•  C'est toujours avec plaisir que nous revenons pour la ènième fois, sur ce haut-lieu de notre patrimoine humain et agricole de notre région. Les gorges de la rivière (hélas maintenant quasiment à sec) Véroncle et ses moulins construits, agrandis et restaurés  entre les XVIème et XIXème siècles.

    Un travail colossal effectué par des hommes, pour souvent simplement survivre.

    Chaque moulin, de construction typique à notre région, au fil de l'eau et à roue horizontale le roudet, sur un cours d'eau dont le débit fut de tout temps capricieux, L'homme a donc été obligé de faire preuve de génie pour s'en accommoder. 

    ******

    Après avoir garé la voiture sur le minuscule parking au bord de la D2 (parking sur terrain privé autorisé par les riverains) nous filons sur la piste pour arriver en vue du moulin des Grailles, transformé depuis belle lurette en maison d'habitation, il faut un œil expert pour voir que c'était, en effet, un moulin. 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    Nous quittons rapidement le sentier balisé pour plonger dans le lit de la Véroncle, de belles traces d'humidité annoncent qu'il y a peu, de l'eau a coulé ici, il risque d'y en avoir plus en amont, ce qui va risquer de modifier nos plans.

    Une belle grotte, abri sous roche renferme un mur de pierres qui en ferme une partie, une bergerie ici enfermée dans ce cours d'eau à sec et peu accessible aux brebis...peut-être... à moins que ce ne fusse qu'un grenier à grain ?

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    remontant vers l'amont, nous arrivons au premier moulin encore reconnaissable dans ces ruines, le moulin  Cabrier.

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     Une ruine encore bien tenue, les éléments essentiels du moulin sont bien là, de plus des panneaux explicatifs sont à proximité pour en comprendre le fonctionnement.

    Ci-dessous, la partie active du moulin, la meule dite dormante, bien posée à plat sur laquelle, la courante vient écraser le blé dont la finesse de la mouture est réglée par un jeu de leviers actionnés par le meunier.

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    Le sol est composé ici de vieilles meules usagées, tout étant récupéré et rien jeté,  dans ce cas, une meule courante en molasse de calcaire local, bien reconnaissable à son Anille, l'encoche en forme de hache servant à son entraînement. 

    la meule dormante, en pierre dure, souvent du silex, est parfois, comme ici composée de plusieurs parties maintenues assemblées par un cerclage en fer.

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    l'axe qui entraîne la courante est appelé Bassègue, il est actionné en rotation par la roue à aubages, le roudet, dans la conduite d'eau forcée située au sous-sol 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     On voit ici, la sortie de l'eau qui a été "turbinée", elle va rejoindre le lit de la Véroncle...rien ne se perd, surtout pas l'eau.

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    plus en amont du moulin, le lit de la Véroncle laisse encore apercevoir les immenses marmites naturelles creusées par le torrent dans la roche calcaire au pied de la chute d'eau

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     retour sur le chemin de découverte qui est en réalité, le circuit de cheminement de l'eau captée pour l'usage du moulin, en remontant, nous voyons, le puits en forme d'entonnoir où l'eau vient s'engouffrer en prenant de la force dans le canon, appelé gourgareu (prononcer gourgaréoù) avant d'actionner le roudet...qui entraîne le bassègue, qui met en rotation la meule courante...qui écrase le grain entre elle et la dormante, le meunier devant récupérer la mouture sur le côté dans un coffre en bois, l'arescle, avant d'être mise en sacs, tout en réglant l'espace entre les deux meules pour avoir la bonne finesse de mouture, et en réglant le débit de l'eau dans le gourgareu pour que la courante tourne à la bonne vitesse avec suffisamment de force...

    Pas simple, le tout dans un bruit d'enfer, celui des deux meules de pierre ripant l'une sur l'autre dans le fracas de l'eau sortant de la conduite forcée !

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    un peu plus haut le béal (canal) creusé dans la roche pour acheminer l'eau vers le puits 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    puis nous grimpons sur l'étage supérieur par une échelle, c'est le "pas de Marie Hélène" aménagé par Benino Cabrier pour réaliser une resclause, sorte de bassin pour stocker l'eau qui sera turbinée. 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     Gordes, les moulins de la Veroncle

    plus loin, les sortes de grottes creusées par le torrent, quand il voulait bien être en eau 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    puis, avant d'arriver dans les grands méandres de la rivière, il nous faut passer légèrement au-dessus du lit de la Véroncle, de grandes marmites sont difficilement franchissables et ce serait dommage de les abîmer en y créant un cheminement

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     Gordes, les moulins de la Veroncle

    retour dans le lit du cours d'eau, en s'aidant d'une corde mise à disposition 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    les marmites se succèdent 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    le sentier est tracé par la suite, sur une hauteur au pied de la falaise, la Gazelle passe par le haut et... 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    moi je tente par le bas, prenant le pari qu'il n'y aura pas trop d'eau gênant le cheminement 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    enfin, après un long cheminement sur les hauteurs de la rive droite, nous pouvons revenir dans le lit de la Véroncle , une cheminée aménagée, avec câble, barreaux d'acier et chaîne aide à y descendre

    Gordes, les moulins de la Veroncle 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    le grand méandre est là, large et entouré de hautes falaises sculptées par l'érosion 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    avec vision sur la belle arche brisée 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    et le moulin dit Jean de Marre n°2 est là bien ruiné lui aussi et de construction sensiblement identique au Cabrier

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     reconstruit ou agrandit en 1800, il date néanmoins du XVIème siècle

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    un peu plus haut, le moulin Jean de Marre n°1, dit moulin gruaire car il permettait la fabrication d'une farine à la fine mouture. C'est ici le seul moulin d'habitation composé de trois étages, dont il ne subsiste hélas que peu de vestiges bien visibles

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    Nous poursuivons notre parcours en quittant le sentier balisé et en nous enfonçant dans la forêt de yeuses, au plus près du fil de l'eau. 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    hélas, la présence de l'eau nous confirme que nous ne pourrons pas passer par le Puits de Cata, cette cheminée, ancienne conduite d'eau forcée pour le moulin aiguisoir se trouvant ici dont il ne reste rien, sauf cette belle conduite aujourd'hui infranchissable, la marmite où elle se trouve étant noyée sous beaucoup trop d'eau. 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    passage dans l'eau d'autant plus délicat que s'y trouve le gouffre du même nom, invisible sous l'eau. 

    Nous contournons le Puits de Cata par une sente peu tracée mais que nous connaissons bien pour nous retrouver rapidement après une petite grimpe sur la roche, devant le puits entonnoir du moulin de Charlesse

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     L'ouverture du canon alimentant le roudet du moulin de Charlesse, belle construction en pierres sèches, parfaitement conservée

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    ce qui n'est pas le cas du moulin lui-même, bien ruiné et dangereux d'accès 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    la suite du sentier nous entraîne au moulin de Devissé, qui n'est pas alimenté par l'eau de la Véroncle mais par un de ses affluents, le ruisseau du Pré Neuf dont la resclause se trouve au niveau supérieur, cachée par un épais mur de pierres 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    l'eau sortant du moulin de Devissé, vient rejoindre et renforcer la Véroncle juste devant la porte du moulin 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     on voit bien la meule dormante par l'ouverture d'une porte latérale, le tout étant considérablement envahi de terre et de gravats

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     en suivant le fil de l'eau, nous traversons une prairie (propriété privée, rester sur le chemin) 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     et arrivons, sans pouvoir y aller, au premier moulin des gorges celui dit Des Etangs. Lui aussi transformé en maison d'habitation il ne se visite pas

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    au pied du barrage des Etangs, la brèche laisse filer un filet d'eau en cascade qui va rejoindre le lit de la Véroncle 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    nous sortons des gorges et revenons vers notre point de départ par la piste qui passe tout en hauteur, au dessus de la rive gauche de la Véroncle 

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     puis par une sente discrète dans le bas du bois d'Audibert nous revenons au moulin des Grailles, puis au parking

    Gordes, les moulins de la Veroncle

    dans une trouée de la végétation, belle vue sur Gordes là-haut sur son piton rocheux.

    Gordes, les moulins de la Veroncle

     Fin de belle balade dans les vestiges de notre patrimoine

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    1 commentaire
  •  Voilà un circuit de rando téléchargé sur le site Visorando, pas de sentiers balisés, un parcours difficile à suivre sans GPS tout au moins quand on n'est pas du coin.

    Des sentiers défoncés, suite de grimpettes rudes et des descentes idem, mais trois sites exceptionnels à voir.

    - Le Trou des Fées, grotte murée, difficile d'accès

    - La Chapelle Notre Dame du Glaive, lieu de paix et de sérénité

    - Le dolmen de la Gastée, haut lieu de notre histoire.

    Nous garons la voiture sur le parking du moulin dans le cœur du vieux Cabasse (petite modif par rapport au tracé enregistré sur le GPS)

    Après avoir traversé le beau village, nous filons sur la route qui grimpe (raide) vers la Fontaine des Romarins lieu de commémoration de la Résistance. 

    Var, balade autour de Cabasse

     au bout de la petite route, nous prenons la piste forestière sur la droite, et qui file sur un plateau qui domine Cabasse

    Var, balade autour de Cabasse

    la stèle de la Résistance est là, endommagée, hélas les imbéciles sont nombreux...ça ce n'est pas un scoop. 

    Var, balade autour de Cabasse

    La carte indique l'emplacement d'un Oppidum, on peut facilement le croire par rapport à l'emplacement dominant, plus difficilement par rapport aux vestiges qui ont été ratiboisés probablement par les nombreux passages des engins de débroussaillages forestiers. 

    Var, balade autour de Cabasse

    la vue s'ouvre sur la vallée et sur Cabasse, en bas, nous venons de faire la 1ère grimpette...il y en aura d'autres 

    Var, balade autour de Cabasse

    Var, balade autour de Cabasse

     peu de fleurs sur ce plateau bien sec, mais là, des rares Nigelles de Damas, ces fleurs "inversées" comme de minuscules parasols. 

    Var, balade autour de Cabasse

     Nigelle de Damas

    la piste file sur notre gauche, un sentier juste marqué par un cairn, s'enfonce dans la forêt de yeuses, c'est par là me dit le GPS.

    Var, balade autour de Cabasse

     longue descente dans un sentier défoncé, plein de gros cailloux, mais heureusement à l'ombre

    Var, balade autour de Cabasse

     tout en bas, une ruine de ferme est à contourner, longer une vigne

    Var, balade autour de Cabasse

    pour arriver au bord de la rivière Issole qui traverse Cabasse 

    Var, balade autour de Cabasse

     le pont est à franchir, puis tout de suite reprendre la bord de l'Issole mais sur la rive opposée

    Var, balade autour de Cabasse

    passer les vestiges de l'ancienne carrière de bauxite, puis la rive droite de l'Issole nous offre un véritable havre de paix, une superbe ripisylve  avec nénuphars et arbres plongeant leurs branches dans le fil de l'eau

    Var, balade autour de Cabasse

    Nous longeons l'Issole sur quelques centaines de mètres, puis, la grimpette va reprendre, sérieusement. 

    Var, balade autour de Cabasse

    pour cheminer en forte montée, au pied de la falaise, bientôt, nous voilà devant le fameux Trou aux Fées 

    Var, balade autour de Cabasse

     Grotte verticale murée par les Cabassois qui s'en servaient de cache et de grenier durant chaque période de conflits. 

    Voici ce que dit le Wiki :

    Le Trou des Fées, en réalité l’Oustau dei Fado (la Maison des Fées), est une grotte fortifiée. Elle se situe dans une fracture verticale d’une falaise qui se dresse au-dessus de l’Issole au nord du village.

    La grotte fut sans doute occupée très tôt par les hommes mais les aménagements datent d’une période allant du XVIème jusqu’au XVIIIème siècle. Les archives communales montrent que cette grotte fortifiée avait surtout une fonction de grenier même si les populations ont, parfois, pu y trouver refuge. Ainsi durant les guerres de religion entre 1562 et 1599, lors de les guerres de succession d’Espagne en 1707 ou d’Autriche en 1745 durant lesquelles la Provence fut envahie, les Cabassois y ont entreposé fourrage, grains ou encore biens et papiers importants.

    Le mur de fortification, épais de 60 cm, mesure 12 mètres. La grotte, elle, est profonde de 18 mètres et large de 4 à 5 mètres sur toute la longueur du mur. La hauteur de la voûte (13 m) a permis un aménagement sur 5 niveaux. Les poutres qui supportaient les planchers des 3 premiers niveaux sont encore visibles à l’intérieur. A l’extérieur, dans la partie basse et à gauche, la construction cylindrique effondrée correspondait à un four.

    Les Cabassois y accédaient au moyen d’une échelle qui leur permettait de franchir les 9 mètres les séparant du sentier, de gagner une plateforme puis la petite porte d’entrée haute de seulement 1,5 mètres. De chaque côté de la porte d’entrée se trouve des meurtrières pour armes à feu.

    *************

    Var, balade autour de Cabasse

     actuellement, une vieille échelle de grimpeurs, déglinguée y subsiste, nous n'avons pas eu le cœur à y grimper...he

    Var, balade autour de Cabasse

    le sentier, en forte pente continue au pied de la falaise 

    Var, balade autour de Cabasse

    une petite grotte accessible se cache dans les yeuses, nous n'y entrons pas, visiblement habitée par de nombreuses chauves souris, nous ne voulons pas les déranger 

    Var, balade autour de Cabasse

     la grimpette continue, derrière nous la grotte aux Fées encore visible et toujours aussi étonnante

    Var, balade autour de Cabasse

    puis nous arrivons sur le plateau, une grande croix blanche qui domine Cabasse, nous indique que nous arrivons sur le domaine de Notre Dame du Glaive

    Var, balade autour de Cabasse

     puis c'est la stèle à la Vierge au Glaive

    Var, balade autour de Cabasse

     Var, balade autour de Cabasse

    Le lundi de Pâques de l'an 760, les habitants de Cabasse furent assiégés par les Sarrasins. Alors que la bataille semblait perdue, les villageois réfugiés dans la maison troglodyte des Fées, dans une falaise, implorèrent la Vierge Marie de les secourir.

    Celle-ci apparut alors au-dessus du combat, et mit les ennemis en fuite. Le péril écarté, les Cabassois bâtirent sur le site de l'apparition une chapelle pour remercier Marie, et depuis cette date ils y organisent un pèlerinage chaque lundi de Pâques. 

    Var, balade autour de Cabasse

    la chapelle ND du Glaive, la belle peinture sur la façade et la "Piéta" au devant 

    Var, balade autour de Cabasse

     plus en avant, un autel et des bancs de pierres permettent un office en plein air

    Var, balade autour de Cabasse

    sur l'arrière, abside côté ouest, un superbe trompe l’œil, d'un chapelet et d'une croix  

    Var, balade autour de Cabasse

    à moins d'une centaine de mètres, un Dolmen dont il manque la table haute, le dolmen dit du "Pont Neuf" a été redisposé ici, en conservant son orientation originelle après avoir été enlevé d'un site occupé par la carrière... 

    Var, balade autour de Cabasse

     Après une pause salvatrice à l'abri du vent, nous repartons de ce superbe site par le sentier des oratoires, chemin de croix qui redescend dans la vallée

    Var, balade autour de Cabasse

    descente rude encore une fois, les marches taillées dans la roche, ou en poutres de bois sont hautes et malmènent les genoux

    Var, balade autour de Cabasse

     autre étape de ce chemin de croix, la chapelle Saint Loup.

    Moins connue que Notre-Dame-du-Glaive, Saint-Loup est attestée dès 1526, mais elle pourrait être plus ancienne. Située près d'une villa antique, la partie sud de sa nef a été bâtie au XVème ou au XVIème siècle, la partie nord entre 1616 et 1622. Elle fut complétée au XVIème siècle par un ermitage, détruit au XIXème. Saint Loup de Troyes, né à Toul vers 383, épousa la sœur de saint Hilaire d'Arles. Devenu religieux, d'abord moine à Lérins puis évêque de Troyes, il libéra des prisonniers, puis partit en Angleterre avec saint Germain d'Auxerre pour combattre le pélagianisme. Cette doctrine affirmait que l'homme agissait toujours selon son libre arbitre, sans n'être jamais inspiré par la grâce de Dieu ; elle fut condamnée en 431 par le concile d'Ephèse. En 451, Troyes étant assiégée par Attila, saint Loup se fit prendre en otage, ce qui sauva la ville. Relâché sur le Rhin, il revint à Troyes où il mourut en 479. 

    Var, balade autour de Cabasse

    Nous arrivons dans la vallée, cheminement sur une petite route en plein soleil, mais heureusement sans aucune voiture. Vue arrière sur les deux sommets que nous venons de passer, à gauche le plateau avec l'oppidum, à droite la falaise du Trou aux Fées, et à la flèche rouge, ND du Glaive cachée par un arbre. 

    Var, balade autour de Cabasse

    Nous sommes en plein vignoble 

    Var, balade autour de Cabasse

    puis, au détour d'un virage il nous faut prendre une sente discrète, qui après bien des détours et cheminements sur des sentiers variés, va nous emmener dans un bois où nous grimpons en direction du Dolmen de la Gastée 

    Var, balade autour de Cabasse

     Situé dans la forêt de la Bouissière, le dolmen de la Gastée se dresse au centre d’un tumulus de 16 m de diamètre sous les chênes et les pins. C’est un des plus beaux lieux de sépulture des peuplades du néolithique de la région. Il a été restauré par Georges Bérard.

    Le dolmen se compose d’une dalle de couverture, de quatre dalles verticales et d’un muret en pierres sèches. La dalle de couverture a perdu 1/3 de sa surface et devait peser à l’origine plus de 5 tonnes. La dalle de chevet, très imposante, est située à l’est et sert de pilier principal.

    La chambre mortuaire (cella), de forme carrée, est divisée en son milieu par une petite dalle verticale selon une orientation nord-sud. A l’image du groupe des dolmens dit « du Var », la cella se trouve à un niveau inférieur au ras du sol. L'entrée est constituée par un couloir, bordé de dalles verticales. Elle est dirigée vers l'ouest, c'est à dire vers le soleil couchant ou la mort.

    Les matériaux ayant servi à l’édification du dolmen ont été prélevés aux alentours.

    Lors des fouilles, furent recueillis 30 kg d'ossements humains et 1600 dents correspondant à près de 80 individus.

    Le dolmen de la Gastée est daté Chalcolitique soit entre -2100 et 2000 avant JC.

    Var, balade autour de Cabasse

     un peu de repos sous la protection du dolmen 

    Var, balade autour de Cabasse

     Nous reprenons notre cheminement, le sentier passe à proximité de nombreux vestiges non identifiés,  (Oppidum, habitat Celto-Ligure ?) voie tracée entre murs épais 

    Var, balade autour de Cabasse

    puis une petite piste nous entraîne vers un sentier étroit, pentu, caillouteux et glissant...la totale ! 

    Var, balade autour de Cabasse

     qui dégringole, le mot n'est trop fort, vers Cabasse.

    Var, balade autour de Cabasse

    traversée du pont sur l'Issole, ruelles agréables et platanes énormes et multi-centenaires, nous retrouvons l'agréable parking du Moulin.

    Var, balade autour de Cabasse

    Fin de rando, bien agréable pour tous ces sites exceptionnels visités, quant aux sentiers, ils sont durs pour les chevilles, mais tout a un prix !  

    Var, balade autour de Cabasse

     L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique