•  

     Un violent et froid vent d'est souffle sur le massif, dommage mais il en faut plus pour nous décourager, direction le refuge Barthélémy Baudino au départ du parking des Deux Aiguilles.

    Nous prenons le sentier noir du Garagaï jusqu'à sa jonction avec le sentier marron qui circule tout en longueur sur la face sud.

    En face de nous, la croix de Provence se dresse dans un ciel gris, les falaises semblent faire barrage à tout accès. 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    Arrivés sur le sentier marron, nous partons vers l'est, laissant de côté, la grotte du Cheyenne, sans intérêt. 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    le marron n'est pas un sentier de tout repos, grimpettes courtes mais raides succèdent à de nombreux ressauts, les rafales de vent, de face, sont violentes 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     nous arrivons dans la zone de poudingues, ce conglomérat de galets qui forme la roche dans laquelle était taillé le fameux marbre de Provence

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    nous prenons le sentier qui mène à la marbrière, et qui était le sentier de halage des énormes blocs de pierre qui descendaient jusque dans la vallée vers les tailleries.

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    sur le côté, on peut encore voir ici et là les trous qui recevaient les pieux en bois dur servant à arrêter les descente des blocs qui glissaient sur un lit de petits cailloux. Eviter de prendre de la vitesse était le souci majeur. 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    le site d'extraction de la marbrière est laissé sur le côté, la grimpette continue vers le Pas du Clapier 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     où le vent nous prend pour deux cibles fragiles.

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    Le Pas du Clapier, ressaut  que nous aurions pu éviter, mais bon...pourquoi faire facile quand on peut faire compliqué ! 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     Plus loin, nous quittons ce sentier marron pour une sente discrète qui file vers le pied des falaises

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    au bas des falaises, pierriers et cheminements en sous-bois se succèdent 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     Sainte Victoire, le refuge Baudino

     au-dessus de nous, la falaise de la Vierge, haut-lieu d'escalade, se dresse...

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    avec son fameux "éperon de la Vierge" cette excroissance rocheuse en pleine paroi et qui ressemble à une statue de la Vierge à l'enfant, voie d'escalade très connue. D'ici, impossible de distinguer cette "Vierge" mais les grimpeurs y passent tout près...eux ! 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    quelques pierriers à traverser 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    puis, nous retrouvons le sentier marron 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    qui nous emmène en direction du refuge, dont on aperçoit les deux monolithes qui en sont les "gardiens". 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    Il y a du monde dans le refuge, nous y rencontrons des gardes du massif et un petit groupe de pompiers du GRIMP, belle rencontre avec ces amoureux de leurs métiers et de la Nature.

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     Pour le retour nous reprenons le sentier marron sur une centaine de mètres, puis nous le quittons au profit d'une sente moins connue, qui descend en pente douce.

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    dans une jolie végétation 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    après avoir rejoint une piste, nous prenons un étroit sentier qui grimpe raide pour rejoindre le marron 

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

    et qui nous ramène au point de départ, la croix de Provence subit toujours les assauts du vent dans la grisaille.

    Belle rando malgré un ciel sale mais sans pluie.

    Sainte Victoire, le refuge Baudino

     

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    5 commentaires
  • Mois de janvier, 1ère balade des Amis de l'Huveaune pour 2020, direction le plateau du Siou Blanc, parking des voitures devant l'abîme des Morts, un des nombreux avens du plateau.

    La petite équipe de courageux a bravé le risque de pluie et le froid, nous ne sommes qu'une douzaine mais qui sont frigorifiés en attendant que la photo de groupe soit prise ! 

    C'est l'ami Léandre qui est derrière l'APN pour cet exercice rituel.

    La balade de Janvier à la Barralière

    mini topo habituel avant le départ avec les recommandations d'usage spécifiques au plateau du Siou Blanc. 

    La balade de Janvier à la Barralière

     en file indienne nous prenons la direction de l'abîme des Morts

    La balade de Janvier à la Barralière

     avec une halte qui ne permet pas, hélas, de voir les entrailles profondes de ce gouffre aux milles légendes.

    La balade de Janvier à la Barralière

    puis, comme il fait frisquet, on se serre les coudes ! 

    La balade de Janvier à la Barralière

     pour filer vers Roucas Trouca, la roche trouée appelée l'Eléphant de pierre de par sa silhouette 

    La balade de Janvier à la Barralière

     où nous arrivons assez vite après un court passage en forêt de chênes verts 

    La balade de Janvier à la Barralière

     l'éléphant de pierre et son cornac du jour !

    la suite du cheminement nous entraîne vers un autre aven, il y en a tant, celui que nous appelons 'le gouffre de la tête de Mort" 

    La balade de Janvier à la Barralière

    vu le profil de la belle pierre qui est juste à côté de son ouverture.

    La balade de Janvier à la Barralière

     nous rejoignons la piste qui va nous emmener vers notre objectif

    La balade de Janvier à la Barralière

     la ferme semi-abandonnée de la Barralière

    La balade de Janvier à la Barralière

     où nous nous installons au mieux, pour avoir les fesses au sec, et être à l'abri du vent, en évitant, autant que faire se peut, de toucher aux raquettes de figuiers de barbarie qui abondent

    La balade de Janvier à la Barralière

     Pour le retour, nous prenons une sente qui revient vers le point de départ en une montée  régulière, bien souvent dans le lit d'un ruisseau à sec

    La balade de Janvier à la Barralière

     La balade de Janvier à la Barralière

     et un autre arrêt devant le très vieux puits du Poirier, ne cherchons pas le poirier...

    La balade de Janvier à la Barralière

     retour vers le plateau, en tout début d'après-midi, après une balade d'environ 7km, sans soleil du ciel, mais avec celui du cœur de nos participants.

    La balade de Janvier à la Barralière

     encore une belle journée conviviale à notre actif, osco, les AH !

    (osco = bravo en lengo nostro) 

    La balade de Janvier à la Barralière


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique