•  

        C'est une très belle balade que nous allons faire aujourd'hui, sur un plateau isolé qui domine la vallée de la Durance.

    Le monastère de Ganagobie implanté ici depuis le XIIème siècle est un joyau  de notre Provence, mais il ne faut pas se limiter à cela.

    Nous allons faire tours et contours sur ce plateau qui somme toute, est assez petit, mais renferme des richesses inestimables de notre patrimoine.

    Bien que largement aussi empreint de spiritualité, mysticisme et de légendes que notre massif de la Sainte Baume, il en est beaucoup moins connu. 

    Mais...l'article de ce blog ne concernera pas la partie mystères et légendes, je vais me contenter d'en décrire la promenade, ce sera à chacun de "fouiller" un peu le sujet, s'il le désire.

    ********************

     Nous garons la voiture dans le centre du village de Ganagobie, tout près de Forcalquier dans les Alpes de Haute Provence. Sur la petite route tortueuse qui mène au village de nombreux panneaux indiquent "Touristes attention, pour le monastère il faut faire demi tour...etc etc" . Ganagobie, ce  village aime bien sa tranquillité, comme on le comprend, et de toute façon c'est vrai, pour une visite du monastère, ce n'est pas par ici qu'il faut passer, sauf si on a envie d'en faire l'objet d'une petite rando.

    Depuis la Mairie, des panneaux indicateurs montrent le chemin, une large piste forestière se dirige vers le gros mamelon qui sort la tête de la forêt, c'est l'extrémité nord du plateau. Parcours facile, aucune difficulté, le temps est au beau fixe ce qui n'était pas évident avec le brouillard dense que nous avions sur la route.

    Le plateau de Ganagobie

     poteaux directionnels, changement de sentier, la grimpette continue, régulière, la forêt s'approche, et peu avant l'arrivée sur le plateau aux alentours de 700m d'altitude, les murs d'enceinte du vieux village fortifié commencent à apparaître.

    Le plateau de Ganagobie

     

     Le plateau de Ganagobie

     au bout du chemin...la lumière ! 

    Le plateau de Ganagobie

    Notre visite des lieux commence par le vieux village gaulois, tout au moins les vestiges qu'il en reste, au bout de la piste, nous prenons à contresens, le sentier qui se dirige vers  Villevieille.

    La forêt de yeuses est superbe (yeuse = chêne vert, celui qui ne perd pas ses feuilles en hiver) certaines sont de taille honorable largement centenaires

    Le plateau de Ganagobie

     une grande yeuse

    (à noter qu'en Provence, certains arbres ont gardé leur féminité, la Yeuse, la Piboule et bien d'autres, quelques anciens disent encore la Platane...)

    Le plateau de Ganagobie

     le sentier longe la bordure du plateau, au loin, plein ouest, la montagne de Lure, la montagne sacrée des Gaulois.

    Les murs d'enceinte du vieux village sortent de la yeuseraie, il s'en dégage une étrange sensation, comme ces pierres, noires de mousses sont bien appairées avec ces yeuses, ces deux éléments si dissemblables semblent pourtant indissociables. 

    Le plateau de Ganagobie

    et là, le promeneur en prend plein la vue , une muraille immense coupe le travers du plateau, 129m de long encore quelques beaux mètres de haut, 1,50/1,80m d 'épaisseur le rempart de Villevieille coupe le plateau en deux parties distinctes, qui, fut un temps ne se côtoyaient que peu. 

    Le plateau de Ganagobie

    Construit, démoli, reconstruit, restauré au fil des siècles, la muraille est encore là, les énormes quantité de pierres taillées laissent imaginer le travail de titan que cela a demandé, le parfait "croisement" des pierres montre le savoir-faire de ces bâtisseurs oubliés par l'histoire

    Le plateau de Ganagobie

    une salle s'ouvre devant nous, certains archéologues  y voient une église, dont la nef, comme il se doit est orientée à l'est, d'autres pensent plutôt à une salle des gardes, option plus que probable, les ouvertures ressemblent bien à des archères et les trous de boulins dans les murs laissent bien présager un plancher, ce qui serait inconcevable dans une église aussi modeste. le prêtre officiant au premier, les fidèles priant au rez de chaussée...non ça ne va pas. D’autant que la porte permettant l'accès au village retranché est juste à côté.

    Le plateau de Ganagobie

     Le plateau de Ganagobie

     

    une fenêtre de l'église...ou une archère ?

     Le plateau de Ganagobie

    un énorme vase en pierre d'un seul bloc...est-ce un mortier pour réaliser un gigantesque aïoli ? euh...je plaisante, imaginons la taille du pilon ! 

    Le plateau de Ganagobie

     les remparts dans la totalité actuelle

    Nous passons côté village, par le sentier qui longe le plateau dans le sens anti horaire, en bas à notre droite, la vallée de la Durance et le grondement qui monte, incessant, de l'autoroute des Alpes 

    Le plateau de Ganagobie 

    plus bas, le village de Ganagobie, bien caché dans la forêt de pins

    Le plateau de Ganagobie

    promontoire le plus au nord du plateau, avec vue sur l'immensité de la vallée de la Durance, maintenant domptée. Imaginons qu'ici, il y a quelques vingt-cinq millions d'années, il y avait la mer ! La roche en garde la mémoire dans ses fossiles et ses sédiments.

    Le plateau de Ganagobie

     Pointe nord-ouest, les vestiges de ce qui devait être une tour de gué, probablement...

    Le plateau de Ganagobie

     revenons dans notre belle yeuseraie, belle et mystérieuse à la fois, nous la traversons pour nous diriger, plein sud, vers le monastère, mais auparavant nous faisons un crochet par les vestiges de la chapelle Saint Martin, toute en longueur.

    Le plateau de Ganagobie

    Le plateau de Ganagobie

     Nous continuons à travers la forêt, passant tout près d'innombrables vestiges, cabanes, maisons, nécropoles...difficile de s'y retrouver.

    Une grande prairie s'ouvre devant nous, il nous faut renter dans le "droit chemin", car faire le tour de l'abbaye est impossible, d'un côté le vide de la falaise abrupte, de l'autre la partie interdite au public, le monastère étant bien entendu, en activité.

    Le plateau de Ganagobie

    Approchons nous  de l'église Notre Dame et de son entrée festonnée...

    Sur le côté de l'allée caladée, des sarcophages, tombeaux de moines.

    Le plateau de Ganagobie

     Le plateau de Ganagobie

    la magnifique porte de l'église Notre Dame, son tympan ouvragé, le Christ entouré des quatre  évangélistes canoniques, en dessous, sur le linteau, les douze apôtres. 

    Entrons, ce n'est pas l'heure du service, mais silence !

    Le plateau de Ganagobie

    Le plateau de Ganagobie

     sur le côté, un sarcophage de grande valeur et à  l'histoire étonnante...à découvrir par soi-même à moins que peut-être j'en parlerai un autre jour.

    Le plateau de Ganagobie

     le cloître, ne se visite pas, mais une fenêtre permet de l'apercevoir fugacement, c'est le seul cloître dont les arches d'architecture romane soient encore debout chez nous.

    Le plateau de Ganagobie

     admirons le travail des tailleurs de pierre des XI et XII ème siècles

    Le plateau de Ganagobie

    et là, derrière son cordon protecteur, la superbe mosaïque représentant des scènes complexes, difficiles à déchiffrer, se référer là aussi aux ouvrages existants.

    Le plateau de Ganagobie

    oeuvre exceptionnelle mais controversée à l'époque, les abbayes Clunysiennes pour qui rien n'était trop beau pour honorer le Christ, s'affrontaient (s'affrontent) avec les abbayes cisterciennes dirigées par l'ascétique Bernard de Fontaine, abbé de Citeaux, devenu Saint Bernard qui aurait dit en les voyant :  Que font ici ces monstres ridicules, ces horribles beautés et ces belles horreurs ?

    Le plateau de Ganagobie

     en revenant au soleil, un dernier (quoique ? ) regard sur les colonnes sculptées par les tailleurs de pierres qui avaient certainement pris beaucoup de plaisir à jouer du ciseau fin et du tarabiscot, les abbayes Clunysiennes leur laissant le champ relativement libre dans les gravures et décorations.

    Le plateau de Ganagobie

    éloignons nous un peu, revenons vers le bord est du plateau, une série de sarcophages est là, un couvercle y demeure encore, l'épitaphe n'en n'est plus visible. 

    Le plateau de Ganagobie

    sur le devant, l'allée des Moines, bordée de nombreuses stères de bois de chauffage d'un côté et de la yeuseraie de l'autre, tout au bout, complètement au bord du vide, dominant la vallée de la Durance, une grande croix blanche. tournée vers l'est, vers la Lumière.

    Le plateau de Ganagobie

     Le plateau de Ganagobie

     La balade sur ce plateau aux multiples facettes n'est pas finie, nous revenons vers l'abbaye, puis nous nous en éloignons vers l'ouest, direction l'allée de Forcalquier, toujours bordée de yeuses, des pierres levées sont au bord du chemin, vestiges de constructions, projets de maisons...difficile d'y répondre les hypothèses vont bon train.

    Le plateau de Ganagobie

     Le plateau de Ganagobie

    Nous arrivons au lieu dit, "la carrière de meules", en effet, la molasse, pierre calcaire de la région, incrustée de fossiles de coquillages atteint quelques dizaines de centimètres d'épaisseur par ici, les meules circulaires étaient découpées au pic et si, elles résistaient à ce traitement, étaient décollées du sol et la taille de finition en faisaient de belles meules pour les moulins à grain du pays (on se souvient de meules en molasse des moulins de la Véroncle dans le massif, pas si lointain, du Luberon, article du blog ).

    Le plateau de Ganagobie

     une meule cassée, abandonnée

    Le plateau de Ganagobie

     y étaient aussi taillés des aiguiers, réservoirs creusés dans la molasse pour recueillir l'eau rare et précieuse sur le plateau

    Le plateau de Ganagobie

     une meule avant sa découpe finale

    Le plateau de Ganagobie

     un aiguier recueillant l'eau de pluie de ruissellement, la bonde d'écoulement à gauche est peu visible sur la photo

    Le plateau de Ganagobie

     la Fontaine aux Oiseaux...un trou vestige de l'extraction d'une meule, utilisé et travaillé en aiguier avec sa canalisation de récupération des eaux.

    Le tour, si l'on peut dire, du plateau se termine, nous allons revenir vers l'abbaye, et prendre la direction du village de Ganagobie par un superbe et peu connu sentier qui descend sous la falaise du plateau, et nous réservant là, encore, quelques belles surprises.

    Le plateau de Ganagobie

    la sente superbement bien caladée, descend brutalement et longe la falaise, laissant apparaître les différentes strates géologiques du plateau 

    Le plateau de Ganagobie

    une source, sous voûte, suinte encore un peu malgré la sécheresse ambiante 

    Le plateau de Ganagobie

     les yeuses prennent de l'ampleur, ici elles ont moins été mises à contribution, la yeuse est un excellent bois de chauffage.

    Le plateau de Ganagobie

    un abri sous roche montre une source pérenne,  un filet d'eau y coule en permanence et favorise la croissance d'une végétation aquatique intense, un lavoir y a été construit

    Le plateau de Ganagobie

     la sente s'enfonce dans une végétation un peu plus dense

    Le plateau de Ganagobie

    longe une falaise qui laisse s'échapper les racines des arbres, puis nous revenons tranquillement vers le village et des lieux plus bruyants... 

    Le plateau de Ganagobie

     

    Le plateau de Ganagobie

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    4 commentaires
  •  

     

         En ce 17 août, il fait très chaud ici, mais étant donné que le vent est au repos, l'accès aux massifs est considéré autorisé (rouge) quoique avec des risques sévères.

    Les gambettes sont en mal de marche, je pars, en solo, faire une reconnaissance d'un circuit que, probablement, je proposerai aux Amis de l'Huveaune, dans le cadre de nos balades "découvertes" mensuelles.

    La fontaine de la Guillandière, bien cachée dans les argéras et la végétation qui pique des environs de Mazaugues, au pied plein Est  du massif de la Sainte Baume.

    C'est un parcours inhabituel que je pense proposer, au départ de la glacière Pivaut sur la route qui relie Plan d'Aups, à Mazaugues.

    Le GPS cartographique va m'être très utile, ce parcours enchaînant sentiers balisés, drailles de chasseurs et piste DFCI, le tout est de ne pas m'embarquer dans les propriétés privées, nombreuses par ici et interdites d'accès.

    je gare la voiture sur le petit et ombragé parking de la glacière Pivaut et je cherche mon cheminement. 

    La fontaine de la Guillandière

    Tout de suite, en m'éloignant de la route, je me trouve au bord des petites falaises qui bordent les gorges du grand Gaudin (euh, non, pas le notre de Gaudin, d'ailleurs il n'est pas si grand que ça, gros oui !) le cours d'eau principal qui dévale par ici...quand ce n'est pas la sécheresse. 

    La fontaine de la Guillandière

    La cascade, pas une goutte d'eau ce qui n'est pas vraiment étonnant, mais à revoir en saison plus humide, ça doit débouler sévère ! 

    La fontaine de la Guillandière

    le cheminement est varié, la trace enregistrée sur le GPS de rando et créée sur les cartes numériques semble fiable, mais les changements de sentiers sont nombreux et les bifurcations fréquentes 

    La fontaine de la Guillandière

    Je quitte les hauteurs des gorges pour m'enfoncer au plus près du cours d'eau, la végétation devient plus dense, plus verte et je dirais même que parfois, j'ai la sensation de fraîcheur...douce illusion provoquée par l'insolation qui me guette. 

    La fontaine de la Guillandière

     Les lits de cours d'eau à sec à traverser sont nombreux, il faut que je note que si au moment où je propose cette balade il pleut souvent, ça va mouiller les pieds...

    La fontaine de la Guillandière

     la piste  est complètement encagnardée (en plein soleil quoi ! ) un limbert se réchauffe les boyaux, profitant de l'aubaine, il ne bougera pas "oh put... c'est trop bon le soleil, fada" !) 

    La fontaine de la Guillandière

     le cheminement prévu me fait quitter la piste qui file  vers le sud, un sentier très discret va me permettre de contourner le petit point culminant de l'Escaillon et ainsi, je vais me retrouver dans la bonne direction...si tout va bien.

    La fontaine de la Guillandière

    l'occupation des lieux dans des temps plus ou moins anciens est évidente, petites restanques, quelques tas de pierres qui indiquent les ruines d'une habitation, bergerie ou plus.

    La fontaine de la Guillandière

     La direction générale reprend vers l'Ouest, je m'enfonce dans le vallon de la Guillandière, sauvage à souhait.

    La fontaine de la Guillandière

    La source ne doit pas être très loin, les sentiers qui filent dans tous les sens sont nombreux, je me fie à mon instinct (et un peu aussi à la végétation, là où c'est bien vert, c'est humide ) et au bout d'une rapide grimpette, la voilà, la fontaine de la Guillandière, faussement placée sur les cartes IGN et connue des randonneurs têtus et des chasseurs.

    La fontaine de la Guillandière

    Trois belles arches recouvrent la source, cette fontaine aménagée sur la source est connue depuis les Gaulois et était utilisée régulièrement  encore au moyen âge pour alimenter en eau fraîche et potable le village et le Castrum maintenant ruinés du vieux Rougier, tout là-haut sur les hauteurs. Des fouilles ont permis de mettre à jour de nombreux restes de poteries et jarres attestant cette utilisation ancienne de la source.

    Ici l'eau est rare, et si elle n'est plus précieuse, elle l'a été !

    La fontaine de la Guillandière

    En cette période de forte sécheresse, l'eau ne coule plus, mais en se penchant sous les arches, on voit bien que ce n'est pas sec, loin s'en faut. un minimum de curage permettrait de redonner vie à ce joyau de notre patrimoine. Paradoxalement, qu'elle reste discrète évite de la retrouver rapidement dégradée et salie par nombre de déchets que des con..... balancent au fond des puits, juste pour le plaisir de souiller. CQFD les sources dans les calanques.

    La fontaine de la Guillandière

     Après un bref repos, sous l'ombre mitigée d'un jeune platane, je reprend ma route, une piste large et ensoleillée va être suivie vers l'Ouest

    La fontaine de la Guillandière

    traversant les vestiges de ce qui était un oppidum, et plus loin, les ruines du hameau de la Capelette 

    La fontaine de la Guillandière

    belles ruines qui attestent d'une vie agricole importante sur ce plateau 

    La fontaine de la Guillandière

    Il fait très chaud, je n'ai pas le courage d'explorer plus en profondeur les vieilles pierres, mais "mon petit doigt " me dit qu'il y a certainement de belles choses à voir (enfin...belles, façon de parler et chacun ses goûts ! ) 

    La fontaine de la Guillandière

    A priori au fond de l'enclos, un four à pain...quoique ce n'est pas si sûr, sa gueule est beaucoup trop béante , de quoi s'agit-il ? Un four à cade ? humm pas sûr, Il faudrait prendre le temps de regarder de près et tout autour. 

    La fontaine de la Guillandière

     La fontaine de la Guillandière

    Changement de direction, la piste est quittée pour prendre un sentier plus que discret 

    La fontaine de la Guillandière

    jalonné par de curieux trous percé dans le rocher, des trous bien circulaires, réalisés à la machine, embases de poteaux, limites de propriété ? 

    La fontaine de la Guillandière

    je retraverse le Grand Gaudin, puis commence la longue et harassante remontée vers la route, puis le parking. Il fait extrêmement chaud, heureusement il me reste de l'eau pas encore tiède dans la gourde sinon...

    J'en arrive à avoir des hallucinations, je rêve d'une bière bien fraîche à l'ombre généreuse de platanes légèrement secoués par un filet de vent...

    La fontaine de la Guillandière

    La fontaine de la Guillandière

     Ouf, me voilà tout en haut, la route est là, le parking à moins de 300m

    La fontaine de la Guillandière

    et la voiture, à l'ombre...ou presque !

    La fontaine de la Guillandière

    Une rando reconnaissance d'environ 10km500 pour un cumul de dénivelé de 350m maxi...mais quel cagnard !

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112 

    Un arrêt "bière/ombre" sera fait en urgence à l'Hostellerie du Plan d'Aups grâce à la diligente compassion du serveur...pris d'un gros fou rire quand je lui ai expliqué à quel point c'était une affaire vraiment prioritaire  !

    La fontaine de la Guillandière


    6 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique