•  

     Par cette belle mais fraîche journée, nous filons dans le Luberon, pour une balade facile dans les gorges de l'Aiguebrun.

    La voiture est garée sur un petit parking au bord de la rivière et tout de suite nous remontons le cours d'eau par sa rive gauche, de nombreux gués seront à passer, en essayant de ne pas nous plonger les pieds dans l'eau froide, nous ne sommes pas encore au printemps.

    Les primevères sont sorties et colorent le sentier qui se faufile sous les arbres

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le premier moulin en ruines est passé 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis voilà le premier gué, une belle planche y a été disposée, penchée sur le côté et bien glissante, beau jeu d'équilibriste en vue. 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    la rive droite nous offre quelques jolis points de vue comme ces gours 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis après un cheminement à couvert nous arrivons dans la grande clairière de l'auberge des Seguins 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    que nous traversons, par le pont, pour nous retrouver en face, de nouveau rive gauche.

    Au dessus de nous, vision fugitive du fort de Buoux 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    et sous la falaise, d'une habitation troglodyte bien cachée 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    Nous quittons la sente balisée pour rester au plus près du fil de l'eau 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    ce qui nous impose un petit ressaut facile à franchir à côté de la belle cascade

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     sans aucune difficulté 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     le sentier devient de plus en plus étroit et rejoint la sente balisée qui a fait un large détour plus en hauteur 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nouveau passage à gué pour passer sous la falaise, sensiblement à l'aplomb de la Baume de l'eau, d'ailleurs, il nous pleut sur la tête... 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     re-passage à gué, le sentier rive droite à ce niveau, n'existant plus

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     puis encore une autre, pour rejoindre la grande sente caladée qui grimpe rive droite vers le dessus des falaises 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     avec un passage sous les toits 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis, dans le grand coude en haut de la calade, nous rejoignons le sentier qui file, en sens inverse, au dessus de la falaise 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     sentier que nous quittons bien vite pour rejoindre une sente discrète qui nous emmène vers la première des baumes aménagées.

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     où nous faisons notre pause du médio sous un soleil assez timide, 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     courte sieste de rigueur, chacun à sa manière...

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    une sente peu visible nous emmène très en bordure de la falaise, vers une autre baume, plus petite mais bien aménagée 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     

    équipée de quelques "assèti" en pierres plates

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     la sente qui suit nous entraîne vers la fameuse Baume de l'eau

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le bassin est bien rempli et déborde largement 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nous en repartons pour rejoindre le sentier balisé qui file en crêtes 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    et qui passe devant la très belle borie, reconstituée avec art, attention, propriété privée ! 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nous prenons le sentier qui descend vers les gorges,  

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le chemin de Frau, caladé , est un enfer pour les genoux fragiles... 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    mais offre une très belle vue sur la rive située en face, dont la maison troglodyte de la grande baume 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     nous revenons vers l'auberge des Seguins et reprenons le sentier qui longe la rivière avec le gué muni d'une planche passé au départ de la balade. Personne n'a mis les pieds dans l'eau ! 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

      

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     


    2 commentaires
  •  Balade dans le superbe (mais pour combien de temps encore ?) plateau du Siou Blanc, aujourd'hui destination la Colle de Fede.

    - Colle de fede, = la colline des brebis,

    - colle = colline et non col qui se dit "pas".

    - li Fedo = les brebis, lou fedié = le gardien des brebis.

    C'est aussi, le sommet le plus élevé du plateau du Siou Blanc il culmine à 824m et propose une vue panoramique sur quasiment 360°, ce sera notre objectif par cette belle journée qui démarre fraîche et se termine par une bonne température printanière.

    Départ d'un lieu appelé "l'aigue" du fait de la présence d'eau dans une petite mare, presque toute l'année, j'ai dit presque car ce jour la mare aux têtards était à sec ! 

    Une Orchis, déjà malmenée ouvre le sentier, direction, la bergerie du Siou Blanc en évitant la route.

    Siou Blanc, la colle de fede

     nous passons au large de la bergerie, sur la grande piste qui file vers le carrefour des Jounces.

    Siou Blanc, la colle de fede

    nous faisons un court arrêt devant un des nombreux gouffres du plateau, l'aven du Palan. 

    Siou Blanc, la colle de fede

    puis un autre arrêt devant les superbes rochers tabulaires des Jounces ( Jounc = lieu où il ne pousse que des joncs ) et prenons le sentier qui file rejoindre le GR 99, direction La Garancière. 

    Siou Blanc, la colle de fede

    la piste devient un sentier de moins en moins large, de plus en plus pentu 

    Siou Blanc, la colle de fede

     Siou Blanc, la colle de fede

    Nous sommes déjà dans la colline aux brebis, de nombreux abris sous roche, aménagés en bergeries temporaires, sont visibles sous la petite falaise 

    Siou Blanc, la colle de fede

     la sente grimpe encore, nous laissons de côté la direction "Jas de Laure" où nous irons, mais pas directement, la grimpette continue en direction du sommet de la Colle 

    Siou Blanc, la colle de fede

    d'autres bergeries sous roches, en cherchant bien dans les fourrés qui ont repris possession des lieux 

    Siou Blanc, la colle de fede

     plus petite que le précédent, cet abri est tout de même bien protégé par des murs en pierres,  

    Siou Blanc, la colle de fede

    un belvédère ouvre la vue sur le vallon de Valbelle, en bas, et sur les roches dolomitiques des Friginaires, en face 

    Siou Blanc, la colle de fede

    coup de zoom sur les aiguilles de Valbelle 

    Siou Blanc, la colle de fede

     le sentier devient encore plus raide, quelques ressauts rompent la monotonie de la grimpette

    Siou Blanc, la colle de fede

     Siou Blanc, la colle de fede

    le sommet approche, mais nous n'y sommes pas vraiment 

    Siou Blanc, la colle de fede

    la vue s'ouvre en grand, le ciel est parfaitement bleu, un petit vent souffle qui a dégagé le ciel 

    Siou Blanc, la colle de fede

     Siou Blanc, la colle de fede

    au loin...la mer, à vol d'oiseau elle n'est pas si éloignée 

    Siou Blanc, la colle de fede

    après une descente dans la forêt de yeuses et une petite remontée, nous voilà au sommet de la Colle de Fede, le toit du Siou Blanc. 

    Siou Blanc, la colle de fede

    le GR descend dans le ravin dit "des charbonniers", dans ce bois de chênes verts, les yeuses, on y fabriquait de grandes quantités de charbon de bois, les traces vestiges des charbonnières sont encore visibles, 

    Siou Blanc, la colle de fede

    les cabanes des carbounié, aussi, même si bien écroulées.  

    Siou Blanc, la colle de fede

    le GR est quitté, il part vers l'ouest, nous continuons la descente pour rejoindre le Jas de Laure après être passé devant l'aven du Vent qui Siffle... 

    Siou Blanc, la colle de fede

    Belle propriété, beau jas en ruines mais qui porte encore toute la beauté de ce que ce jas devait afficher comme puissance. 

    Siou Blanc, la colle de fede

     superbement exposé, les terres, qui furent agricoles, l'entourent

    Siou Blanc, la colle de fede

     Nous laissons la partie "habitation" pour nous poser dans la partie "bergerie", nous y serons au soleil, abrités du petit vent et surtout des pierres qui risquent de tomber des murs semi-écroulés

    Siou Blanc, la colle de fede

     Pour revenir à, la bergerie du Siou Blanc, nous prenons la piste qui passe à l'aven de la Brèche

    Siou Blanc, la colle de fede

    et revenons dans la prairie de la bergerie, retour à "l'aigue" par le même chemin que ce matin. 

    Siou Blanc, la colle de fede

     Fin de jolie balade facile dans le Siou Blanc

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     


    5 commentaires