•  

     

         Au dessus de Cluse, dans le Devoluy, se dressent quelques cimes, de véritables pyramides minérales, la tête des Ormans, à 2100m environ, est notre but de ce jour.

    Une jolie grimpe dans un décor alpestre superbe.

    La voiture est garée à la sortie du village sur un minuscule parking, juste à côté de la piste qui se dirige vers le ruisseau Abéou, bien calme en cette saison. Un petit kilomètre de plat avant d'attaquer la grimpette, histoire de se "mettre en jambes". 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Juste à la sortie du pont, sur la droite part le GR, sentier éboulé partiellement en son début, il demande un peu d'attention, la grimpe est régulière mais forte jusqu'à la bergerie de Boudelle

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Le ruisseau de Boudelle à traverser à gué, un petit bois qui offre une ombre déjà, à cette heure-ci salutaire, et la bergerie est là.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Passé le contournement de la bergerie, l'alpage s'ouvre devant nous, c'est le début de l'été, les vaches commencent à "monter", un beau troupeau de mouton y est déjà. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Pas encore beaucoup de vaches, ce soir, en revenant, ce sera différent.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Belle herbe verte et tendre, beaucoup de fleurs sauvages...les vaches vont adorer ! 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Gentianes bleues "à feuilles étroites"

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     la trace file vers le col de Lauteret en passant au pied des Trois Archers

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     grande Gentiane jaune

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Au niveau des Trois Archers, un sentier balisé mais relativement discret part sur la droite direction le col de Plate Contier, nous quittons le GR et filons par là.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Nous laissons les Trois Archers sur notre gauche et la grimpe commence facilitée par de nombreux lacets tracés dans une prairie fleurie 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    De nombreux parterres de Lys de Saint Bruno illuminent le vert de la prairie 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Lys de Saint Bruno

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Œillets de Dieu 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Gentianes bleues

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Asters des Alpes 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Nigritelle à tête noire

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Les arrêts fréquents pour réaliser les photos des nombreuses fleurs, nous rendent la montée plus facile, puis, enfin, c'est le col de Plate Contier, belle vue arrière, les Trois Archers sont maintenant tout en bas. Devant, la petite prairie pentue puis le grand Clapier qui va nous emmener au Pas l'Agneau, encore plus haut.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Droit devant, le col du Pas l'Agneau et encore plus haut, plus loin, la tête de Garnesier  

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Le décor a changé, ici l'herbe est rase, la caillasse est reine. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     belles gentianes bleues, "alpines"

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Au pas l'Agneau, la tête des Ormans est à droite en arrivant, dressée fièrement au bord d'un vide impressionnant, nous allons faire une pause avant d'y aller.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Doronics

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     C'est parti pour la dernière étape de grimpe, rude et ensoleillée sur un sentier de caillasses éclatées, un décor brut de nature sauvage et indomptée, même si ce n'est pas de la très  haute altitude (environ 2000 et quelques mètres)  ici on se sent tout petit devant ces rocs fièrement dressés vers le ciel.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     la sente, vaguement tracée et balisée de loin en loin par des cairns de pierres plates, passe complètement au bord du précipice, loin en bas, l'Abéou que nous avons traversé au début de la rando sur le pont.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    et puis voilà, le sommet, celui de notre but, la Tête des Ormans et son panorama à 360° sur des Alpes sublimes. Au loin sur des pentes protégées, encore un peu de traces de névés. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     Nous suivons la ligne de crête qui redescend légèrement pour trouver notre "coin" pour le pique nique

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    en prairie ornée cette fois-ci de boutons d'or. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    Trolle d'Europe,

    qui ressemble à un gros boutons d’or aux fleurs fermées, ce qui empêche les abeilles et gros insectes d’assurer la pollinisation. Celle-ci est donc réalisée par une petite espèce de mouche, c’est le principe de mutualisme.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    maintenant il faut bien penser à redescendre, nous passons par la prairie pentue, fortement pentue même, complètement en hors sentier pour rejoindre beaucoup plus bas près de son départ, le sentier du col de Plate Contier. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    petit arrêt pour rafraîchir "la bête" au niveau de la buvette des vaches 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

    nous rejoignons le GR, la "montée" des vaches se poursuit, elles sont maintenant pas loin d'une centaine, elles regardent passer sans oser bouger, c'est leur première sortie en semi liberté, et puis entre bestiaux, on se comprend !

    Plus bas, à la bergerie, le berger nous prévient que d'autres vaches sont en train de monter par le sentier étroit, nous devons, en les apercevant, nous garer sur le haut côté pour ne pas gêner ni les effrayer, ce que nous faisons avec plaisir. Plus bas, au bord de l'Abéou, les bétaillères libèrent encore leurs lots de vaches qui vont retrouver leurs copines, là-haut sur l'alpage. 

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

      Une magnifique rando alpine de 12km600 pour un cumul de dénivelé de 890m.

    Devoluy, La tête des Ormans au départ de Cluse

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     


    3 commentaires
  •  

     

         Dans le Devoluy, au départ du petit mais superbe village de Rabou, un sentier serpente en corniche au bord de falaises abruptes, plonge dans les gorges du petit Buëch, traverse des hameaux oubliés des hommes et après une bonne dizaine de kilomètres, arrive au village abandonné, vendu par ses habitants à la fin du XIXème siècle, Chaudun.

    Le sentier des Bans, c'est aussi et surtout le sentier que le facteur parcourait pour amener le courrier et les journaux au maire et au curé de Chaudun.

    Un sentier qui me tient à cœur, j'en parle dans mon roman "La Clue", dont le titre est tiré de ce petit étranglement où les bouscatiers de Chaudun y construisaient un barrage temporaire, le temps de faire monter le niveau de l'eau et y bloquer les troncs de bois abattus avant d'ouvrir le barrage et de laisser filer les grumes pour une livraison plus en aval.

    Chaudun coincé entre ses hautes pyramides de pierre, la Clue, les bouscatiers, le facteur, autant d'acteurs présents dans mon roman et ayant réellement existé....en parcourant ce sentier une énième fois, je me mêle à mes héros, ceux que j'ai placé là, dans mon imagination, Mauricette, Elzéard, Marie, Batiste, Louis et bien d'autres, aujourd'hui, je suis venu les accompagner. Je n'y étais pas revenu depuis la publication de La Clue.

     ******************

    La voiture est garée sur le parking "randonneurs" de Rabou, rapidement le sentier s'élève, puis longe les gorges du petit Buëch par le haut, de tous côtés, la vue est superbe.

    Devoluy, le sentier des Bans

     Au détour d'un lacet, un oiseau curieux nous regarde passer sans crainte, il ne s'approche pas, mais ne s'enfuit pas non plus. Un merle des roches, magnifique dans sa livrée orange et bleue, oiseau des Alpes qui se trouve généralement plutôt vers 2000m, ici nous sommes entre 1200 et 1300m. 

    Devoluy, le sentier des Bans

    Un coup d’œil (et de zoom) en arrière pour un regard vers l'église et la Mairie de Rabou, sur la croupe herbeuse 

    Devoluy, le sentier des Bans

    Le sentier des Bans se faufile le long de la falaise, parfois, les hommes ont creusé la roche pour le faire passer, jusqu'à la fin  du XIXème siècle, ce sentier était le seul accès pour rejoindre Chaudun...ou en partir.

    Devoluy, le sentier des Bans

     au point haut, plus de 1300m d'altitude, la vue sur la montagne de Barges se découvre

    Devoluy, le sentier des Bans

    le sentier creusé dans la roche est vertigineux, le petit Buëch est à environ 100m plus bas, à pic ! 

    Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans

    puis dans un virage serré, il entame la descente pour rejoindre les gorges du torrent 

    Devoluy, le sentier des Bans

    Sur ce versant, en cette saison, les fleurs abondent 

    Devoluy, le sentier des Bans

    Campanule et son locataire 

    Devoluy, le sentier des Bans

     moi le provençal, je fais quelques infidélités à moun païs et je cueille un beau bouquet de sarriette très odorante...du pèbre d'ail des Alpes !

    Devoluy, le sentier des Bans

     Phalangères à fleur de lys

    Devoluy, le sentier des Bans

     Nous voilà sur la partie du sentier la plus délicate, pente transversale, pierres qui roulent, sol friable, ici, pas de négligences, on regarde bien où et comment on pose les pieds.

    Cette portion de sente, éboulée chaque hiver,  devait être refaite, chaque printemps revenu, par les hommes des villages pour que le facteur puisse reprendre ses tournées.

    Devoluy, le sentier des Bans

    Passage avec vue directe sur le point d'atterrissage en cas de loupé, les gorges du petit Buëch en bas ! 

    Devoluy, le sentier des Bans

    La sente reprend ensuite un cours plus "civilisé", en face de nous, là-haut, les aiguilles rocheuses, dites "cheminées de Luvie" nous annoncent que bientôt nous allons traverser une zone qui fut jadis habitée, le village de Luvie dont il ne reste que les ruines non arasées, la hêtraie superbe et mystérieuse et ses prairies et vergers désormais abandonnés aux vaches. 

    Devoluy, le sentier des Bans

     un petit gué à traverser, encore quelques fleurs sauvages

    Devoluy, le sentier des Bans

     lavande odorante

    Devoluy, le sentier des Bans

    et nous entrons à Luvie, les hêtres rendent les lieux sombres et  leurs formes torturées donnent un air mystérieux à cet endroit, qui pourtant, il y 150 ans devait encore grouiller de vie paysanne.

    Devoluy, le sentier des Bans

     Un hêtre qui "fait les gros yeux ! " 

    Devoluy, le sentier des Bans

     prairie et pommiers redevenus sauvages de Luvie, un endroit paisible qui contraste fortement avec la hêtraie

    Devoluy, le sentier des Bans

     Nous entrons enfin dans le bois du Chapitre, forêt préservée laissée volontairement en l'état avec le moins possible d'intervention humaine

    Devoluy, le sentier des Bans

    les troncs morts pourrissent et redonnent la vie...un monde infiniment petit habite ces bois pourris, insectes, champignons, bactéries...

    Devoluy, le sentier des Bans 

    Ancolie

    Nous sommes légèrement en hauteur sur le torrent, tout juste une dizaine de mètres, sur le bord du sentier la flore est variée et magnifique, lys martagons en boutons prometteurs, fraisiers sauvages, barbes de bouc, etc. 

    Devoluy, le sentier des Bans

     Le sentier longe une paroi rocheuse, nous ne sommes plus très loin du goulet d'étranglement de la clue.

    Devoluy, le sentier des Bans

    on voit bien, sur la paroi opposée, la maçonnerie qui servait à assurer le barrage de bois temporaire 

    Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans

     

    Devoluy, le sentier des Bans 

    les bouscatiers sur le barrage, à la Clue.

     Le sentier traverse plusieurs fois le petit Buëch, toutes les passerelles ont, un jour ou l'autre, été emportées, il y a peu d'eau, nous remontons par le lit du torrent. 

    Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans

     la dernière passerelle mise en place, démolie par le courant,  par la chute d'un rocher (vu précédemment) ou ayant subit le poids du passage des vaches ?

    Devoluy, le sentier des Bans

    la source en rive droite du torrent, aval de Chaudun, est en train de mourir étouffée par la mousse et la vase, et pourtant elle coule, mais pas par le canon de la fontaine, ce dernier vestige tangible de Chaudun mériterait d'être nettoyé et mis en valeur, dommage, un jour l'eau va se lasser et la source va tarir. 

    Devoluy, le sentier des Bans

    au droit de la source, enfouie dans une végétation de plus en plus dense, les vestiges du moulin aval (il y en avait un autre au cœur du village) , en fouinant un peu on y trouve la meule dormante et le local du moteur hydraulique, probablement à roudet horizontal comme aux moulins du Veroncle, Luberon.

    Devoluy, le sentier des Bans

    Plus loin, un beau lys orangé nous annonce que Chaudun est maintenant tout proche 

    Devoluy, le sentier des Bans

    passage de la passerelle branlante d'un petit affluent 

    Devoluy, le sentier des Bans

    Devoluy, le sentier des Bans

    première gentiane jaune 

    Devoluy, le sentier des Bans

     et Chaudun est là, coincé entre de hautes pyramides de pierre, hélas plus rien de ce village, sinon la maison forestière de l'ONF, nous y avions dormi lors de Retrouvance en 2012.

    Devoluy, le sentier des Bans

    Chaudun en 1880

    Devoluy, le sentier des Bans

    la meule tournante du moulin du village, une table, la source qui laisse filer un peu d'eau, le pique nique se fera ici à l'ombre du grand frêne. 

    Devoluy, le sentier des Bans

     Raiponce en épi...ou chevelu !

    Devoluy, le sentier des Bans

     Centaurée des prés

    Devoluy, le sentier des Bans

     la superbe croix (rescapée) du cimetière sous la protection du Roc de l'Aigle

    Devoluy, le sentier des Bans

    le portique de la chapelle comme un hommage. Ce portique est en photo en 1ère de couverture de mon roman.

    Nous revenons par le même chemin, il est encore différent et tout aussi beau en sens contraire...pourquoi s'en priver ?

    Devoluy, le sentier des Bans

     Devoluy, le sentier des Bans 

    Buphthalmum Salicifolium...ou Œil de bœuf, dont les infusions servaient à combattre les morsures de vipères...

     

    Une superbe rando comprenant quelques passages vertigineux, de 19km500 pour un cumul de dénivelé de 550m environ

    Devoluy, le sentier des Bans

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    1 commentaire