• Ste Victoire, les deux barrages.

        Entre Aix en Provence et la face nord du massif Ste Victoire, la sté du Canal de Provence exploite deux retenues qui servent essentiellement à l'irrigation de la région.
    Le plus ancien de ces barrages, le barrage Zola,  du nom de son architecte, Francesco Zola (le père d'Émile Zola), est l'un des premiers barrages en voûte.

    Il est situé sur la commune d'Aix-en-Provence, dans les gorges de la Cause en aval du barrage de Bimont.

    Les travaux commencent en 1847. Francesco Zola ne verra jamais l'ouvrage car il meurt peu après, et l'ouvrage sera mis en service seulement en 1854, les difficultés administratives créées par le propriétaire du château du Tholonet ayant considérablement retardé les travaux.
    En effet, celui ci voyait d'un très mauvais œil cette eau gratuite et abondante ne plus traverser son domaine mais désormais alimenter Aix en Provence.

    Le nom de "Barrage Zola" ne lui sera donné qu'en 1870 en hommage à son constructeur. Peut être un peu aussi à cause de son illustre fiston.

    Il sera exploité jusqu'en 1877. Il n'a plus de fonctions d'irrigation actuellement, mais il est régulièrement entretenu, et sert de régulateur de crues et surtout peut encore jouer le  rôle de  tampon en cas de défaillance du barrage  Bimont , puisque situé en aval .

    Le barrage de Bimont, lui,  a été construit entre 1946 et 1951 par l’ingénieur Joseph Rigaud . Il retient les eaux de la Cause, issues du ruissellement de la face nord du massif de Sainte-Victoire, mais il est en réalité principalement alimenté par une conduite souterraine artificielle amenant l’eau du Verdon par le Canal de Provence. Il s’agit d’un barrage voûte à double courbure s’appuyant sur les rives. Il est constitué de 15 plots, et atteint une hauteur de 87,50 mètres pour une longueur en crête de 180 mètres. Son épaisseur est de 17,40 mètres au pied et de 4,30 mètres en crête.

     **************

    Aller faire une petite balade dans les environs de ces deux barrages aux eaux superbes était notre objectif, avec en fond le désir de passer le plus souvent possible par des sentiers peu connus. Cette belle idée va nous emmener auprès d'un troisième barrage, assez ancien, probablement construit au XVème siècle.

    Au départ du chemin de la Paroisse, au Tholonet, nous filons par un sentier non balisé vers les crêtes qui bordent la Cause, le cours d'eau qui alimente les barrages de Bimont et Zola.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Au sommet de la petite colline, notre sentier assez discret dans la végétation descend de façon assez raide vers les gorges

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Il pleut , une petite pluie fine et désagréable qui rend le sentier très glissant, il parait que la météo va "s'arranger" vers 13h00"...

    Ste Victoire, les deux barrages.

     cheminement sur les crêtes au dessus de la Cause, en face, le sommet Ouest de la ste Victoire, la croix est invisible cachée dans les nuages.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     descente dans une belle forêt de pins, les gorges sont restées sauvages.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     L'ancien barrage du XVème siècle est là, (barrage de la Petite Mer) encore en bon état, il surplombe la Cause qui serpente dans ses gorges secrètes, et interdites. Le niveau de l'eau pouvant monter brutalement en cas de lâcher au barrage Bimont plus en amont.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    Il n'est aujourd'hui plus en service, à son époque, il servait à réguler  la Cause pour ravitailler en eau les fontaines du château du Tholonet.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    Si la trappe de régulation n'est plus là, il subsiste sa machinerie , un peu déglinguée, certes.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Ste Victoire, les deux barrages.

     le niveau de l'eau dans la Cause, la pluie et une végétation serrée et très mouillée nous incitent à ne pas continuer notre parcours dans les gorges vers l'amont comme prévu, mais de remonter rive gauche par un escalier taillé dans la roche.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Ste Victoire, les deux barrages.

     un peu de méfiance tout de même, ces escaliers sont mouillés et ultra glissants. yes

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Là-haut nous filons par un jeu de sentiers non balisés, sur la piste qui  va nous emmener vers le barrage Zola, celui-ci est en travaux, une petite équipe semble y faire des carottages de contrôle.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     la retenue Zola est assez peu étendue, mais par temps ensoleillé, les reflets dans l'eau sont superbes, aujourd'hui, on n'y voit que les nuages.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Après avoir traversé le barrage nous restons sur un sentier en bordure des gorges de la Cause, notre désir d'y descendre sera de nouveau repoussé à une prochaine fois, le fond des gorges est visiblement boueux, la pluie qui tombe encore par intermittence n'arrange pas notre affaire !

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Nous restons sur un sentier en hauteur et plus loin nous rejoignons le GR qui se dirige vers Bimont, dans la pluie fine, le barrage apparait avec en arrière plan la ste Victoire

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Nous voilà à proximité du barrage, nous le traversons, le passage  est toléré en journée par la Sté du Canal de Provence, propriétaire des lieux.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Les eaux de ce barrage proviennent essentiellement du Verdon, malgré la faible luminosité, le vert émeraude caractéristique de ces eaux tranche dans la grisaille ambiante.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    La pluie est toujours là, nous modifions légèrement notre cheminement en restant sur le GR jusqu'au domaine de Roques Hautes, le ciel est de plus en plus noir.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Après le domaine, direction le vallon du marbre et sa carrière abandonnée.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    De gros blocs finement taillés sont éparpillés ici et là, la carrière est minuscule, une entaille dans la roche des hautes falaises.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     les parois verticales sont percées de trous naturels, de nombreux oiseaux y nichent, nous ne les voyons pas mais les piaillements sont nombreux, quant aux fientes...au droit des trous, c'est un véritable tapis.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Nous allons faire notre pause, ici, les bâtiments sont clos, impossible de se mettre à l'abri, la pluie à cessé, relayée par un vent violent et glacé...pause de très courte durée.frown

    Ste Victoire, les deux barrages.

     retour vers le Tholonet par les magnifiques oliveraies du vallon du marbre

    Ste Victoire, les deux barrages.

     l'aqueduc de Doudon, moche et triste est laissé derrière nous.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    Nous entrons maintenant sur un sentier "interdit" ce sera sous notre entière responsabilité et en toute connaissance de cause pour aller vers l'aqueduc romain qui surplombe le château du Tholonet, ( marqué barrage romain sur l'IGN ! )

    attention0

    Attention cette partie de la rando est DANGEREUSE et INTERDITE.

    - s'y engager se fait en connaissance de cause .

    -Cet article est un reportage et non une incitation à la randonnée en milieu dangereux et/ou interdit.

    *****************

    C'est en 122 av J.C, immédiatement après la destruction de la capitale celto-ligure d'Entremont, que Sextius Calvinus décida d'établir un poste fixe où les garnisons romaines pourraient se relayer et assurer la sécurité du territoire.
    Ce fut la première cité fondée en Provence par les Romains: on l'appela Aquae Sextiae pour la diversité de ses eaux et pour honorer son créateur le Consul Sextius Calvinus. Si la cité était riche de plusieurs sources d'eau chaudes, elle était insuffisamment alimentée en eau froide , les constructions de ponts et d'aqueducs furent donc nécessaires.
    L'un de ces aqueducs passait sur la commune du Tholonet et prenait sa source au château de Saint-Antonin, au flanc de la montagne Sainte-Victoire. Il suivait à peu près le tracé de la route actuelle d'Aix à Saint-Antonin. Il fut vraisemblablement démoli au cours des invasions dans le but de priver d'eau les défenseurs de la ville.  Mais s'il souffrit de ces destructions, ses ruines disparurent en grande partie par suite des prélèvements que firent les habitants.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    Il ne subsiste que les deux gros piliers Est et Ouest, l'aqueduc mesurait environ 15km de long et était alimenté par le Bayon. Sur son avant, un mur semi circulaire percé de fenêtres est beaucoup plus récent, il s'agit d'une ultime construction sur la Cause pour réguler les eaux avant d'alimenter le château au XVIIème siècle.

    Ste Victoire, les deux barrages. La Cause dévale sa cascade et file vers le Tholonet, puis se jette dans l'Arc.

    Ste Victoire, les deux barrages.

    Nous allons, avant de terminer notre balade, remonter le lit de la Cause jusqu'au début de ses gorges, lieu appelé "la Petite Mer", tout un programme !

    Ste Victoire, les deux barrages.

     la traversée du ruisseau se fait en marchant sur quelques branchages et petits troncs, juste pour ne pas se mouiller les chaussures.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Nous remontons la Cause en restant sur la rive du petit béal d'irrigation, et nous arrivons à la Petite Mer, lieu où la végétation est typique, saules, peupliers, tamaris, lierres, beaucoup de roseaux.

    Des blocs taillés marquent l'emplacement des martelières qui régulaient et divisaient le cours d'eau.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Nous n'irons pas plus loin...pour cette fois.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     retour vers l'aqueduc romain et remontée sur les hauteurs pour revenir au point de départ.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     Le château du Tholonet, abritant la Société du Canal de Provence depuis 1959 se situe juste en aval de la cascade de la Cause.

    Ste Victoire, les deux barrages.

     

    Ste Victoire, les deux barrages.

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsable dans
    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.
     Pour les secours composer le 112

     

    « Bain de mer du début d'année 2016Roman - La Clue »

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Janvier 2016 à 06:17

    Et bien j'en ai pris plein les yeux aujourd'hui avec tes photos ! Quelle belle balade (sans trop d'acrobaties cette fois-di). Les paysages sont somptueux, un régal. Merci de me permettre de bien débuter la journée qui, grâce à vous deux, sera ensoleillée ! Bisous.

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:00

        Monique..tant mieux si cette journée a été ensoleillée, ici il pleut !

        rire

        bisous bisous amie

        jluc

    2
    Lundi 11 Janvier 2016 à 07:58

    je te suis virtuellement et j'ai nullement envie de refaire ton parcours

    bises pluvieuses et merci pour ce partage

    a bientôt

    lyly

    3
    le vieux scaf
    Lundi 11 Janvier 2016 à 08:04

    Une belle balade, remplie de curiosités que je ne connaissais pas. Avec vous ce sont des voyages quotidiens.

     

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:03

        je te conseille de lire ma réponse à notre ami Jupi ci dessous, c'est la même pour toi !

        amitiés.

        (mon second roman viens de sortir...accouchement difficile mais le bébé se porte bien , papa aussi d'ailleurs !) 

        amitiés

        jluc

    4
    Lundi 11 Janvier 2016 à 13:38

    mea culpa JL, , j'habitait à qq kilomètres (rousset) et je ne connaissais pas du tout Zola, juré, mais bimont Oui, pire je ne suis jaai allé en haut de la Ste victoire, ba oui

    portez vous bien et faites attention

     

    Patrick

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 18:00

        Patrick..dans la vie on ne peut pas tout faire tu en connais déjà pas mal et dans beaucoup de domaines.

        adésias ami

        jluc

    5
    loulou
    Lundi 11 Janvier 2016 à 17:12

    Dommage que l'on n'ai pas la carte pour refaire ton parcours.

    Loulou

      • Lundi 11 Janvier 2016 à 17:58

        BONSOIR !

        non, il n'y a pas la carte...une partie du parcours est interdite et une autre assez dangereuse...mais avec la carte IGN on s'en sort bien.

        je ne peux me permettre d’entraîner qui que ce soit dans des zones non autorisées.

        jl

    6
    Alice Faure
    Lundi 11 Janvier 2016 à 19:32

    Ne connais qu'une partie du parcours ......Biz

    7
    alcatrez
    Lundi 11 Janvier 2016 à 23:46

    Il n'y a pas eu longtemps à attendre pour avoir des parcours "originaux". Dès le premier jour de l'année avec le Petit Malvallon, puis maintenant cette variation autour de la Cause et de ses barrages.
    Merci pour cette découverte sympathique. Votre appétit pour les terrains sauvages me laisse admiratif. Cordialement.

    8
    Mercredi 13 Janvier 2016 à 20:18

    Bonsoir Jean-Luc, vous aviez une journée d'avance par rapport à la météo...

    Je m'étonne que le fait de  " remonter le lit de la Cause jusqu'au début de ses gorges, lieu appelé "la Petite Mer",... soit interdit. Je n'ai pas l'habitude de braver les interdits mais je me souviens avoir remonté le cours d'eau (et être tombée dedans à pieds joints) à partir des vestiges romains, il y a quelques années. La règlementation aurait-elle changée ? Bien à vous.

    Nota : il est possible de faire une variante du côté du barrage zola en passant par l'autre rive. C'est un joli coin surtout en automne...

      • Mercredi 13 Janvier 2016 à 21:07

        @Muriel, bonsoir

        Oui, pour être interdit, ça l'est, au moins depuis 2012. Il y a des panneaux à chaque bout, sur le sentier rouge depuis l'aqueduc de Doudon et depuis le même rouge depuis le château du Tholonet et au départ des gorges à l'aqueduc romain.

        Pour de ce qui est de ce sentier dont tu parles, je l'ai vu et je l'ai noté dans un coin de ma mémoire, pour une autre fois.

        belle soirée

        Jluc

         

    9
    ad
    Jeudi 14 Janvier 2016 à 23:05

     je viens pour contester la toponymie!

     Si j'ai bien compris, vous appelez la petite mer la portion située en amont de l'aqueduc romain, juste avant le resserrement  des gorges. Je croyais que l'on appelait "petite mer" une portion située plus en amont encore, après l'aqueduc du XVeme siècle, rive gauche: il y a là une clairière qui permet de faire des piques niques et /ou des bivouacs féeriques , clairière bien connue de générations de scouts et guides aixois. C'est cette clairière qui s'appelait la petite mer.

    Si vous regardez la carte des excursionnistes provençaux "le secteur Zola et Sainte Victoire", édition 1982, vous verrez que la petite mer est bien située là.  Elle a bizarrement disparu sur les cartes ultérieures des EP, mais elle est notée sur la carte indéchirable de Sainte Victoire de l'IGN et dans le livre "Sainte Victoire : une parfaite lumière".

    Quand faites vous l'intégrale des gorges depuis le Tholonet jusqu'à Zola?  C'était encore faisable,  bien que pas forcément autorisé, en intégralité il y a 10 ans; c'est interdit aujourd'hui , et les trous du grillage du château du Tholonet ont bien dûs être réparés, mais le cheminement sur  des troncs d'arbres couchés plus ou moins pourris était franchement gai.  La descente à partir de l'aqueduc romain était aussi un "bout du monde" bien romanesque, il y avait même un radeau à une époque. Aujourd'hui il y a souvent des équipes qui font du slackline au dessus du barrage XVeme, j'apprécie moins, ça enlève quelque chose à la sauvagerie du lieu...

    Dans l'attente de votre future description de l'intégrale, et avec toujours  tous mes remerciements pour votre blog

    AD

     

      • Vendredi 15 Janvier 2016 à 18:40

        @AD

        merci pour ces précisions, en effet je pense que la petite mer est bien là où tu la situe.

        à bientôt

        jluc

    10
    Jeudi 21 Janvier 2016 à 18:34

    comme tu me l'as suggéré j'ai recherché des photos de l'époque de débarquement

    a bientôt

    lyly

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :