin, pas trop...comme l'aurait dit Marcel.

     

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     après un bout de chemin sur la piste, nous prenons une sente qui rapidement s'enfonce dans la forêt de chênes, la trace est visible, à condition de ne pas la perdre de vue.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    D'ailleurs, après quelques errements sans conséquence, la balade dans ces sous-bois étant toujours agréable, nous trouvons ce puits de Junca. 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    un beau puits, bâti et protégé, l'ouverture de la,porte révèle le malicieux système de récupération de l'eau de surface.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Nous revenons sur nos pas, et filons dans la forêt, peu de dénivelé, mais quelques dolines et partout, des avens, grands et répertoriés, ou petits et donc assez dangereux si on ne regarde pas bien où se posent les pieds.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    la forêt s'éclaircie puis devient très clairsemée, une belle prairie, couverte de feuilles mortes en cette saison mais les  nombreuses touffes d'asphodèles sèches laissent à penser qu'au printemps ce ne doit pas être si mal que ça !

    Siou Blanc, quelques belles curiosités 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     les crocus sortent la tête de sous les feuilles de chênes 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     la barre des Morières est devant nous, il n'y a plus qu'à y aller, la grande piste forestière qui la longe nous indiquera quand nous y serons.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     encore des crocus

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    la piste est coupée, nous filons par un large sentier, vers Citerne Neuve, quelques vaches sont en tenue d'hiver et derrière leurs fils électriques (les avens étant un gros danger pour elles)  nous regardent passer, les distractions étant assez rares.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     bon voilà, nous sommes dans la bonne direction, la remontée du chemin continue...

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    et par une sente raide, nous arrivons au gouffre des Cistes, un peu trop profond pour nous , il est contourné et nous continuons

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    une belle roche offre un abri avec banc de pierre, l'endroit est frais et humide, nous ne nous y attardons pas. 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     pour arriver sur une belle dalle sommitale, la roche que nous cherchons la "tête de la Marquise" est tout près mais nous ne la voyons pas (trouvons pas, erreur de jugement), dommage mais comme nous reviendrons ce n'est pas une grosse déception.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    Par contre nous trouvons, son conjoint, plus difficile à trouver, la "Tête du Marquis" , facile à reconnaître, que c'est le Marquis, le cou est plus gros que celui de la Marquise ! (rire)  

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Une grosse roche en forme de tête posée sur un cou étroit

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     On redescend vers la piste, pour filer vers une autre belle curiosité 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    un gouffre quasi horizontal, la Baume dei Lumes, accès sans trop de difficultés 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Allez...viens !

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     les lampes frontales découvrent des concrétions magnifiques, pas trop abîmées, j'en profite pour rappeler à ceux qui viennent dans ces grottes, de ne pas toucher aux stalactites, le travail de l'eau est toujours actif, ces concrétions sont vivantes, toucher de la main, anéanti en quelques secondes, le travail de plusieurs années, de l'eau qui dépose des micro particules de calcaire.

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Il est temps de ressortir, au soleil, qui perce au travers de la végétation et réchauffe un peu l'atmosphère

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    pour filer vers une autre cavité, l'abri de l'Avelanier 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    Abri fermé par un muret de pierre, une jolie salle, servant visiblement de bivouac 

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     convient parfaitement à un ermite qui ne craint pas les rhumatismes, c'est assez humide !

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     la vague sente dégringole entre les arbres, pour passer devant une autre petite grotte

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

    la Baume du Paradis, joliment concrétionnée, elle aussi, sous une basse fissure, un réservoir en tôle galvanisée y a été installé et recueille l'eau qui goutte du plafond.  

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Il est temps de penser au retour, nous filons en direction de la piste, où là encore quelques belles roches aux découpes étranges nous attendent

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Siou Blanc, quelques belles curiosités

     Puis par un jeu de pistes et de sentiers, nous revenons au grand Chêne de Mistral, tout en se disant que nous allons revenir bientôt !

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

    Siou Blanc, quelques belles curiosités

     


    5 commentaires
  •  

        Les gorges de Trévans, dans les Alpes de Haute Provence, nous y sommes déjà allés plusieurs fois, en variant les boucles possibles, celle-ci, la plus courte fait tout de même partie des plus belles.

    Direction Estoublon, puis une fois dans le village prendre la direction de Trévans, une petit route nous emmène à un parking aménagé, se garer.

    Ce matin là, le temps est gris, un bon vent souffle au niveau du parking, mais ne se fera pratiquement plus sentir une fois dans les gorges.  

    Les gorges de Trévans

     Nous franchissons le pont de pierre sur le torrent Estoublaïsse, et nous nous engageons dans les gorges, le sentier est creusé dans la roche, l'eau émeraude du cours rappelle celle du Verdon, pas très éloignée. 

    Les gorges de Trévans

     le torrent Clovion se jette dans l'Estoublaïsse, nous le laissons de côté, nous reviendrons par là, la grimpe commence rive gauche, la sente s'élève rapidement 

    Les gorges de Trévans 

    une vire creusée dans la roche

    Les gorges de Trévans

    et l'Estoublaïsse est de plus en plus bas, nous allons pendant un moment le perdre de vue. 

    Les gorges de Trévans

    le sentier grimpe maintenant dans une forêt de longs pins noirs, puis rejoint la sente dite du Belvédère, et redescend en direction du hameau ruiné de Valbonnette 

    Les gorges de Trévans

    en corniche, un vieil arbre semble dire "viens viens"  ...

    Les gorges de Trévans

    en face, au loin les cimes enneigées 

    Les gorges de Trévans

    descente vers le hameau, il n'en reste que quelques pans de murs, bien que ce ne devait pas être un grand village, d'autres ruines sont probablement enfouies sous l'épaisse végétation, il suffit de regarder un peu pour apercevoir, de ci de là des vestiges de murs qui peinent à émerger de terre. 

    Les gorges de Trévans

     seule le vieux four à pain est presque intact, avec un peu de restauration, il pourrait reprendre du service.

    Les gorges de Trévans 

    Les gorges de Trévans

     les premières primevères bordent le chemin, en petits bouquets qui donnent un peu de couleur.

    Les gorges de Trévans

    au creux du vallon, d'autres ruines du hameau, dont cette bâtisse où trône une colonne de pierre qui fait poser question, j'ai ma petite idée, mais...pas évident. 

    Les gorges de Trévans

     Nous arrivons au bord de l'Estoublaïsse, dans une prairie appelée le jardin de Valbonnette, un refuge ONF y est...en bien piteux état, il est quasi certain que dormir à l'intérieur de cette ruine, serait plus dangereux que de rester dehors, même et surtout par mauvais temps. Un tantinet prêt à s'écrouler le refuge !

    Les gorges de Trévans

    boiseries plus que pourries, qui tiennent encore debout par habitude. 

    Les gorges de Trévans

    Nous faisons notre pause ici, au bord du torrent, l'eau y est glacée.

    Les gorges de Trévans

    Nous laissons derrière le refuge et le jardin de Valbonnette, pour franchir la passerelle sur le torrent afin de commencer notre parcours de retour par l'autre rive 

    Les gorges de Trévans

     au sortir de la passerelle, ne pas chercher à partir tout droit, le sentier n'est pas dans le décourageant éboulis qui est en face, mais bien discret, juste au bord de l'eau, à gauche.

    Les gorges de Trévans

    rapidement il reprend d ela hauteur et petit à petit va quitter le ravin de l'Estoublaïsse pour rejoindre le torrent voisin, le Clovion 

    Les gorges de Trévans

    en haut, gros coup de zoom sur les ruines  de la chapelle Saint André du XIIème siècle .

    Les gorges de Trévans

    une grotte au dessus du sentier nous appelle, comment refuser, le détour est court nous y allons 

    Les gorges de Trévans

    jolie grotte, assez vaste sans être profonde, mais sans grand intérêt, nous revenons sur le sentier. 

    Les gorges de Trévans 

    Les gorges de Trévans

     tout en bas c'est encore l'Estoublaïsse, la sente va virer fortement à droite et quitter ce ravin

    Les gorges de Trévans

    au dessus, le feuilletage de la montagne est impressionnant, elle est prédécoupée, comme un cake !

    Les gorges de Trévans

    après une belle descente sous les pins noirs, la double passerelle sur le Clovion, nous fait encore changer de rive 

    Les gorges de Trévans

    et passer en corniche sur un sentier où, sur une face lisse de rocher, figure cette superbe inscription : la Nature a toujours raison ! 

    Les gorges de Trévans

    la sente descend en lacets serrés, retour dans le ravin du Clovion 

    Les gorges de Trévans

    pour arriver au sortir du défilé du Clovion, juste avant son point de confluence avec l'Estoublaïsse 

    Les gorges de Trévans

     encore une passerelle, sur le Clovion

    Les gorges de Trévans

    puis une passerelle sur l'Estoublaïsse 

    Les gorges de Trévans

    Les gorges de Trévans

    et nous revoilà sur le parcours de ce matin, retour au parking. 

    Les gorges de Trévans

     Les gorges de Trévans 

    Les gorges de Trévans 

    Une agréable balade de 10km pour un cumul de dénivelé de 410m dans de superbes gorges, plusieurs variantes permettent d'allonger la rando.

     

     Les gorges de Trévans 

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     D'un petit "coup de voiture, nous allons voir les ruines du hameau de Trévans, ce qu'en dit le "wiki" :

    Le nom de Trévans apparaît pour la première fois dans les chartes en 1157. Une abbaye, nommée Saint-André-du-Désert, y est construite au XIII e, devient un prieuré, puis est dévolue aux carmes. Elle est plusieurs fois prise d’assaut lors des guerres de religion, et finalement abandonnée en 1575, date à laquelle les Carmes s'installent à Estoublon, village très proche. Ils y resteront jusqu'à la Révolution.

    Par arrêté préfectoral du 13 avril 1973, la commune de Trévans est rattachée, le 15 avril 1973 à la commune d'Estoublon.

    Le village est actuellement laissé à l'abandon.

    D'avril 1943 à avril 1944, "le camp  Josette maquis de Trévans" abrita des résistants, une stèle nous le rappelle tout près du parking. Ici sans fouiller, j'ai trouvé un éclat d'obus tout près des ruines du village...

      Les gorges de Trévans 

     Les gorges de Trévans

     

     **************

     


    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires