•  

     Ce jour, les massifs étant d'accès autorisé, je file vers le vieux bourg fortifié, mais en ruines, de Nans les pins (...les pins étant une appellation récente afin de donner un accent provençal au village, tout comme Sausset les pins, machin truc en provence...) .

    Le bourg fortifié existait déjà au VIIIème siècle  mais le château féodal ne date que du 12e. 

    Le fortilicium, le bourg et le château, ont été habité jusqu’au 15e siècle puis les nansais sont ensuite descendu vivre dans la plaine.

     

    Au début du 18e siècle, le bourg aurait servit de lieu de quarantaine aux personnes atteintes de la peste.

    Pour cette balade qui se veut une "reco" pour la rentrée des Amis de L'huveaune dans le cadre de nos balades mensuelles, ce n'est pas le fortilicium qui m'attire aujourd'hui, il y a de gros travaux et la visite en est délicate, mais la colline adjacente où restent les vestiges d'un oppidum Celto-ligure et une Sainte Croix, qui a donné son nom à la  colline...ou l'inverse.

    La voiture est garée sur la route qui monte de Saint Zacharie vers le plan d'Aups, au niveau du Pas de Peyruis. Je ne prends pas la piste de la Taurelle mais une sente non balisée qui file sur la petite hauteur qui domine le domaine de la Taurelle. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Jolie sente, petite grimpette sans difficulté, le tracé est évident, sans négliger de parfois, chercher un peu.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     puis, une fois sur l'autre versant, descente en direction de la piste que je traverse illico, pour me retrouver tout près du premier étang, assez bien caché, l'eau coule, petit affluent sans nom de l'Huveaune.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    paradis des grenouilles et autres bestioles qui grouillent en ces lieux. Mon approche, pourtant "à pas de loup", déclenche de nombreux plongeons de batraciens. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    je file le long de la lisière des champs, le ruisseau est bien en eau, je chemine à l'ombre...parfait ! Le second étang, le plus grand, est presque à sec, l'eau vaseuse et boueuse à souhaits.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    puis, c'est le troisième, avec là aussi très peu d'eau 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    dans la flotte glauque, les énormes poissons rouges de la famille des carpes, attendent des jours meilleurs.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     J'arrive enfin sur les berges de l'Huveaune, au niveau de la grande martelière, vestige d'un probable moulin, le petit fleuve est complètement à sec.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    je traverse et file, en face, sur le large sentier qui grimpe rude en plein soleil vers la Mantelette 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    de belles toiles d'araignées s'étalent dans la bauque, en forme d'entonnoir, épeires ? 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    je quitte la piste pour l'ancien sentier, qui fait un détour mais est nettement plus agréable, de plus l'ombre y est généreuse 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    pour arriver à la ruine de la ferme de la Mantelette, belle bâtisse partiellement ruinée, entourée de tilleuls. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    Plein sud, la vue sur les trois niveaux de barres rocheuses, de bas en haut :

    - le cirque de la Castelette (sources de l'Huveaune)

    - le roc du Caire

    - la barre de la Sainte Baume et le Saint Pilon 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Une belle vigne apparaît, hélas, très vite je vois qu'elle est à l'abandon, ne survivant que parce qu'elle en a pris l'habitude, les sumacs l'envahissent et il n'y a aucune grappe en formation.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    la piste fait place à un sentier en sous-bois, pente douce, cheminement agréable 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    dans une trouée de végétation apparaît le Fortilicium de Nans, on peut voir les échafaudages immenses sur la gauche, pour la restauration et sécurisation du site 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    sur la droite, mon objectif, la Sainte Croix 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    je pénètre dans la forêt de yeuse, la grimpe commence 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    sous les gros rochers, un gouffre comblé 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    puis l'extrémité ouest du fort apparaît, une tour de guet 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    Les ruines du fort commencent ici et descendent vers l'est en direction de l'ancien bourg dont l'accès à partir d'ici est interdit pour travaux

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     je rebrousse chemin et file vers la colline Sainte Croix

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    le sentier botanique, abandonné comme c'est souvent le cas pour ces beaux projets, on fait travailler des scolaires, souvent à grand renfort de publicité à travers les médias, sentier botanique, replantation d'arbres, etc mais aucune suite n'est donnée, le tout périclitant très vite, je ne sais pas si c'est vraiment de la pédagogie... 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    je quitte ce sentier botanique pour grimper au sommet, une aire noire de charbon me dit qu'ici il avait une charbonnière, je cherche et rapidement je trouve les vestiges de la cabane du charbonnier...ça ne rate pas. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    plus haut, les premiers vestiges de l'oppidum se dévoilent, énormes blocs montés en murs de fortification 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Les restes de l'oppidum de Sainte-Croix, dont ses remparts datés de l'âge de fer, permettent de savoir que les lieux étaient occupés à partir de l'an -200, et pour une période de deux siècles environ.

    Le nom originel du village Nanto, date de cette époque et vient d'un mot celte voulant dire vallée 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    au sortir du couvert de la forêt de yeuses la croix est là, sur son socle bien branlant, haubanée par du fil de fer pour résister au vent dominant, le Mistral. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     en bas, vue sur le fortilicium et le nouveau Nans

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    Sur le socle, quelques gravures, pas très anciennes malgré tout. 

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Après une longue pause au bord du vide, à l'ombre de la croix (tiens, ça me fait penser au poème chanté de Georges Brassens, "la supplique" qui saura me dire pourquoi ?) yes

    Descente de mon perchoir par un sentier non balisé qui n'existe pas sur les cartes, puis retour sur la piste de la Mantelette

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     les restanco de la Mantelette, oliviers à l'abandon, comme la vigne située un peu plus haut.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    l'Huveaune étant à sec, je traverse sans mouiller les semelles et me retrouve rapidement le long du petit ruisseau, bien en eau lui, qui me ramène vers la ferme de la Taurelle.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     je passe devant la cabane qui abrite la moto-pompe qui desservait la ferme.

    Ce moteur dont la pompe a disparu, m'intrigue, serait-ce un très vieux Baudouin monocylindre à essence des années 1920/30 ? la qualité de la fonderie me le fait penser. Un lourd volant à ailettes pour le refroidissement du nid d'abeilles enserrant la bougie d'allumage en place, poulie en bois pour courroie plate en cuir, une magnifique pièce de musée, dommage que ce soit incomplet.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

    arrivé sur le très beau domaine de la Taurelle et ses alignements de mûriers, je laisse de côté les vestiges de l'habitat gaulois.

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     je passe devant la ferme, en ruines, comme de bien entendu, et retour au point de départ par la piste.

    Fin de jolie rando "patrimoine".

    Vieux Nans les pins, la Sainte Croix

     L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    5 commentaires
  •  

        Nous voilà de retour dans ces belles gorges du Caramy, au départ du saut du Cabri.

    Le programme de notre rando va se décider au fil de nos pas et de nos envies. Mais tout d'abord, nous laissons le saut du Cabri de côté pour filer vers le labyrinthe des avens, gouffres et failles dans la roche calcaire. Un circuit de plus en plus difficile à suivre car les jalons rouges sont très effacés, et ici, dans ce dédale il est très facile de tourner en rond.

    Il est tout de même important de bien regarder où mettre les pieds, il y a plus de trous profonds que de surfaces disponibles.

    Gorges du Caramy, des grottes

    Gorges du Caramy, des grottes

     arrivés au niveau du belvédère, nous nous apercevons que la petite chaîne bien utile, surtout pour le retour, n'est plus là. Nous cherchons un passage de substitution sans pour autant perdre de vue le parcours du labyrinthe

    Gorges du Caramy, des grottes

     et voilà, nous sommes revenus sur le tracé initial, le détour n'était pas si compliqué que ça à trouver.

    Gorges du Caramy, des grottes

    parcours tout autant ludique que délicat, nous avons parfois l'impression (mais ce n'est qu'une impression) de passer plusieurs fois au même endroit

    Gorges du Caramy, des grottes

     petite écart pour aller sur le belvédère des chèvres, absentes, elles sont probablement encore au chaud dans la bergerie 

    Gorges du Caramy, des grottes

     avec vue sur les gorges au sortir du Saut du Cabri, en bas le fracas de l'eau est en concurrence avec le bruit du vent violent dans les gorges.

    Gorges du Caramy, des grottes

    puis c'est le début de la descente par une sente tortueuse et fortement pentue 

    Gorges du Caramy, des grottes

    avec quelques passages amusants... 

    Gorges du Caramy, des grottes

    où il faut sortir les mains des poches. 

    Gorges du Caramy, des grottes

     Gorges du Caramy, des grottes

     

    Nous arrivons ensuite sur l'ancienne piste de la carrière que nous suivons sur une centaine de mètres avant de prendre le discret sentier qui descend vers la Baume Saint Michel du Caramy

     La Baume Saint Michel de Caramy

    Gorges du Caramy, des grottes

    Ce grand porche, l'un des plus grands des gorges du Caramy, a été occupé dès le Néolithique ancien, par les premières communautés paysannes du sud de la France. Il a été ensuite un abri peint et un lieu de taille du silex local au Néolithique final.

    Les peintures préhistoriques ont été lessivées au Moyen-âge, sans doute avec la volonté d'une christianisation des gorges, et on y a implanté une petite chapelle troglodytique dédiée à Saint-Michel.

    Gorges du Caramy, des grottes

      Au fond de cette partie, sur la gauche, un mur maçonné et crépi, montant jusqu’au plafond, est percé d’une entrée aux bords décalés. Elle donne accès à une petite pièce qui a vraisemblablement servi de chambre à l’ermite Sutton.

    Inscription au plafond de la chambre de l'ermite, le Pentacle n'est, hélas, plus visible.

    Gorges du Caramy, des grottes

    A droite du mur de cette chambre, un autre mur montant jusqu’au plafond, occupe la majeure partie du fond de la grotte. C’est sur la partie gauche de ce mur, la plus haute, que se trouvent les vestiges de la peinture polychrome de saint Michel archange.

    Cette peinture, aujourd’hui très dégradée et dont il ne subsiste que la partie supérieure, devait mesurer quand elle était entière, 1,90m de large pour 1,20m de haut. 

    Il faut ajouter que certains visiteurs irresponsables s’amusent à mouiller pour en aviver les couleurs et avoir « leur belle photo ». 

     Gorges du Caramy, des grottes

     derrière le mur bâti et crépi et semi effondré, les stalactites et autres concrétions calcaires 

    Gorges du Caramy, des grottes

     Gorges du Caramy, des grottes

     Au niveau inférieur, une faille dans la roche nous offre une beau chapelet de Gorgones suspendues au plafond

    Gorges du Caramy, des grottes

     il faut se faufiler en "mangeant" les toiles d'araignées, mais c'est faisable

    Gorges du Caramy, des grottes

     pareil pour en sortir...

    Gorges du Caramy, des grottes

     Nous contournons la baume et revenons un peu plus bas sur la piste, que nous descendons cette fois, en direction d'une sente aussi discrète que pentue pour arriver sur la rive gauche du Caramy

    Gorges du Caramy, des grottes

     

    un sentier y trace son chemin, pas toujours facile car il faut éviter les arbres morts entraînés par le courant, et parfois ne pas hésiter à passer tout près, mais alors tout près, de l'eau

     Gorges du Caramy, des grottes

     Gorges du Caramy, des grottes

     Il y a eu pire avec un niveau de l'eau nettement plus important

    Gorges du Caramy, des grottes

    Gorges du Caramy, des grottes

     Pour éviter de trop remonter vers le plateau et afin de rester au plus près du fil de l'eau, il nous faut passer par des endroits...disons délicats.

    Gorges du Caramy, des grottes

     et en bas, encore enjamber vieux troncs et arbres tombés

    Gorges du Caramy, des grottes

     Nous arrivons à la source de Figuières, qui est toujours en eau avec un débit bien souvent supérieur au Caramy lui-même ce qui est encore le cas aujourd'hui

    Gorges du Caramy, des grottes

     le confluent source à droite et Caramy à gauche

    Gorges du Caramy, des grottes

     Direction la ferme de Rimbert cette belle vieille ferme, maintenant abandonnée mais qui fût une grande propriété. Nous prenons un sentier qui monte sur le versant, en vue d'aller à l'une des grottes ornées, la grotte Chuchy, du surnom de l'épouse de son "inventeur".

    Gorges du Caramy, des grottes

     rude grimpe, où il est plus facile de partir en arrière sur le dos, que vers l'avant !

    Gorges du Caramy, des grottes

    petite grotte, bien visible d'en face, c'est la plus haute des quelques grottes ornées de dessins à l'ocre rouge

    Gorges du Caramy, des grottes

    A l'abri du vent et face au soleil, c'est ici que nous faisons notre pause du médio en compagnie, hélas par la pensée, de nos ancêtres qui ont dessiné ces figures superbes

    Gorges du Caramy, des grottes

     

    Gorges du Caramy, des grottes...

     Art pariétal à Chuchy dessins à l'ocre rouge 

    La scène de chasse 

    Une femme sortant de son habitation lève les bras au ciel pour rabattre un renard en fuite vers son mari armé d’une fronde. Le chasseur suivi de deux chiens a déjà abattu un premier renard qui gît à terre, la tête renversée, les pattes étalées

    la scène de la chasse au renard (1)

    Gorges du Caramy, des grottes

     la scène de la chasse au renard (2)  la femme aux bras levés à gauche de sa cabane n'est presque plus visible

     Gorges du Caramy, des grottes

    détail du renard

    Gorges du Caramy, des grottes

    en face, la scène cultuelle

    une idole  dont le visage ne possède que deux yeux est accompagné à gauche de cinq bâtonnets verticaux coiffés d’un point (hommes stylisés ?) et à droite de quatre croix, symboles de quatre stylisations féminines. Quatre points et un signe soléiforme dominent l’ensemble tandis que, à la base, une ligne ondulée coupe une figure tronconique.

    scène de l'Idole (presque plus de détails visibles)  

    Gorges du Caramy, des grottes

    le  symbole soléiforme

    Gorges du Caramy, des grottes 

    vue panoramique sur la vallée du Caramy depuis la grotte 

    Gorges du Caramy, des grottes 

    au loin, l'ermitage Saint Probace 

    Gorges du Caramy, des grottes

     Il nous faut redescendre, ce qui est bien plus difficile que de monter

    Gorges du Caramy, des grottes

    en bas, sur les berges, nous revenons vers le saut du Cabri, le vent violent qui souffle en fortes rafales nous dissuade de revenir par le GR qui circule rive droite sur le Claou de la Chevalière. 

    Gorges du Caramy, des grottes

     remontée de la fissure en petite cheminée

    Gorges du Caramy, des grottes

    puis les pieds quasiment dans l'eau 

    Gorges du Caramy, des grottes

    Au pied du barrage, au Saut du Cabri, nous remontons la sente tracée dans la bauxite 

    Gorges du Caramy, des grottes

    qui grimpe sous le belvédère 

    Gorges du Caramy, des grottes

    et revient vers le sentier escarpé de ce matin 

    Gorges du Caramy, des grottes

     puis c'est le labyrinthe entre les gouffres que nous prenons en sens inverse.

    et retour à la voiture, fin de rando.

    Gorges du Caramy, des grottes

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique