•  

     Voilà une rando hivernale faite début novembre. Au programme, contourner le mamelon de Garlaban pour aller à la Baume Sourne (grotte sombre) au départ d'Aubagne, tout au bout du chemin du Pin Vert.

    Nous garons la voiture juste avant la barrière DFCI, le sommet de Garlaban est en face de nous, la belle croix blanche récemment restaurée luit au petit soleil matinal.

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous filons en direction du vallon des Quatre Fers, laissant le Bec Cornu et le Bau des Gouttes sur notre gauche, mais juste avant d'attaquer la rude grimpette du vallon, nous prenons le sentier qui part sur la droite et redescend vers un ensemble de (belles) maisons abandonnées. 

    Garlaban, la Baume Sourne

    Le sentier, en balcon, est soutenu par un mur de pierres et chemine dans la garrigue

    Garlaban, la Baume Sourne

    Tout en bas, la vallée de l'Huveaune est dans une brume peu engageante 

    Garlaban, la Baume Sourne

    les ruines sont dépassées, le sentier devient étroit et grimpe sur une croupe qui domine Lascours et Roquevaire 

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous bifurquons à gauche, en direction du Garlaban, la sente est bien tracée, mais attention de ne pas la perdre, il y a de nombreux départs en tous sens. la montée continue régulièrement et s'oriente au nord

    Garlaban, la Baume Sourne 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Un petit collet en plein vent est passé, puis, par un sentier enfoui dans les yeuses et les argéras, nous arrivons au dessus du vallon de Garlaban et son sentier des Dansaïres 

    Garlaban, la Baume Sourne 

    La source de Barquieu est tout en bas, nous n'y allons pas, de même que nous laissons de côté la grotte du Papé,  

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous filons, brrr, il fait froid, vers le col de Garlaban. Mettant bonnet et veste, nous partons sur la piste qui se dirige vers le Tubé 

    Garlaban, la Baume Sourne

    puis, dans un virage, nous la quittons pour prendre le sentier en contrebas qui va nous emmener au dessus du Plan de l'Aigle (qui serait plutôt le plan de l'Aigue, mais bon, la francisation des mots provençaux donne parfois des ratés)   

    Garlaban, la Baume Sourne

    Nous cherchons et retrouvons rapidement la gravure de berger du XIXème siècle,  à ne pas confondre avec les gravures plus contemporaines de notre ami Louis Douard, et qui sont situées ailleurs. 

    Garlaban, la Baume Sourne

    Le mamelon de Garlaban émerge de la ligne d'horizon du plan de l'Aigue et se trouve maintenant dans notre dos  

    Garlaban, la Baume Sourne

     longue descente dans le vallon et nous arrivons au puits du Murier, qui se trouve lui aussi à sec.

    Garlaban, la Baume Sourne

     

    Garlaban, la Baume Sourne 

    Mais oui, ce sont bien "eux" il y a quelques années devant le puits, avec un peu moins de végétation.

     

     Puis, rapidement nous arrivons à l'entrée de la Baume Sourne .

    Garlaban, la Baume Sourne

     Le soleil de midi en novembre n'est pas encore assez bas pour bien éclairer l'intérieur de la grotte, mais suffisant pour commencer à voir le plafond et ses concrétions 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Tout au fond, une cavité m'attire...

    Garlaban, la Baume Sourne

    Garlaban, la Baume Sourne

    Non, ce n'est pas le boyau que je pensais, mais les concrétions y sont superbes 

    Garlaban, la Baume Sourne

    le soleil qui pénètre donne de belles couleurs mordorées, la frontale peut être éteinte  

    Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Pique nique dehors, face au soleil qui se fait timide, puis nous laissons le Taoumé sur la droite et revenons sur nos pas, jusqu'au col de Garlaban 

    Garlaban, la Baume Sourne

     le mamelon resurgit de derrière la croupe, au fur et à mesure que nous avançons 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Au col nous profitons d'un beau rayon de soleil pour nous poser un instant tout près de l'oratoire dédié à Saint Jean Marie Vianney, curé d'Ars.

    Garlaban, la Baume Sourne

     puis c'est la rude descente vers le Pas des Quatre Fers 

    Garlaban, la Baume Sourne

    le mamelon est au dessus de nous, sur la gauche, avec sa roche torturée comme un morceau de guimauve

    Garlaban, la Baume Sourne

     Prudence à la descente, mes douleurs lombaires se réveillent (étaient-elles vraiment endormies?)  

    Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Ce vallon est superbe par son côté sauvage bien préservé et par la vue qui s'ouvre progressivement sur la vallée 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Retour à la piste et à la voiture, fin de la balade. 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Une balade de tout juste 10km pour un cumul de dénivelé de 610m.

    Garlaban, la Baume Sourne

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    2 commentaires
  •    Malgré la pluie annoncée, nous filons sur cet immense plateau du Siou Blanc pour une balade découverte.

    Découvertes de fours à cade "des enguentières...lire mon roman la Fille de la Ste Baume" plus ou moins connus, des jas plus ou moins ruinés et connus. Bref partir chercher les traces nombreuses, mais cachées, d'une vie rurale intense qui peuplait ce plateau resté sauvage malgré la fréquentation. 

     Nous garons la voiture tout près de l'Abîme des Morts, sur le minuscule parking.

    Notre cheminement va démarrer par un sentier qui ne se repère pas immédiatement et qui file, un temps, parallèle à la route et s'enfonce rapidement dans la forêt, globalement vers le sud-ouest.

    Notre quête, entres autres, est le Jas des Sambles...un jas c'est une ancienne bergerie, un samble c'est une françisation osée du mot sambro ou samblo qui en provençal signifie abreuvoir naturel ou rocher recueillant l'eau de ruissellement, ou de pluie, bref on l'aura compris, une roche plate qui garde l'eau un certain temps pour que les troupeaux puissent s'abreuver sur ces terres arides et bien trop souvent sèches.

    Tout près de l'Arche de Garoute il y a le sambro dou biou clic ici :

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     http://les-cahiers-du-sud.eklablog.com/retour-dans-les-morieres-lou-sambro-dou-biou-et-autres-a128704436

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     Belle sente qui traverse une forêt de pins de yeuses et de chênes, en descente continue et régulière.

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Nous quittons la sente qui semble principale pour filer sur un autre sentier plus à l'ouest qui devrait nous faire passer au Puits du Poirier... 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Belle forêt, bien conservée, cheminement dans le calme. parfois, au loin, un coup de fusil, c'est la période de la chasse mais pour le moment nous ne sommes pas "tombés" sur une battue, pas encore. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    caché derrière un mur de yeuses, le puits, un bon vieux et simple trou empierré avec art qui devait être "une mine d'or" à une certaine époque où l'eau avait une vraie valeur. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    hélas en cette période de grande sécheresse, il est complètement sec, quant au poirier ?

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    le sentier continue à descendre étroit et caillouteux 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    puis nous arrivons tout près d'un ancien four à cade, ancien étant dans ce cas un pléonasme puisque plus personne ne fait ce genre de fours, quant à l'huile de cade, c'est oublié de nos mémoires. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Il n'est pas en trop bon état, n’ayant jamais été restauré mais probablement pas très anciens, et comme toujours, les briques réfractaires n'y sont plus. Chose normale quand on connaît l'histoire de ces enguentières.

    Tout près, il y a une ferme, encore bien debout, bien que mal en point, la ferme de la Barralière, nous y allons jeter un coup d’œil.

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     et là...c'est le coup de foudre !

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Un mas comme on peut en rêver quand on est provençal, situé au milieu des amandiers et des figuiers (donc il y a de l'eau pas loin) des bouquets de fenouil, et des rangées d'arbres fruitiers abandonnés. Ici aussi la sécheresse a frappé, tout est abominablement sec, dès que nous foulons les abords, une merveilleuse odeur d'origan, de fenouil, de figues écrasées nous monte aux narines... un délice olfactif.

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Nous quittons cet endroit à regrets, et reprenons notre parcours, toujours en descente...il va y avoir de la remontée au retour !  

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Nous croisons une large piste, et le cheminement que j'avais tracé, prévoyait que nous prenions le sentier en face, en direction du Puits de Signes, mais une battue est en cours. Cette boucle n'apportant que des km supplémentaires, sans trop d'intérêt,  nous n'y allons pas, et restons sur la piste, direction le Jas des Sambles. Par précaution, j'enfile le gilet jaune, bien voyant.

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Perdu et bien caché dans ses ronces, le Jas, qui devait être immense daigne montrer quelques pierres...mais quelle architecture ! 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    des arches, en grande quantité, on dirait presque un aqueduc, non, ce ne sont probablement que des ouvertures, mais vers quoi ? des étables ? Un mur en aligne six bout à bout, et seulement trois ou quatre mètres séparent deux rangées...

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Beaucoup de ronces et un vrai risque de se  prendre des cailloux sur la tête, je n'y pénètre pas. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Il est l'heure de la pause, de gros nuages gris s'annoncent, mais il ne devrait pas encore pleuvoir, nous faisons notre (longue sarcastic) pause au pied d'un pin immense 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     Puis c'est le retour, nous filons par un large sentier, vers le Castellas, que nous contournerons, nous sommes en plein cœur du plateau des Sambles. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Sorti de la forêt, le sentier grimpe, eh oui, il faut bien remonter, en direction d'une ligne haute tension, puis descente vers le Turben 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     le ciel est gris, mais hélas toujours pas de pluie, seul un bon vent d'est nous secoue. Malgré le désagrément, je me serais bien pris quelques "seaux d'eau"sur la tête, si ça pouvait faire du bien à cette pauvre nature assoiffée.

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Du Turben nous prenons la piste de Rouca Traouca 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    passons devant son gouffre à peine protégé par des piquets de vigne 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     sa tête de mort...

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    et nous arrivons à l'Eléphant de pierre 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    toujours aussi beau et étonnant 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    dans les fourrés, un autre four à cade, celui qui figure dans mon roman, le four qui aura vu la mort de Joseph...pour ceux qui l'ont lu. 

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    puis c'est l'Abîme des Morts, et l'arrivée au petit parking.

    Et toujours pas de pluie, celle-ci va arriver en trombes dans la nuit faisant quelques dégâts aux endroits les plus sensibles et exposés.  

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

    Une très belle balade en forêt de plus de 12km500 pour un cumul de dénivelé de tout juste 370m

    Siou Blanc, le Jas des Sambles

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires