•  

        Nous voilà, ce matin là, dans un coin du Var que nous connaissons peu, à la découverte d'une grotte qui nous a été fortement recommandée par l'ami "Coco" du Var, il se reconnaîtra, même si nous n'avons pas suivi son parcours.

    Nous garons la voiture sur le grand parking à l'entrée de Méounes et filons à la recherche, facile, de la rue Neuve par ailleurs très courte, que nous prenons jusqu’au bout, un escalier en pierres, ça démarre réellement ici.

    Var, la baume Fère

    le sentier monte régulièrement, à flanc raide de colline, il passe bien au dessus du parking où nous sommes garés et file globalement vers l'ouest. 

    Var, la baume Fère

    pour arriver sur une large piste lumineuse

    Var, la baume Fère

    qui devient une ancienne voie caladée, le pavage rustique apparaissant encore bien par endroits, de même que les ornières creusées dans la pierre par les roues ferrées des charrettes, fut un temps...

    Var, la baume Fère

    le hameau ruiné d'Agnis apparaît, entouré il est vrai de maisons plus modernes bien blotties dans les bois. 

    Var, la baume Fère

    Var, la baume Fère

    puis la sente devient nettement plus étroite et s'enfonce dans une végétation épaisse, arbousiers, yeuses et surtout buissons de salsepareille qui s’accrochent aux vêtements et à chaque cm² de peau découverte.

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

     une trouée dans tout ce vert et de beaux massifs de bruyère colorent les lieux

    Var, la baume Fère

    en arrivant à la hauteur d'une ruine 

    Var, la baume Fère

    dont il reste la citerne voûtée et presque intacte 

    Var, la baume Fère

    la sente monte régulièrement, nous laissons de côté, le sentier qui file vers le gouffre de Signoret, encore pas mal de lacets et nous arrivons au point haut, sur une large piste qui va redescendre en direction du puits de l'Eouvière, à sec. Abominable sécheresse qui n'a pas encore montré tous ses méfaits.

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

     la piste décrit un large arc de cercle, passe devant un lapiaz

    Var, la baume Fère

    dans une forêt clairsemée 

    Var, la baume Fère

    puis, sur la droite, une sente discrète s'enfonce dans la végétation, nous y allons... 

    Var, la baume Fère

    et rapidement nous arrivons dans ce qui fut le lit d'un torrent, marmites et petites cascades s'ouvrent devant nous 

    Var, la baume Fère

    dans un renfoncement, la baume Fère est là, son entrée partiellement murée, paraît-il, par les bouscatiers au temps des charbonnières. Vu la quantité de chênes et de yeuses, le charbon de bois fabriqué ici, devait être de belle qualité. 

    Var, la baume Fère

    Nous faisons notre pause avant d'entrer, puis laissant les bâtons de marche à l'extérieur, nous pénétrons, lampe frontale allumée. 

    Var, la baume Fère

    Une grande salle est devant nous, aménagée en bivouac, tout au fond, la lumière nous montre les magnifiques concrétions blanches étrangement ourlées 

    Var, la baume Fère

    quelques araignées au plafond sont dérangées par la lumière 

    Var, la baume Fère

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

    étrange concrétion... 

    Var, la baume Fère

     et pourtant c'est bien du calcaire déposé au fil des millénaires par l'eau de suintement.

    Var, la baume Fère

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

     belles "méduses".

    Var, la baume Fère

     le fond de la baume remonte régulièrement, finissant sur un boyau étroit dans lequel nous ne pouvons passer, mais le faisceau lumineux semble montrer qu'il est très long

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

    une pipistrelle rapidement aperçue, vite, ne la dérangeons pas. 

    Retour dans la grande salle, direction la sortie. 

    Var, la baume Fère

    Le cirque des petites cascades est contournée, puis nous descendons dans ce qui fut le lit du cours d'eau visiblement impétueux, mais c'était il y a longtemps...très longtemps. 

    Var, la baume Fère

     une vague sente traverse le bois de yeuses et de salsepareilles...les bras vont en garder le souvenir sanglant

    Var, la baume Fère

    quelques abris sous roches, en cherchant bien il doit y en avoir d'autres

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

    nous arrivons à proximité d'un centre équestre,  et revenons sur une large piste qui revient en direction de Méounes...mais il y a encore du chemin à faire

    Var, la baume Fère

    passage en forêt de pins et de chênes vers le Clos Saurin

    Var, la baume Fère

    puis à proximité de la Vigne Groussière  complétée de superbes raies d'oliviers

    Var, la baume Fère

    et reprise d'une autre piste qui part à droite à 90° pour ne pas déboucher sur la route goudronnée chargée en véhicules.

    Var, la baume Fère

     petite remontée sur un plateau, et devant un grand pin, un sentier étroit descend brutalement en lacets serrés, sur Méounes.

    Var, la baume Fère

    que nous voyons tout en bas. 

    Var, la baume Fère

    et c'est l'arrivée tout près de la rue Neuve que nous reprenons en sens inverse pour aller au parking. 

    Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

     Var, la baume Fère

    Une balade au parcours varié de 15km500 pour un cumul de dénivelé de 560m

    Var, la baume Fère

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

     Une ènième belle journée de d'automne qui ressemble, à s'y méprendre, à une journée de printemps. Frais le matin et grosse chaleur dans la journée.

    La pluie ne reviendra donc plus jamais ?

    ******************

    Nous avons une irrésistible envie de grimper le long de cette fabuleuse face sud du massif de la Sainte Victoire, au programme, ce sera le sentier noir du gouffre du Garagaï et retour par le délicat Pas du Berger.

    La voiture est garée au parking des deux Aiguilles sur la route de Puyloubier, puis immédiatement, nous prenons le sentier noir, direction, la première difficulté, le Pas de l'Eléphant.

    En face de nous, la partie sud ouest du massif, la croix de Provence et juste à côté, à peine plus bas, l'ouverture basse du gouffre, appelée aussi "la grotte des hirondelles". Nous allons pénétrer dans le gouffre, par le bas, et remonter le long de la grande cheminée, jusqu'à sortir sur les crêtes. Mais d'abord, il faut grimper là-haut.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    La sente d'approche est ennuyeuse mais indispensable, l'arrivée devant la grande dalle lisse oblique nous demande de bien regarder par où nous allons passer. Le Pas de l'Eléphant est là, en plein milieu de la dalle en pente, une cavité qui ressemble à la trace qu'aurait laissé un éléphant sur de la terre molle.

    La Gazelle s'élance en premier et s'installe dans l'empreinte du pied de l'éléphant...

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    il reste juste à en sortir, ce qui n'est pas beaucoup plus facile, chaque fissure est utilisée, par les mains ou par les pieds

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Bon...c'est à mon tour, allons-y !

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    la suite immédiate ne présente pas d'autre difficulté que de trouver les marques noires du balisage, un balisage économe en peinture ! sarcastic

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     puis d'autres passages arrivent, plus ou moins raides et aériens

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     pour arriver sur un petit plateau, au pied du sentier des Cantilènes. Une jolie Mante Religieuse reste toute étonnée de nous voir là...

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    en face, "l'Oeil" de la Ste Victoire nous observe. 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    encore un peu de grimpette raide 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    une cheminée étroite mais facile 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    et c'est la belle vire bien aérienne, facile quand les rafales de vent ne soufflent pas 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    juste avant de descendre sur quelques mètres au Pas de l'Aiglon, le tracé ancien a été dé-balisé pour proposer un autre choix, plus aérien mais plus protecteur de l'environnement. Le risque ici c'est le ravinement par le passage des randonneurs et des escaladeurs. Notre Ste Victoire est superbe, faisons l'effort de la préserver au mieux.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     le Pas de l'Aiglon et son arbre, miraculeusement préservé du dernier grand incendie. 

    La trace noire part maintenant sur la droite, le long de roches lisses et pentues, des entailles y ont été creusées pour ne pas glisser, mais bon, ça demande tout de même un peu d'attention.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Impressionnant, mais pas difficile. 

    Le nouveau cheminement passe désormais perpendiculaire au pierrier qui a été renforcé par des gabions métalliques.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     le gouffre est là, au dessus de nous, encore quoi ?...80 à 100m de dénivelé ? 

    Une étroite fissure, à longer au mieux, qui monte en oblique vers un bouquet d'arbres, nous approchons du but.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    petite vire aérienne masquée par une yeuse, le petit gouffre de Garagaï est juste derrière, le grand au dessus. 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    et voilà ! l'entrée basse, la grotte des Hirondelles, aujourd'hui sans oiseaux ! Dommage, car souvent, à notre arrivée, il y a un envol de ces beaux et devenus rares, oiseaux des parois. 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Vue arrière sur la vallée de l'Arc, au loin, la chaîne de la Sainte Baume

    La pente est raide, quasi verticale, aujourd'hui avec la sécheresse, tout est parfaitement sec, rendant la remontée de la cheminée plus facile, ce n'est pas toujours le cas. Un gros bloc de poudingue trône en plein milieu, je passe par la gauche

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    et la Gazelle, le passage de droite 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Sortie sur les crêtes, au grand soleil. Après "papotage" avec deux randonneurs qui nous suivaient et qui nous connaissent du blog, nous décidons de faire notre pause pique nique ici, au bord du gouffre.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Pour le retour, nous filons sur les crêtes, plein ouest, nous laissons la croix de Provence aux (trop) nombreux visiteurs 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    le Prieuré, lui est momentanément préservé, fermé pour travaux jusqu'en janvier 2018...si tout va bien. 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    passage devant la dalle, ignorée des passants, rappelant une phrase de Frédéric Mistral devant cette montagne magnifique : 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     

    Tant d'épanouissement de la Nature, paye largement de l'épuisant chemin. 

    La descente commence, le sentier nous entraîne vers le pas des Moines, bien marqué par un mur de pierres sèches reconstruit par les Amis de la Ste Victoire. Nous quittons la sente et filons sur notre gauche, une brèche s'ouvre, balisage rouge marqué "difficile", descente en revenant vers l'est, par le Pas du Berger situé un peu plus bas.

     

     

     

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     le sentier étroit et pierreux va courir en diagonale le long de la face sud

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     la descente est rapide

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    jusqu'au Pas du Berger, qui, à la descente, demande un peu d'attention... la roche est lisse, usée par de nombreux passages et c'est assez "vertical" !

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    La Gazelle joue à Spiderwoman et se colle à la roche 

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     pour la suite, fini les difficultés, nous continuons la descente vers le refuge Cézanne et les vestiges de N.D du Trou

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     le refuge Cézanne est passé rapidement, nous filons vers le sentier marron qui va nous faire remonter sur le plateau de l'oppidum d'Untinos, une bonne centaine de mètres de dénivelé, plus haut.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     la face sud du massif est sur notre côté, nous étions là-haut il y a peu.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     L'oratoire de l'Amitié nous accueille pour une petite pause et nous reprenons la montée, nous laissons l'oppidum d'Untinos de côté pour une autre visite, et redescendons par le sentier jaune jusqu'au parking.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     la Croix de Provence et le Garagaï dans le soleil d'après midi de fin octobre...

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

     Une rando-escalade d'environ 7km pour un cumul de dénivelé de 650m.

    Massif de Ste Victoire, le gouffre de Garagaï

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    3 commentaires