•  

     

       Pour cette rentrée de la rando, après la Sainte Baume et le sentier Estruch, c'est au tour du massif de Sainte Victoire avec la remontée du Grand Couloir.

    Une rando assez courte en kilométrage, chargée  dénivelé et franchement sportive, c'est parti !

    Nous garons la voiture sur la petit parking du saut du Loup, improprement appelé de la "Torque", sur la route reliant Le Tholonet à Puyloubier.

    En face de nous, droit devant, le bau des Vespres, point culminant du massif (avec le pic des Mouches à égalité avec 1010m) , juste en dessous, la Torque, cette roche tourmentée comme un morceau de guimauve. 

    Un sentier balisé en rouge part d'ici et grimpe raide, plus de 350m de dénivelé en moins de 2km, jusqu'au refuge Baudino, après ce sera hors balisage...et encore du dénivelé.

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     La pente douce au départ remonte rapidement, les contreforts du massif s'estompent

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    et la grimpette commence sérieusement, la Torque est contournée et laissée sur notre gauche

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    au Pas de la Torque, petite pause "paysage" , le Bau des Vespres est juste au dessus de nous, encore un peu (beaucoup) de grimpe et nous serons tout là-haut, au sommet.

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     a l'approche du refuge, de gros blocs éboulés sont à traverser, la sente vire, tourne et essaie de les esquiver

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Vers 800 et quelques mètres d'altitude, nous arrivons au refuge Baudino, entièrement restauré depuis 2016, suite au feu de la cheminée, j'en avais parlé ici sur ces pages. 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    La vue sur la vallée de l'Arc est superbe, cette clairière sous les chênes est un havre de paix. 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Bon...maintenant il faut y aller... nous prenons le sentier balisé marron et franchissons les passages dans les gros blocs supérieurs, il faut un peu "mettre les mains" 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Un joli passage sous un énorme bloc demande de ramper 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    et sur le petit promontoire, nous quittons la sentier marron pour une sente discrète qui file au pied de la falaise 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    quelques passages aériens faciles 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    et nous arrivons au pied de la paroi verticale, un câble court en diagonale et monte jusqu'à un petit balcon 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    pas besoin de balisage...yaka suivre le câble ! yes

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    en ne restant pas collé l'un derrière l'autre, un caillou est vite décroché...autant avoir le temps de le voir arriver ! 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    du petit balcon, une longue chaîne verticale permet de remonter une cheminée, le départ pose quelques difficultés, ensuite...ben...suffit de grimper ! 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    en tirant un peu sur les bras et en poussant bien sur les jambes... 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    le sentier monte en ligne droite, puis, sur le côté, une autre chaîne permet de passer un dernier ressaut 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     Sainte Victoire, le Grand Couloir

    où il faut encore bien tirer sur les bras 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    la suite du cheminement est en sentier fortement pentu, mais sans difficulté, la végétation faite de buis est complètement grillée par la grande sécheresse de cet été, c'est une vraie désolation. 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     la sortie du Grand Couloir, au Bau des Vespres aux alentours de 1000m

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Tout est sec, archi sec ! 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Nous filons vers l'ouest direction le Plan de la Crau, en suivant le GR de crête, le balisage est remplacé efficacement par des cairns, nettement plus visibles sur cette lande desséchée. 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    au Départ du Couloir de Suberoque, nous faisons notre pause, petit emplacement idéal, mi-ombre mi-soleil et bien abrité du petit vent.

    Et maintenant que nous sommes là-haut, il faut redescendre, nous prenons le sentier vert (enfin...il parait que c'est un sentier !) et la descente commence...nettement plus difficile et endurante que la montée

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    un étroit couloir dont la sortie me pose toujours problème, tout droit ou à droite comme le suggère le balisage ? 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    puis viens la grande dalle, quand je disais plus facile à monter j'étais dans le vrai !

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    il serait bon d'avoir des ventouses au bout des doigts. 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    un replat, ,juste pour apprécier la vue et respirer et c'est reparti 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    dans un espèce d'entonnoir où il faut judicieusement choisir son passage 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    puis, plus bas, le dernier ressaut, le fameux Pas du Clapier 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     à prendre en marche arrière

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    et c'est l'arrivée à la bifurcation avec le sentier marron, au dessus de la Marbrière 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     Nous repartons vers l'est, retour au refuge Baudino, nous descendons dans le fond du couloir de Suberoque, pour en sortir en remontant jusqu'au refuge

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Bientôt, les deux monolithes, gardiens du refuge sont en vue...nous arrivons au dernier point haut 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Petite pause sous les chênes et pas grande envie de repartir...il est accueillant ce refuge ! "tu est sûre qu'il faut rentrer ? pfff"

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    descente au parking par le sentier rouge monté le matin 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     Sainte Victoire, le Grand Couloir

    le massif s'étire sur notre gauche, jusqu'à Puyloubier, magnifique ! 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    en bas, la couronne du Cengle nous dit que nous sommes bientôt arrivés. Fin de la partie...game over ? 

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

    Un super parcours sportif d'à peine plus de 8 km pour un cumul de dénivelé d'environ 700m.

    Sainte Victoire, le Grand Couloir

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    1 commentaire
  •  

     Le "mourre" de la montagne de Gache sur la Route du Temps.

    Un mourre = un museau en Provence, ce qui, par extension peut nommer un pic, un bau qui se prolonge dans le vide, ce qui est le cas ici.

    La Route du Temps, la D3 ainsi nommée car sur son parcours entre Sisteron et Saint Geniez, une magnifique dalle gravée de l'époque Romaine y est encore visible, la Pierre Ecrite.

    Le mourre de la montagne de Gache

    Claudius Posthumus Dardanus, homme illustre, revêtu de la dignité de patrice, ex-gouverneur consulaire de la province viennoise , ex-maître des requêtes , ex-questeur, ex-préfet du prétoire des Gaules, et Nevia Galla, femme clarissime et illustre, son épouse, ont procuré à la ville appelée Théopolis l'usage des routes, en faisant tailler des deux côtés les deux flancs de ces montagnes, et lui ont donné des portes et des murailles. Tout cela a été fait sur leur propre terrain; mais ils l'ont voulu rendre commun pour la sûreté de tous. Cette inscription a été placée par les soins de Claudius Lepidus, comte et frère de l'homme déjà cité, ex-consulaire de la première Germanie, ex-maître du conseil des mémoires, ex-comte des revenus particuliers de l'empereur, afin de pouvoir montrer leur sollicitude pour le salut de tous, et d'être un témoignage écrit de la reconnaissance publique.

    ******

     Depuis trois siècles, les érudits ont défilé devant "Peiro escricho" le terme provençal pour pierre écrite et leurs déclarations parfois fantaisistes ont nourri les rêveries des bergers : ils parlent des deux mille esclaves qui ont percé le flanc de la montagne, d'une cité de marbre rose dont le reflet apparaît encore sur les nuages au couchant, de statuettes d'or ensevelies... de bien d'autres choses encore.

    Cette terre est donc une terre de légende : il faut s'en réjouir.

    ******

       La rando de ce jour, au départ de la pierre écrite va nous emmener par des cheminements bien souvent hors sentiers, jusqu'au bau, plein ouest, de la montagne de Gache, le fameux mourre, où nous trouverons d'autres belles pierres gravées, bien que nettement moins anciennes. Si la montagne de Gache est considérée par certains comme une terre de légendes, elle n'en est pas moins une  terre d'amour...envers la Nature.

    Le parcours que nous allons effectuer, je le dois à un internaute randonneur, je n'ai, hélas, pas pu le remercier de cette trace, il est difficile de laisser un commentaire sur le site où cette rando a été publiée, mais s'il se reconnait ici, qu'il en soit remercié.

    Nous ne sommes pas trop mauvais en orientation, mais ce jour-là, un épais brouillard nous a rendu impossible de nous diriger à vue, sans l'enregistrement de la trace sur mon GPS, il aurait fallu renoncer, ne connaissant pas du tout cette montagne.

    Le mourre de la montagne de Gache

    Du parking, nous prenons la sente qui monte, fort raide, droit vers les hauteurs, le balisage est jaune, c'est celui du sentier de découverte que nous allons bien vite abandonner 

    Le mourre de la montagne de Gache

     Sur la route du Temps, le brouillard n'était pas trop épais, seule l'humidité était présente, mais au fur et à mesure de la grimpe, le paysage se referme dans le coton, la visi pour l'instant, ne pose pas de problème mais... 

    Le mourre de la montagne de Gache

     la sente arrive à hauteur d'un vieux chêne, ici la chênaie multicentenaire a subit les malheurs d'un grand incendie, beaucoup de ces vénérables y ont succombé, heureusement les repousses, maintenant adultes, sont nombreuses, et par ci, par là nous allons encore rencontrer de ces vieux rescapés plusieurs fois centenaires, dont le tronc fait plus de deux mètres de circonférence. 

    Le mourre de la montagne de Gache

     le sentier de découverte file sur la droite, nous partons sur la gauche, dans la magnifique forêt sous couvert des chênes protecteurs

    Le mourre de la montagne de Gache

     Une yourte apparaît au détour du chemin, bien que visiblement déserte, nous respectons la propriété sans trop nous approcher ni "faire les curieux"

    Le mourre de la montagne de Gache

     les vieux chênes sont nettement plus attirants

    Le mourre de la montagne de Gache

     le sous bois commence à être envahi par le brouillard qui n'a pas l'intention de se dissiper

    Le mourre de la montagne de Gache

    le large sentier fait place à une sente à peine tracée 

    Le mourre de la montagne de Gache

     des trois chênes...quel est donc le plus vieux ?

    Le mourre de la montagne de Gache

    maintenant nous sommes un peu plus à découvert, la visi est nulle, dans un fourré, du bruit, nous avons à peine le temps d'apercevoir une harde de sangliers qui détale et s'enfonce dans le coton 

    Le mourre de la montagne de Gache

    Bon...là, si on veut continuer, il faut faire confiance au GPS et à son enregistrement...

    Le topo disait : "un beau lapiaz", après vous montez à vue !

    nous sommes bien sur la bonne trace, une autre harde de sangliers s'échappe, la femelle suivie de plusieurs petits (gare à eux, bientôt on va lâcher les chasseurs...) avec nous ils n'ont aucune crainte.

    Le mourre de la montagne de Gache

     

    L'altimètre me dit que nous ne sommes pas loin du sommet, mais il est où ?

     Le mourre de la montagne de Gache

     Bon OK nous n'arrivons pas en courant, mais tout à coup, là à moins de cinq mètres c'est le grand vide, nous voilà sur la crête qui borde la falaise à pic

    Le mourre de la montagne de Gache 

    "vu comme nous sommes vêtus, on pourrait se demander si nous sommes en été", mais ça ne va pas durer.

     après une petite hésitation, nous filons vers l'ouest en suivant la sente des crêtes, direction le mourre de la Gache

    Le mourre de la montagne de Gache

     Le mourre de la montagne de Gache

     Un cairn y est dressé, en mémoire à un certain Yannick Grieux

    Le mourre de la montagne de Gache

    Une dalle écrite d'un beau poème en marque le point.

    Le mourre de la montagne de Gache

     Mais nous savons aussi que le graveur des calanques et de la baume du trou d'argent, y a laissé lui aussi une pierre gravée, Xavier Dechaux, en son temps est passé ici.

    Il n'est pas trop difficile de la trouver, les dalles plates ne sont pas légion, mais la lecture est presque impossible, tout juste la signature et une date : X DECHAUX 18.. Il nous faudrait du temps et une autre lumière pour essayer d'en décoder le contenu, peut-être une autre fois.

    Le mourre de la montagne de Gache

    Nous repartons, le vent froid qui remonte de la falaise ne fait rien pour rendre les lieux agréables pour un arrêt prolongé, mais que c'est beau, grâce au brouillard ou malgré lui ? 

    Le mourre de la montagne de Gache

     Bien à pic la face opposée de la montagne !

    Le mourre de la montagne de Gache

    Nous cheminons en crête vers l'est, le vent tente de dissiper le brouillard, il devrait y arriver 

    Le mourre de la montagne de Gache

     Le mourre de la montagne de Gache

     Et puis tout d'un coup, vers la fin de la matinée, le gris se déchire, le bleu du ciel apparaît, avec quelques rayons de soleil

    Le mourre de la montagne de Gache

     laissant apparaître un paysage superbe de crêtes et d'à pics vertigineux

    Le mourre de la montagne de Gache

     maintenant que le ciel est nettoyé, les planeurs décollent des aérodromes environnants, ils vont tournoyer en sifflant au dessus de nous tout le reste de la journée

    Le mourre de la montagne de Gache

     Soudain, à quelques mètres, un chevreuil détale en bondissant, pas le temps de dégainer l'APN qu'il a disparu...et si on faisait le pique nique ici ?

    Le mourre de la montagne de Gache

     Nous reprenons le parcours prévu, après le pylone HT qui marque le point où un sentier pourrait nous ramener vers le bas, nous continuons, comme notre parcours enregistré nous le propose.

    Mais à partir d'ici, plus de sentier, nous allons cheminer à flanc de pente, "aux instruments"

    Le mourre de la montagne de Gache 

    pour rejoindre le bouquet de végétation tout là-bas, où nous amorcerons la descente en hors sentier 

     Le mourre de la montagne de Gache

     un vieux vénérable (un hêtre dirait-on) marque notre point de changement de direction, nouvelle recherche de la trace et nous filons, parfois sur une vague sente, parfois dans la nature

    Le mourre de la montagne de Gache

     la descente en direction du sentier de découverte qui passe en contre bas, ne pose pas trop de problèmes, l'enregistrement est "nickel".

    Le mourre de la montagne de Gache

     un ruisseau quasiment à sec est traversé, nous le retrouverons plus bas

    Le mourre de la montagne de Gache

     puis après quelques détours, nous voilà sur la piste balisée jaune du sentier de découverte, retour vers le point de départ, non sans nous arrêter à Notre Dame du Chêne, ce vieil arbre creux qu'un poète a transformé en oratoire. Un livre d'or où je consigne notre passage est à disposition

    Le mourre de la montagne de Gache

     Le mourre de la montagne de Gache

     Le mourre de la montagne de Gache

     bel endroit, assurément !

    Le mourre de la montagne de Gache

    puis nous filons vers le vieux chênes du carrefour de sentiers et nous amorçons la rude descente dans le vallon étroit pour revenir à la Pierre Ecrite. 

    Une superbe rando, pimentée par le cheminement dans le brouillard de 10km500 pour un cumul de dénivelé de 480m

    Le mourre de la montagne de Gache

     

    Le mourre de la montagne de Gache

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    1 commentaire