• Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Une autre balade dans le plateau du Siou-Blanc, il y en a tant !

    Une petite rando facile, mais qui va nous entraîner dans un  vallon étonnant. Mais qu'est-ce que c'est que les "armàri" 

    Armàri sera toujours sans "s", en provençal le pluriel ne se manifeste pas en mettant un "s" mais seulement par l'article qui précède le nom.

    Ce serait donc le couloir des "armoires" ? C'est probablement de cette comparaison que viendrait le nom qui marque ce lieu, une série de trous qui percent une falaise et pourraient ressembler à des armoires alignées...OK c'est tiré "par les cheveux" mais c'est ainsi.

    Foin de toute recherche d'explication cohérente, car nous ne saurons jamais la vérité, le temps passe...les mots s’interprètent...se colportent, se transforment...se re-colportent...se traduisent plus ou moins bien du provençal en français...et ne veulent plus rien dire. Les exemples similaires sont nombreux.

    En route pour cette balade sympathique.

    Nous garons la voiture sur le bord de la route qui traverse le Siou-Blanc au point haut de la Limate, côte 624, croisement des 4 chemins. Une piste part à droite nous la suivons, un balisage vert mais parfois effacé sera notre fil conducteur, à noter que sur les carte IGN, les tracés de pistes et sentiers sont souvent erronés dans ce secteur, quelles qu'en soient les raisons. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     En cette saison, le plateau est couvert de fleurs sauvages, les variétés varient au fil des jours, il n'y a presque plus d'asphodèles, mais les Aphylantes, le Lin Bleu ou Blanc, les Lilas d'Espagne et mille autres espèces parsèment les abords des chemins.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Lin bleu

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Lin blanc

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    La piste est large, le dénivelé faible, il fait beau. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Très au loin, la Ciotat, le Bec de l'Aigle et l'île Verte.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Nous arrivons assez vite à la Citerne du Grand Clos, très belle citerne comme il s'en faisait ici du temps où l'eau avait un prix. Citerne couverte pour récupérer la rare eau de pluie par la toiture, réduire l'évaporation et éviter la pollution par les végétaux morts. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Bien qu'étant assez ancienne, cette citerne est toujours active, l'ouverture de la toute petite porte nous le prouve si besoin était, elle est pleine à ras bord. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Tout au fond, la canalisation de récupération des pluies par la toiture, du côté de la porte, le tuyau (non visible) de la sur-verse.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    le cheminement se poursuit, puis la végétation reprend de l'ampleur, les chênes deviennent un peu plus présents, nous approchons. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Sur la droite, part, entre deux falaises, un étroit couloir, nous y voilà. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    la roche est mystérieusement érodée, creusée, ce qui est étonnant car peu de traces d'un éventuel torrent ici...pourtant tout l'indique. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Un boyau s'ouvre dans la roche, parallèlement à la paroi , il ne demande qu'à ce que nous nous y engagions.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Je mets la lampe frontale, mais c'est bien inutile, les fameuses ouvertures latérales ( li armàri ) donnent assez de lumière et le boyau n'est pas très long.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Mais il est plus facile de s'y engager en enlevant le sac

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     et voilà, c'est déjà la sortie, 25/30m de long tout au plus.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Rangé dans une "armoire" ! 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Prochain objectif, le sommet de la Colle Vieille...(colline vieille...ou veille...vigie ?) 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Nous sortons du vallon en revenant sur nos pas et continuons sur la piste, qui très vite devient un sentier étroit qui s'enfonce dans la végétation.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     pas de trace balisée, "officielle" et une cartographie extravagante vont nous faire errer dans les broussailles, heureusement le point d'arrivée est sur le GPS, par conséquent, la direction est corrigée en permanence.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     L'arrivée est proche, un vieux mur en pierres sèches marque les limites de ce qui devait être une propriété

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    et nous voilà au sommet de cette petite colline qui domine le village de Signes. 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Siou Blanc, le couloir des "armàri" 

    Nous faisons la pause ici, bien abrités du petit vent dans une ombre clairsemée

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Revenir au couloir des armàri sera plus facile, une sente balisée par des cairns, non vue à l'aller (mais on va vite comprendre pourquoi) nous ramène directement sur la piste 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

    Sur les hauteurs du plateau, les parois rocheuses des armàri, sortent de la végétation 

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     un bel arbuste de genévrier oxycèdre, un cade !

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Nous prenons une autre piste pour le retour, qui nous fait passer devant ce qui a probablement été une petite carrière d'extraction de sable

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Loin devant, entre les arbres, le sommet de la Tête de l'Eveque et la maison construite en son temps par Paul Ricard, ce que certains nomment la "verrue" ...vocable assez réaliste en ces lieux.

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     Retour au bord de la route, fin de cette jolie balade d'environ 7km pour un cumul de dénivelé de 200m.

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    Siou Blanc, le couloir des "armàri"

     

     

     

    « Mon dernier roman, La Fille de la Sainte BaumeVar, la grotte Chélo et la grotte du Croupatier »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 24 Mai à 07:03

    belle promenade.

    2
    Mercredi 24 Mai à 10:12

    Bien jolie balade avec toujours une multitude de découvertes comme le Siou Blanc sait en offrir. Bravo ! Amts. Gilbert

      • Mercredi 24 Mai à 10:31

        Oui et il y a tant à découvrir encore pour les amoureux des belles choses de la nature

        Amistousamen

        jluc

    3
    Mercredi 24 Mai à 10:20

    Oui, ça avait l'air assez "facile", mais je vois quand même que tes mollets en ont pris un coup ! (rires). Bises les amis et bonne journée.

      • Mercredi 24 Mai à 10:30

        C'est le résultat de quelques errances dans les buissons qui piquent ! Et puis j'ai une vraie peau de bébé rose...

        rire.

        bisous les amis

        jluc

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :