• Sud Ardèche, le Chastelas

     

     Le Chastelas, tout près de la commune de Grospierre est le témoin d'un passé où les hommes habitaient la montagne et les falaises abruptes.

    Grospierres est une commune de l’Ardèche située dans la vallée du Chassezac. Dérivé du latin "gurges petra", Grospierres signifie "gouffre dans la pierre" évoquant probablement la source vauclusienne de la "Font-Vive" qui surgit au pied du rocher portant les vestiges du vieux village du Chastelas où furent bâtis un château-fort et une église autour du Xème siècle.

    Le village, en ruines, était bâti autour d’un piton rocheux à 276 mètres d’altitude. A partir du XIXème siècle, les habitants se sont progressivement installés dans la plaine afin de bénéficier des commodités en eau et du réseau ferroviaire. Il est totalement inhabité depuis 1930 mais il était encore bien préservé à cette époque .

    C'est le but de la balade de ce jour, il fait beau, la chaleur n'est pas encore là, mais les promesses vont être tenues !

    Nous garons la voiture au col de la Serre sur la D202, puis par un parcours d’abord tout en descente, nous filons vers le hameau des Laurents Hauts.

    Début de balade en forêt provençale, sentier large et légèrement vallonné, ne connaissant pas du tout les lieux, le GPS nous guide.

     sauge des prés

    Longue descente vers le hameau, une source y est marquée, la source de Fontmeille, visiblement ferrugineuse vu les traces de rouille que le peu d'eau laisse sur son passage profondément creusé dans le calcaire.

    La route D202 est traversée à nouveau et par un sentier entre murs de pierres sèches,  nous arrivons au hameau des Laurents Hauts

     hameau traversé sans apercevoir quiconque, changement de cap, nous revenons vers la montagne de la Serre, nous allons y tourner autour

     le sentier en lauzes est dur à la marche, le paysage monotone...pour le moment

    Nous rejoignons le GR 4 qui se dirige dans la même direction, un gué est traversé sur des plots

    puis le GR file sur la gauche, nous l'abandonnons et restons fidèle à notre trace enregistrée.

    la sente, maintenant étroite s'enfonce dans une superbe forêt, un cours d'eau glougloute, puis s'ouvre une jolie cascade

    il faut chercher son passage à pieds secs

    et là...superbe, une belle résurgence s'ouvre devant nous, une eau cristalline verte, bleue, noire selon qu'on avance les yeux vers le trou d'où elle sort.

    C'est Font Vive, une résurgence de type vauclusien.

    Endroit magique, nous continuons notre route, la sente vire à 90° et commence à grimper, direction les ruines du Chastelas.

     Les premiers vestiges apparaissent, pas seulement quelques ruines, mais un village complet, chapelle, château et habitations dont certaines ne demanderaient pas trop de travaux pour être habitables

     superbe travail des hommes qui savaient manier la pierre "sous tension" tout est en arches, voûtes et beaux assemblages de pierres sans mortier ou si peu.

     Ah ! une habitante est surprise pendue au plafond...laissons-là en paix.

     les ruelles caladées grimpent en lacets dans ce village où la vie devait être importante, les maisons sont agglutinées les unes sur les autres, accrochées à la pente de la montagne

     

     le four dans la cour du château

    immense pan de mur

     

     

     Profitant de l'ombre d'un grand mur et d'un prunier sauvage, nous faisons notre pause pique nique ici

     Nous sortons du village par le haut, direction, une chapelle en montagne, Notre Dame des Songes

    la porte haute du village, bien éboulée, mais le cintre de pierres résiste, les "vieux" savaient construire solide avec rien.

     Nous rejoignons le GR4 qui évite soigneusement le village, puis c'est l'arrivée à la chapelle, bonne excuse pour une halte dans une ombre légère

    La chapelle Notre Dame des Songes, perdue dans les bois, remonte aux croisades.

    La légende raconte qu'elle fut édifiée par l'épouse d'un croisé qui ayant fait le rêve de la mort de son époux, jura de bâtir une chapelle si celui-ci revenait vivant de la croisade.

    La chapelle de style roman est un édifice rectangulaire terminé par un chevet en hémicycle. Le chœur voûté en cul de four est couvert d'un ciel bleu parsemé d'étoiles. Une ancre de marine, symbole d’espérance et une croix y sont représentées. L'arc plein cintre de l'entrée du chœur, orné d'une étoile, est daté de 1256. Les éléments du chemin de croix sont en forme de croix templière trèflée. 

    Notre direction maintenant, c'est le Puy Lacher...le point haut de notre rando.

    la sente descend, monte (monte plus que descend !) nous passons le pas de Colombou, le pas d'Estret

    passages en forêt, suivi de ruisseau à sec, nous passons le col de Trépaloup, puis c'est la dure grimpe vers le Puy Lacher dans une forêt dense

    suivi des crêtes de Cruzières et c'est le sommet, où flotte un pavillon rouge

    Un grand mât portant le drapeau Occitan flotte au vent

    Il ne nous reste plus qu'à descendre au col de la Serre, pour rejoindre la voiture garée tout près de la citerne. 

     

     

    Une balade, dont une grande partie du parcours est superbe mais difficile par cette chaleur,  de 14km500 pour un cumul de dénivelé de 540m

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

    « Grande fête Cultures et Traditions à Lacoste, Luberon.Devoluy, Rabou-Chaudun par le sentier des Bans »

  • Commentaires

    1
    Loridon gérard
    Mercredi 21 Juin à 13:00

    Très beau l'ardèche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :