•  

     Durant notre séjour dans les gorges du Tarn, c'est une balade que je ne voulais manquer à aucun prix.

    Le château de Hauterives nous l'avions vu du sentier qui descend vers le hameau de  Castelos puis Hauterives au bord du Tarn, mais cette fois-ci je voulais y aller au plus près et bien qu'officiellement il n'y ai pas de chemin je pensais bien en trouver un, une draille de chasseur ou autre...

    Ce château, en vérité ces ruines superbes sont à l'honneur dans un des chapitres de mon roman "la Spirale du Temps", je ne pensais pas être aussi stupéfait en le voyant intra-muros. 

    Nous allons faire une toute petite balade du genre aller et retour au plus court, les soucis de genou pour la Gazelle et de lombaires pour moi, étant toujours présents, il ne s'agit pas d'être imprudents.

    La voiture est garée dans le charmant hameau d'Anilhac, sur le causse Méjean, tout près de la rupture du causse, en bordure des gorges. Nous y étions passés la dernière fois et ce hameau nous avait charmé, il y a de quoi, beauté des maisons caussenardes, beauté du causse, calme et sérénité sauvage. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     le matin est serein, le ciel d'un bleu profond, le causse est, comme il se doit, silencieux.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    Même la lune, noctambule affirmée, tarde à se coucher devant une nature aussi belle. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    les gorges apparaissent rapidement, grand coup de sabre qui sépare le causse Méjean du Sauveterre, les éternels murets de pierres délimitent les espaces dédiés aux brebis, bordés de buis  hésitants entre le vert tendre et le marron de la sécheresse. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     nous voilà tout en bordure des gorges, la fausse platitude du causse étant définitivement rompue par la descente abrupte en direction du Tarn par une sente bien marquée mais pentue et tortueuse.

    Entre les branches d'un alisier en fruits, les ruines du château de Hauterives apparaissent, environ 290m plus bas que nous. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    dans la descente nous croiserons un groupe de randonneurs montants, dont "une connaissance" du blog déjà rencontrée lors d'une balade dans le Siou Blanc. le monde des randonneurs est en réalité tout petit. Après les salutations d'usage, chacun repart de son côté, quant à nous, nous restons vigilants à chercher la sente forcément discrète qui va nous emmener vers notre but. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    derrière nous le Roc Trouquat, où nous étions hier pour notre pause du médio, en face du ravin de la Couronne où nous sommes actuellement. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Nous voilà à peu près à la bonne altitude, en face du piton rocheux où se trouvent les grands pans de murs du château, seuls vestiges visibles de cette forteresse moyenâgeuse 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     la sente recherchée existe bien, nous nous y engouffrons, elle est peu marquée mais va dans la bonne direction, c'est de bonne augure. 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     On s'approche...on s'approche...

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     passage délicat dans un pierrier instable, le "planter" de bâton doit être sûr !

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     et voilà, nous sommes en dessous du piton rocheux où s'élève le château, il n'y a qu'à remonter la sente est visible

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     une belle clairière dans les feuillus nous accueille et nous offre un point de vue magnifique sur ces vestiges hors du commun

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Je ne peux, bien entendu, résister au désir d'aller y jeter un coup d'œil au plus près, ceux qui me connaissent savent mon attirance pour les vieilles pierres chargées d'histoire, grimpette vertigineuse, le château ayant été construit sur un piton haut perché et à pic au dessus des gorges

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     j'en reste bouche bée, je dois avouer que je n'arrive pas à comprendre comment les hommes du moyen âge ont pu construire ce château ici, avec les moyens de l'époque, le causse n'étant pas réputé, loin s'en faut, pour fournir du bois d’échafaudage en abondance.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Les murs ayant résisté au temps et à la furie des hommes sont superbes par la qualité de leur construction. Les blocs sont parfaitement jointés et taillés avec une précision qui me laisse pantois.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    édifiée sur quatre niveaux, les trous de boulins le démontrent, c'était une petite forteresse mais de grande qualité 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Malgré ses presque neuf cents ans, le jointement parfait des pierres taillées avec la roche naturelle n'a pas bougé d'un millimètre, aucune fissure, aucun tassement, rien que cet exemple ne fait que renforcer l'admiration que j'ai pour ces bâtisseurs du moyen âge.

    Je ne me suis pas trompé dans mon roman en attribuant cette construction à mon héros, Martin la tête dure, berger du Luberon devenu bâtisseur puis éminent Maître d'œuvre.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Nous faisons notre pause du midi au pied de ce chef d'œuvre du XIIème siècle, que les intempéries et les hommes lui assurent une longue vie, des siècles durant, encore et encore.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     rectitude et hauteur vertigineuse de ces murs qui témoignent du savoir-faire des ces génies de la construction

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     il nous faut quitter ces lieux, à regrets, nous revenons en direction du sentier, par un autre chemin qu'à l'aller, plus évident et plus facile 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     quelques traces du passage des vautours qui sillonnent le ciel en quête d'une charogne 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    Il nous faut à nouveau traverser le ravin, mais cette fois-ci, le pierrier est nettement plus stable 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    revenus sur le sentier principal, nous remontons vers le causse quand, devant nous un couple de vipères est en train de se faire un gros câlin en vue de s'accoupler, visiblement nous dérangeons !

    Entortillées comme des scoubidous, elles se séparent pour retrouver une agilité qui leur est nécessaire pour se protéger, nous ne leur aurions fait aucun mal mais les deux vipères ne le savent pas.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     les deux serpents se séparent d'une étreinte passionnée, et filent, apeurés chacun de leur côté.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     souhaitons leur de se retrouver quand le calme sera revenu sur le sentier, et qu'ils fassent de beaux petits...

    en remontant nous rencontrons d'autres randonneurs connus du blog, décidément nous ne sommes pas "incognitos" ici !

    Un grand bonjour à Gérald et Charis s'ils lisent ces lignes, pour cet agréable moment partagé.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     Quelques nuages bas assombrissent le ciel, rendant le causse encore plus mystérieux

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    Nous sommes rapidement en vue de  Anilhac  

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    et ses jolies maisons de pierres 

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

     la croix de fer, marque le centre du village.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    Fin de notre courte mais enrichissante balade sur la rupture du causse Méjean dans une nature encore préservée.

    Gorges du Tarn, le Castelas de Hauterives

    une balade  en simple aller et retour, de 6km200 pour un dénivelé de 300m environ.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     


    2 commentaires
  •  Pour ce nouveau séjour en Lozère dans les magnifiques gorges du Tarn, nous sommes revenus, encore une fois,  dans un des gîtes tenus par madame Malaval à Cabrunas, Sainte Enimie.

    Gite que je ne peux que vous recommander pour un séjour dans la région.

    Mariethé Malaval vous accueillera avec plaisir.

    Clic ici pour plus d'infos : 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    https://www.lozere-tourisme.com/gites-locations/HLOLAR0480009828/detail/gorges-du-tarn-causses/malaval-marithe  

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     *********************

          Pour cette première balade de ce trop court séjour, nous allons dans une partie du Causse Méjean située en extrême bordure des gorges.

    Un parcours non balisé, référencé dans aucun topo-guide mais tracé d'après une utopie due à mes lectures.

    Nous sommes partis à la recherche d'un village...inexistant, sauf dans l'imagination débordante de l'auteur du roman.

    Le titre de cette balade pourrait être :

    Le Vallat des Horres ou "à la recherche d'un village inexistant".

    Depuis les gorges, dans le village de la Malène réputé pour ses bateliers sur le Tarn difficile en ces lieux, nous traversons par le pont puis prenons la route qui grimpe en nombreux lacets sur le  Causse Méjean.

    Le vallat des Horres est bien indiqué sur la carte, le sentier repéré aussi.

    Un vallat est un vallon parcouru par des ruisseaux, ici ces ruisseaux intermittents dévalent en direction du Tarn plusieurs centaines de mètres plus bas.  Nous sommes au pays des brebis, les enclos sont nombreux.

    La voiture est garée en bordure de route D43, une croix, comme souvent sur le Causse, marque le carrefour avec une  draille.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     Bien qu'étant sur le Causse, la végétation est importante, la draille file plein est, nous la suivons.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    un cavalier lui aussi en balade, vient à notre rencontre, peu de mots seront échangés, mais tout sera dit :

    "Bonjour, c'est beau hein !"

    chacun reprend sa route du rêve plein la tête, c'est la magie du Causse. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    La fracture des gorges est à quelques mètres, la vue, est superbe et vertigineuse 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    nous quittons, involontairement, la draille pour filer en bordure de falaise vers un roc, qu'en Provence nous appellerions un bau (prononcer baou) 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    Promontoire rocheux qui offre une vue panoramique, sur le Causse de Sauveterre en face et La Malène en bas sur le Tarn.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    La Malène qui sort péniblement de l'ombre et commence à recevoir les touristes de fin de saison

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres 

    bien entendu la vague sente suivie ne mène nulle part, il nous faut  reprendre la draille, inutile de  chercher à couper dans la végétation qui pique, le demi tour est inévitable.

     Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    la draille retrouvée traverse une jolie forêt bien verte et agréablement ombragée

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    puis rapidement, les larges étendues du Causse réapparaissent, de nombreux vieux murs en pierres délimitaient les espaces réservés aux brebis, ils sont aujourd'hui remplacés par des clôtures électrifiées.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    par ci par là un vestige de capitelle, abri pour berger en pierres sèche,  comparable à nos bories du Luberon.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     une mante religieuse nous barre le chemin...

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     et nous voilà tout au bout du Vallat des Horres, à la pointe rocheuse nommée Roc Trouquat qui surplombe "la Couronne" et un peu plus loin, le château de Hauterives.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    ces vestiges du  château de Hauterives sont un des hauts lieux de mon roman "la Spirale du Temps" j'y reviendrai, ce sera l'objet de la balade de demain...

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    gros coup de zoom sur ce château quillé sur son piton rocheux, prouesse des bâtisseurs du moyen âge 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    autre coup de zoom sur le hameau de Castellos, au pied du château 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    et sur le hameau de Hauterives, en bordure du Tarn et dont l'accès ne peut se faire qu'à pieds ou en traversant le cours d'eau en barque quand le courant n'est pas trop fort.

    Un petit  télébenne traverse le Tarn sur un câble et permet l'apport de victuailles aux rares habitants de Hauterives.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     Après une pause où nous avons admiré le vol des vautours très haut dans le ciel, planant dans les courants d'air chauds ascendants nous reprenons le cours de notre exploration de cette partie du Causse

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    la draille nous emmène au hameau de Montignac, assoupi en cette fin de saison. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    restant admiratifs et contemplatifs devant les belles maisons caussenardes

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres 

    un très beau four à pain qui laisse imaginer la bonne odeur d'un pain au levain qui craque en refroidissant...un morceau de ce pain, du fromage de brebis, une verre de vin , des amis et...elle est pas belle la vie ?

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    une croix en fer dans le village, ici les croix, n'en déplaise à leurs détracteurs actuels, sont nombreuses, si souvent ce sont des sortes d'ex votos, dont on ignore le but exact, il en est d'autres qui, en pierres, sont des repères pour les marcheurs et ce, depuis la nuit des temps, quand les cartes et les GPS n'existaient même pas dans l'esprit des gens. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     croix de pierres qui indiquaient l'entrée du village, la limite d'une paroisse, ou un carrefour important, quand tout se faisait à pieds, de draille en draille.

    Merveilleux patrimoine que les caussenards, gens intelligents,  savent conserver. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    une croix datant du XII ème siècle...indestructible 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    aux carrefours de drailles, devenues parfois des routes goudronnées, subsistent encore de nombreuses capitelles de bergers, même si comme ici, elle servent à y stocker des outils pour l'entretien des routes.

    Nous sommes sortis de Montignac, nous suivons sur quelques mètres le GR de pays "tour du Causse Méjean" qui file dans une draille bordée de buis et de murets de pierres

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    laissant sur le côté le charmant hameau de Rouveret 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    draille de marcheurs, aujourd'hui dédiées à la randonnée, mais autrefois, chemins de communication pour les colporteurs, les voyageurs et les troupeaux de brebis.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     une croix directionnelle, le bouche à oreille permettait de savoir par où se diriger...orientée selon les points cardinaux. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     œuvre d'un forgeron, probablement

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     nous quittons le GRP pour une sente qui traversant une petite forêt nous ramène à la voiture, au passage nous découvrons des champignons géants, quelques "morilles" taillées dans un bloc de tuf et plantés sur des pieux en genévrier...heureuse rencontre. 

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     Gorges du Tarn, le vallat des Horres

    Comme il était prévisible, nous n'avons pas trouvé le village du roman, ce qui d'ailleurs est un signe de grande imagination couplée à une bonne connaissance des lieux par l'auteur, mais ce fut une belle journée de promenade dans une partie du Causse peu parcourue, ignorée des randonneurs, du bruit et de la frénésie.

    Gorges du Tarn, le vallat des Horres

     Une balade en bordure du superbe Causse Méjean, de 9km500 pour un cumul de dénivelé de 180m.

    *****

     PS :  ne comptez pas sur moi pour fournir le fichier GPS de ce parcours ni la trace sur carte IGN, il y a suffisamment d'indications dans cet article pour retrouver le cheminement, ça fera partie du plaisir de la découverte.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique