•  

     

    Meilleurs vœux 2018


    2 commentaires
  •  

     Voilà une rando hivernale faite début novembre. Au programme, contourner le mamelon de Garlaban pour aller à la Baume Sourne (grotte sombre) au départ d'Aubagne, tout au bout du chemin du Pin Vert.

    Nous garons la voiture juste avant la barrière DFCI, le sommet de Garlaban est en face de nous, la belle croix blanche récemment restaurée luit au petit soleil matinal.

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous filons en direction du vallon des Quatre Fers, laissant le Bec Cornu et le Bau des Gouttes sur notre gauche, mais juste avant d'attaquer la rude grimpette du vallon, nous prenons le sentier qui part sur la droite et redescend vers un ensemble de (belles) maisons abandonnées. 

    Garlaban, la Baume Sourne

    Le sentier, en balcon, est soutenu par un mur de pierres et chemine dans la garrigue

    Garlaban, la Baume Sourne

    Tout en bas, la vallée de l'Huveaune est dans une brume peu engageante 

    Garlaban, la Baume Sourne

    les ruines sont dépassées, le sentier devient étroit et grimpe sur une croupe qui domine Lascours et Roquevaire 

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous bifurquons à gauche, en direction du Garlaban, la sente est bien tracée, mais attention de ne pas la perdre, il y a de nombreux départs en tous sens. la montée continue régulièrement et s'oriente au nord

    Garlaban, la Baume Sourne 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Un petit collet en plein vent est passé, puis, par un sentier enfoui dans les yeuses et les argéras, nous arrivons au dessus du vallon de Garlaban et son sentier des Dansaïres 

    Garlaban, la Baume Sourne 

    La source de Barquieu est tout en bas, nous n'y allons pas, de même que nous laissons de côté la grotte du Papé,  

    Garlaban, la Baume Sourne

    nous filons, brrr, il fait froid, vers le col de Garlaban. Mettant bonnet et veste, nous partons sur la piste qui se dirige vers le Tubé 

    Garlaban, la Baume Sourne

    puis, dans un virage, nous la quittons pour prendre le sentier en contrebas qui va nous emmener au dessus du Plan de l'Aigle (qui serait plutôt le plan de l'Aigue, mais bon, la francisation des mots provençaux donne parfois des ratés)   

    Garlaban, la Baume Sourne

    Nous cherchons et retrouvons rapidement la gravure de berger du XIXème siècle,  à ne pas confondre avec les gravures plus contemporaines de notre ami Louis Douard, et qui sont situées ailleurs. 

    Garlaban, la Baume Sourne

    Le mamelon de Garlaban émerge de la ligne d'horizon du plan de l'Aigue et se trouve maintenant dans notre dos  

    Garlaban, la Baume Sourne

     longue descente dans le vallon et nous arrivons au puits du Murier, qui se trouve lui aussi à sec.

    Garlaban, la Baume Sourne

     

    Garlaban, la Baume Sourne 

    Mais oui, ce sont bien "eux" il y a quelques années devant le puits, avec un peu moins de végétation.

     

     Puis, rapidement nous arrivons à l'entrée de la Baume Sourne .

    Garlaban, la Baume Sourne

     Le soleil de midi en novembre n'est pas encore assez bas pour bien éclairer l'intérieur de la grotte, mais suffisant pour commencer à voir le plafond et ses concrétions 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Tout au fond, une cavité m'attire...

    Garlaban, la Baume Sourne

    Garlaban, la Baume Sourne

    Non, ce n'est pas le boyau que je pensais, mais les concrétions y sont superbes 

    Garlaban, la Baume Sourne

    le soleil qui pénètre donne de belles couleurs mordorées, la frontale peut être éteinte  

    Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Pique nique dehors, face au soleil qui se fait timide, puis nous laissons le Taoumé sur la droite et revenons sur nos pas, jusqu'au col de Garlaban 

    Garlaban, la Baume Sourne

     le mamelon resurgit de derrière la croupe, au fur et à mesure que nous avançons 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Au col nous profitons d'un beau rayon de soleil pour nous poser un instant tout près de l'oratoire dédié à Saint Jean Marie Vianney, curé d'Ars.

    Garlaban, la Baume Sourne

     puis c'est la rude descente vers le Pas des Quatre Fers 

    Garlaban, la Baume Sourne

    le mamelon est au dessus de nous, sur la gauche, avec sa roche torturée comme un morceau de guimauve

    Garlaban, la Baume Sourne

     Prudence à la descente, mes douleurs lombaires se réveillent (étaient-elles vraiment endormies?)  

    Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Garlaban, la Baume Sourne

     Ce vallon est superbe par son côté sauvage bien préservé et par la vue qui s'ouvre progressivement sur la vallée 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Retour à la piste et à la voiture, fin de la balade. 

    Garlaban, la Baume Sourne

     Une balade de tout juste 10km pour un cumul de dénivelé de 610m.

    Garlaban, la Baume Sourne

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique