• Var, la Petite Colle et l'ubac de Serene

     

     Ce matin-là les massifs du Var sont en accès autorisé malgré un risque sévère de sécheresse.

    Le ciel est laiteux, une légère couverture nuageuse calme les ardeurs des rayons solaires, de plus, un petit vent d'est donne presque une sensation de fraîcheur.

    Direction le très beau village de Mazaugues, plein est du massif de la Sainte Baume, au pied de la longue barre rocheuse couvrant la Petite Colle et le Mourre d'Agnis. Je sais que la grimpette va être rude, le GR des crêtes est salement pentu au départ du village.

    La voiture est agrée derrière l'église Notre Dame de l'Annonciation, qui, étonnant hasard fait bâtisse commune avec le très vieux moulin à huile, toujours en service.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    D'anciennes machines du pressoir à huile sont exposées, Mazaugues est non seulement fier de son passé paysan mais il le revendique. 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     le GR grimpe rude dans la rue du Château puis atteint la piste de Caucadis Nord, passé la barrière DFCI, ne pas rater la bifurcation dont le balisage du GR est bien caché.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     maintenant, plus aucun risque de se perdre, il suffit de grimper, et pour grimper...ça grimpe d'autant que le sentier est en très mauvais état, rendant la progression difficile, mais bon, je ne vais pas me plaindre, je le savais, ici je suis en terrain connu.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     après une longue grimpette quasi rectiligne sauf un virage à 90° j'arrive sur un premier balcon qui ouvre une très belle vue sur la plaine de Mazaugues

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     puis, plus haut, de charmants passages sous les yeuses avec de l'herbe, de la vraie herbe de part et d'autre du sentier, 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    et c'est l'arrivée sur les crêtes, le panorama éclate de beauté, dommage la verrue de l'abominable champs de panneaux solaires il paraît que c'est de l'écologie de raser des forêts pour y implanter des panneaux solaires qui seraient bien plus à leur place sur les toitures des bâtiments dans les zones industrielles...

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    je quitte le sentier lorsqu'il s'écarte un peu trop du bord de la falaise, tant pis, je rate les quelques passages ombragés, mais ça vaut la peine 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     assez rapidement je suis au petit sommet de la Petite Colle (petite colline, du provençal coulet, colline) . Là-bas, les éboulis du cirque des Escarettes apparaissent, grandioses.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     je profite du passage sous un tunnel de yeuses (chênes verts) pour faire descendre la température corporelle, ça commence à chauffer, plus de nuages, plus de vent.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    je file vers la butte, tout là-haut, les Baus sommet à 905m.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    au pas (col) qui suit la Petite Colle, je repère le départ du sentier que je prendrai au retour, une borne et une stèle en marquent l'emplacement. 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    une longue grimpette sur le versant bien ensoleillé m'attend

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    là encore je chemine en bordure de falaise, c'est un peu plus délicat mais bien plus agréable quant à la vue 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    sur la gauche, versant sud, les rochers erratiques de la plaine d'Agnis sortent de la végétation, ils sont appelés les "dolomites d'Agnis", un rapace survole le plus gros d'entre eux.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    me voilà au point haut, altitude 905m, je cherche un coin ombragé pour ma pause, un beau chêne pubescent me l'offre avec, en prime une beau parterre de bauque (herbe à brebis, prononcer baouque). pause longue et pourquoi pas, sieston au calme loin de toute agitation.

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    je reprends malgré tout le chemin du retour direction le pas de la Petite Colle et son sentier qui dégringole dans le vide, le long de la falaise 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    Bien caché, le départ est marqué par un cairn, sujets au vertige s'abstenir 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     forte descente sur un sentier étroit, de nombreux passages ombragés le rendent, néanmoins, agréable

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     bien au dessus, le sommet de la Petite Colle, la perte d'altitude est rapide 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    loin derrière, déjà, le cirque des Escarettes 

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

    l'ubac de Serene est en forte pente, on pourrait s'en douter, mais après le passage au pied  de la Tête du Bau le chemin devient plus large, puis la route goudronnée me ramène dans le village qui fait la sieste, comme il se doit.

    La fontaine laisse couler une eau fraîche qui, tout à coup, me donne soif, ciel elle n'est pas potable !

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene 

    je sors le plan B et file vers le sympathique Café du Midi m'abreuver d'une excellente mousse sous les platanes de la place.

    A noter que ce café n'est pas radin, il offre même gratuitement l'heure aux passants...pendule figée à l'heure de l'apéro bien entendu !

    Var, le Colle noire et l'ubac de Serene

     L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Devoluy, 3 pics au dessus de ChaudunVieux Nans les pins, la Sainte Croix »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Août à 08:08

    Magnifiques paysages que je découvre grâce à toi ! Mais pas très prudent de longer ainsi la falaise, d'autant plus que tu étais seul ! 
    Je me remet à peine de l'émotion causée par l'immense incendie de Générac, je suis toute retournée. Allez, bisous, bisous

    2
    Marsu83
    Jeudi 8 Août à 09:35

    bonjour Elzeard, c'est une rando que nous avons faite en février mais en partant de Signes. Nous avions croisé ce jour un photographe qui nous indiquais que des chamois avaient été vus justement en dessous de la barre rocheuse ! oui, je dis bien des chamois !

    pour ce qui nous concerne nous attendons qu'il fasse un peu moins chaud pour retrouver nos belles collines. En attendant c'est le Mercantour (haute Tinée) et en septembre Tignes.

    Bonnes randos et encore merci pour ces "reportages": c'est toujours un plaisir !

      • Jeudi 8 Août à 11:30

        bonjour l'ami

        oui pour les chamois c'est ce qu'on m'a dit aussi, dans le cirque des Escarettes, mais en cette saison, et vers midi, aucune chance de les voir, sont pas folles ces braves bêtes ! rire.

        Au plaisir.

        jluc

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :