•  Une balade dans nos calanques, nous attendions la fin de la fameuse "belle saison" pour y revenir sans avoir à affronter la foule.

    Au programme de cette journée encore très chaude, le cap Morgiou au départ du parking de Luminy.

    Après être sortis du parc des facultés, nous voilà à l'une des portes des Calanques, au col de Sugiton, quelques nuages épars frisent dans le ciel au dessus du Mont Puget.

    Calanques, le cap Morgiou

    Direction le sentier balisé rouge qui descend vers Sugiton par le couloir de la Cisampe, comme son nom l'indique, dans ce couloir, il y a toujours un petit courant d'air qui rafraîchit, ou qui glace selon la saison, aujourd'hui ce sera avec plaisir que nous subirons cet air qui se faufile de partout. 

    Calanques, le cap Morgiou

    en face sur une aiguille, les pompiers du Grimp-13 sont à l'exercice 

    près être sortis du

    la descente dans le couloir est à prendre au sérieux, ça descend raide et c'est assez glissant 

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

     la vue s'ouvre largement sur la calanque, sur l’îlot du Torpilleur, à gauche la calanque des Pierres Tombées est invisible sur la photo

    Calanques, le cap Morgiou

     passage au pied de la très belle falaise des Toits, haut-lieu de l'escalade dans les calanques, véritable four solaire quand le soleil est dans sa position sud-ouest

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

    magnifique mur concave dont la sommet recouvre largement le sentier qui court à son pied, d'où son nom, falaise des Toits. 

    Calanques, le cap Morgiou 

    tout au bout le surplomb est bas et bien prononcé 

     Calanques, le cap Morgiou

     c'est l'arrivée sur la croupe rocheuse qui sépare les Pierres Tombées de Sugiton, nous prenons le pointillé rouge qui va nous emmener après une vue aérienne de la calanque (en deux parties, celle étant très à l'ombre est nettement moins prisée.)

    Calanques, le cap Morgiou 

    Calanques, le cap Morgiou

    l'entrée de la calanque et le fameux Torpilleur.

    Nous laissons de côté la calanque ensoleillée, un groupe de jeunes filles en cris et gros rires gras, arrive derrière nous, brisant la quiétude des lieux.

    Calanques, le cap Morgiou

    nous passons, direct, vers l'autre côté et grimpons à l'échelle métallique qui permet de franchir le ressaut 

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

     là...sur le promontoire, nous avons une des plus belles vues des calanques, le Torpilleur, l'entrée des Pierres Tombées, le promontoire des Américains et bien entendu, la Candelle et le Candelon...et j'en passe.

    Calanques, le cap Morgiou

    le sentier file maintenant vers l'ouest en direction de Morgiou, mais auparavant il faut descendre l'espèce de cheminée-entonnoir dont la roche est rendue hyper glissante par des centaines de milliers de passages de randonneurs, une corde avec des nœuds y a été installée avec bonheur, mon Dieu que ce passage est usé !

    Calanques, le cap Morgiou

     la roche calcaire de la région, pareille à celle de Cassis, est sensible au lustrage, magnifique et brillante une fois polie, revers de la médaille c'est une patinoire pour la rando

    Calanques, le cap Morgiou

    entrée de la calanque de Morgiou, et en face, le cap, notre destination 

    Calanques, le cap Morgiou

    dernier passage en glissade 

    Calanques, le cap Morgiou

     et Morgiou s'ouvre à la vue, tout au fond de la calanque

    Calanques, le cap Morgiou

    arrivée sur le port par l'escalier Louis XIII 

    Calanques, le cap Morgiou

     Le 7 novembre 1622 les pêcheurs de la Prud’homie de Marseille ont organisé à Morgiou pour le roi Louis XIII une « madrague », une pêche plutôt barbare consistant à harponner, avec un trident en vermeil,  des thons emprisonnés dans de grands filets.

    Pour cette venue exceptionnelle, des marches encore utilisées de nos jours ont été spécialement taillées dans la roche pour faciliter le débarquement du monarque !

    Nous traversons le port de part en part et filons sur le quai Babalo, vers le sentier noir qui démarre au bord de l'eau et se dirige vers le col du Renard

    Calanques, le cap Morgiou

    un peu de grimpette dans les rochers escarpés, juste sous les cabanons de Morgiou quillés sur les hauteurs

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

     direction plein est cette fois, vers le cap que nous atteindrons par le col du Renard

    Calanques, le cap Morgiou

     petite grimpette rapide et nous y voilà

    Calanques, le cap Morgiou

    le fortin Napoléon et ses remparts sont franchis pour se diriger vers la pointe, la plus au sud, du cap 

    Calanques, le cap Morgiou

    cette langue de roche qui donne envie de s'envoler au-dessus des eaux...vers le sud 

    Calanques, le cap Morgiou

     la pause sera faite sous les pins aplatis et rabougris par le vent et les embruns, dans une tranchée, qui fut creusée pour les besoins de la fortification dont il subsiste ici et là des vestiges

    Calanques, le cap Morgiou

    A la pointe du cap, belle vue sur Riou et son chapelet d'îles 

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

    a droite, l'anse de la Triperie rendue célèbre par la présence, sous quelques mètres d'eau, de la grotte Cosquer 

    Calanques, le cap Morgiou

     Retour vers Morgiou par le même sentier noir au passage du col du Renard, en descente cette fois. 

    Calanques, le cap Morgiou

    les pistachiers lentisques sont superbes et fortement chargés en fruits rouges odorants  

    Calanques, le cap Morgiou

    pleine vue sur Morgiou et son aiguille du Sorbet et les cabanons accrochés à la roche 

    Calanques, le cap Morgiou

    retour sur le port 

    Calanques, le cap Morgiou 

    Calanques, le cap Morgiou

     Morgiou est retraversé de part en part, nous revenons un instant sur le sentier rouge du matin, puis dès la sortie du village, nous prenons à contre-sens, le sentier pointillé jaune, qui après le passage d'un ressaut équipé d'une chaîne plus impressionnante que difficile, nous ramène dans le parc de Luminy et au parking.

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

     Fin de rando calanquaise.

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     


    2 commentaires
  •  Après la face sud de la Sainte-Victoire et notre errance dans le ravin de l'Infernet des jours derniers, nous partons, ce matin-là, vers des lieux plus cléments. 

    Le ciel est gris, de la pluie est annoncée en début d’après-midi, nous aurons certainement droit à la flotte, car la face nord de la Sainte-Baume, c'est là qu'il pleut en premier, quand il pleut bien entendu.

    Parking de la voiture à l'Hostellerie de Plan d'Aups, puis direction le sentier du Canapé pour filer ensuite vers le col du Saint-Pilon.  

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     la falaise et le monastère de la Grotte Sacrée dans la grisaille du matin, en haut, la chapelle Marie-Magdeleine se détache sur les crêtes.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     sous ce ciel sans soleil, le sentier du Canapé prend toute sa beauté et laisse planer ses mystères

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    les grands hêtres et les grands ifs sont les seigneurs de cette partie de la forêt, peu avant le croisement avec le sentier Giniez, petit arrêt auprès de "mon" arbre 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    Le grand If creux, mon ami que je ne n'oublie jamais de venir saluer quand je passe par le sentier du Canapé.

    Probablement multicentenaire, il est ici, dans cette forêt bien à sa place, il était, dit-on l'arbre sacré des Celtes, ceci expliquant cela.

    L'écorce lisse laisse paraître quelques cicatrices, mais le plus spectaculaire est le tronc, creux et offrant au regard qui se glisse dans l'échancrure, de superbes couleurs et un veinage puissant. Une ouverture vers le haut, laisse apercevoir les feuillages voisins

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     au Canapé, l'amoncellement de roches éboulées il y a des siècles, se mêle désormais aux arbres, de façon intime

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     Il devait être bien jeune cet If quand la dalle rocheuse, tombée de la falaise, est venue s'arrêter contre lui, depuis, les deux se sont mariés.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     Le grand hêtre, il semble vouloir nous accompagner lors de la montée du sentier, ses racines sortent de terre et enjambent la roche.

    Nous arrivons ensuite à l'oratoire qui marque la bifurcation "grotte sacrée" et "col du Saint-Pilon".

    Nous laissons de côté, pour aujourd'hui, la grotte sacrée, pour filer sur le large sentier partiellement caladé qui passe devant la chapelle des Morts, dite "des Parisiens".

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    puis, à l'approche du col, la lumière jaillit, nous sommes à découvert de la forêt, dans quelques pas ce sera la ligne de crête et son GR. 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    La croix nimbée est dépassée, je ne m'y arrêterai pas aujourd'hui, nous avons du chemin à faire... 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

      La croix celtique ou croix nimbée est une croix dans laquelle s'inscrit un anneau. Elle est le symbole caractéristique du christianisme celtique. Les branches de la croix dépassent toujours de l'anneau, et sur les représentations les plus détaillées, le cercle est en retrait par rapport à la croix.

    L'utilisation chrétienne combine une croix latine à jambe inférieure plus longue que les autres.

    ***********

    Nous filons sur le GR, laissant aussi de côté, la croix de fer du Bau des Oiseaux 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    puis, plus loin, la crête est abandonnée, nous allons désormais cheminer à flanc de falaise, face nord. 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     nos amies les chèvres et boucs sauvages, sont là, sous un arbre, il y a si longtemps que nous ne les avions pas vues. le troupeau a diminué, des morts, et/ou création d'un autre troupeau ce qui est bien possible quand les jeunes boucs deviennent adultes

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord 

    notre approche calme et sans geste brusque ne les perturbe pas trop, seuls les boucs sont vigilants, ils nous observent du coin de l’œil.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord 

    Une superbe chèvre, adulte, prend la pose pour la photo, elle est tout simplement magnifique.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    semblant esquisser un sourire énigmatique. 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    le grand bouc, chef du troupeau est allé se cacher derrière un rocher et nous observe, on le connaît depuis si longtemps... 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     le vieux bouc nous regarde, narquois :  "oui, nous sommes toujours là !"

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord 

    tandis que les plus jeunes, curieux, sortent de leur espace de repos pour nous regarder.

    Laissons ces beaux animaux à leur liberté, ne les perturbons pas, ils vivent une vie extraordinaire dont ils ne connaissent pas la rareté.

    Nous filons vers l'est, à flanc de falaise 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     de nombreux ravins perpendiculaires à notre déplacement sont à passer, descente raide, remontée tout autant

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     et encore et encore...

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    puis, le bau de Saint-Cassien apparaît tout au loin, nous allons bientôt rejoindre la crête et le GR 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     encore une descente rude en bordure du vide, la dernière

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    et c'est la crête, le GR, puis le pas de Villecroze, nous laissons le Pas de l'Aï de côté pour filer vers Le Paradis où nous irons par un passage escarpé

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    la croix des Glacières sur son petit sommet rocheux est visible, fugitivement 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     la Croix des Glacières 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     ressaut à descendre, et arrivée sur la plateau du Paradis, au Bau de Saint-Cassien, notre pause sera ici, au calme.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    les gros nuages annoncés arrivent, ils sont à l'heure, nous filons par le ravin qui sépare les crêtes du Pas de L'Aï et le bau de Saint-Cassien, le sentier est en forte descente, sous les arbres 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    et nous arrivons au carrefour du sentier jaune (interdit suite à éboulement) au niveau du grand Hêtre foudroyé 

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     le Grand Hêtre foudroyé...qui peu à peu se désintègre et revient à la terre

    retour par la piste forestière, longue et monotone mais l'orage gronde, nous ne nous attardons pas à passer par le sentier Merveilleux

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

     arrivés au lieu dit "les Trois Chênes" , nous prenons l'Allée Royale pour un retour au parking, fin de belle rando.

    Sainte Baume, le Paradis par la falaise, face nord

    Les "Trois Chênes" qui font s'interroger, parfois, le touriste car il ne sont (plus) que deux.

    Voici la légende des trois chênes :

    Au temps des croisades, Louis IX devenu Saint Louis vint à la Sainte-Baume pour prier Marie-Madeleine et se préparer à sa longue quête afin de libérer le tombeau du Christ.

    De nombreux chevaliers, bien entendu, le suivaient et allaient, tout comme le Roy, se recueillir à la Grotte Sacrée avant leur départ en Palestine.

    Trois d'entre-eux s'unirent de grande amitié, appelons-les, Jean, Guillaume et Pierre, tous enfants de Provence et chevaliers de noble lignée.

    Un soir, au bivouac précédant le grand départ, ils jurèrent de revenir ici au retour de croisade, et d'y planter chacun un chêne en signe de leur indéfectible amitié.

    Ils ramassèrent trois glands qui feraient ainsi le grand voyage avec eux.

    L'instant était solennel et sous le regard des grands arbres de la forêts, ils firent serment en croisant leurs épées.

    Le voyage ne fut pas sans périls, lors de la traversée d'un fleuve, Jean se noya, ses amis n'eurent que le temps de récupérer son épée et le gland du serment.

    Plus tard, pendant un combat, c'est Pierre qui fut transpercé par une flèche, Guillaume se retrouva dépositaire des épées et des glands, il devait absolument survivre pour que leur serment fut tenu.

    Bien que blessé, il était vivant et dans son délire, une jeune femme lui souriait (étais-ce Marie-Madeleine ?) et lui disait qu'il fallait vivre pour revenir à la Sainte-Baume, semer les trois graines et accomplir le vœu sacré de l’amitié.

    Après bien des aventures, il revint au pied de la Grotte Sacrée, à l'endroit où fut fait le serment, il creusa trois trous avec son épée, y enfouit les trois glands et planta en terre les trois épées qui servirent de tuteurs, personne n'ayant jamais pu ni oser  les déterrer.

    Les arbres qui grandirent devinrent des géants qui traversèrent les siècles, les épées protectrices furent probablement englouties dans leurs entrailles.

    Presque mille ans plus tard,  l'un a disparu, l'autre est mort mais toujours debout et regarde la direction de la grotte, le troisième est encore vert et semble défier le temps.

    ( adaptation libre de l'excellent ouvrage "Contes et légendes en forêt de Sainte-Baume" de Ch. Vacquié ).

     ***************************

     Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique