•  Il s'agit d'une rando-découverte au départ du parking des Encanaux, sur la route qui va d'Auriol à Plan D'Aups.

    Une rando réalisée sur une idée vue chez "Perso Rémy" et que nous avons très légèrement modifiée.

    La journée s'annonce chaude et belle et malgré la sécheresse ambiante, la Vède et la rivière des Encanaux sont en eaux, affluents de notre Huveaune qui a bien besoin de cette eau venue de la montagne.

    Nous filons vers le sentier de la glacière des Encanaux, sentier aménagé, la Vède coule quelques eaux bien agréables. 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    rapide visite des vestiges de la glacière, nous nous y sommes déjà arrêtés, c'est un bel endroit bien aménagé pour les promenades dominicales

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Bien vite nous prenons le sentier non balisé qui va nous emmener vers les grottes de l'Infernet, montée en pente raide dans une végétation abondante 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     tout d'abord, l'Abri du Figuier, ou grotte de la Figuière, facile d'accès, mais peu profonde et sans grand intérêt

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    le sentier en balcon domine le vallon de l'Infernet, affluent des Encanaux 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    la grotte de l'Infernet, dite aussi des Charbonniers, il y a encore peu de temps, un canapé 3 places en cuir, gisait tout au fond de cette grotte profonde, faisant se poser la question : "que fait donc ce canapé ici ? " et surtout qui est le fada qui l'a amené ? Il a été enlevé, ce n'est pas plus mal, même si l'aspect incongru y a perdu.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     

    Nous laissons la grotte des Morts sur le coté, en hauteur, je l'ai déjà visitée, il y a longtemps.

    puis, curieux, je quitte le sentier pour aller voir un aven situé...quelque part là-haut, mais bon, ne le trouvant pas tout de suite, je renonce, ce n'est pas l'objectif du jour.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    le beau sentier longe la falaise et en douce descente rejoint le ravin de l'Infernet 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     gros coup de zoom sur la Tête de Chien...c'est là que nous allons, en face, sur l'autre rive.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    le sentier arrive dans le ravin de l'Infernet, lui-même rejoignant le ravin de la Coutronne, balisage jaune 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    puis, plus loin, nous le quittons, s'en est fini des sentiers bien tracés, balisés ou pas. nous cherchons à grimper sur la ligne de crête de Tête de Chien 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Nous y voilà, disons-le, assez facilement. Il nous faut maintenant repartir en sens contraire vers le col de Tête de Chien par les crêtes 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    de nombreux ressauts sont à passer, parfois assez au bord de la falaise 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    le cheminement est balisé par des cairns, de loin en loin, mais on passe surtout "où on peut" .

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    la ligne de crête s'étire devant nous. Sur le côté "main" gauche le ravin de l'Infernet, sur le côté droit le ravin des Encanaux, les deux se devinent mais sont invisibles

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     encore des ressauts, une orientation au jugé et à la recherche des petits cairns discrets

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Sur ce promontoire se trouve l'aven supérieur de l'Espérance connu des spéléos.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    dont l'étroite entrée est marquée par vieux un tronc de cade couché,

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    mais là, dans le couloir qui dévale à pic, se trouve l'entrée basse, une corde y est à demeure, par précaution j'en rajoute une, plus longue, et je commence la descente 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    rapide visu de l'endroit...je renonce, les souvenirs de ma chute dans le gouffre des masco  me reviennent en mémoire, je commence à peine à remarcher normalement, pas envie de faire rebelote ! 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Oh la grimace !

    mais pour aller vers notre second objectif, la grotte des Chouans, il aurait fallu descendre par cette cheminée, comment contourner l'obstacle ?  un peu de recherche et un peu d'orientation et nous trouvons un passage, une vague draille de sanglier sous les yeuses, pentue et glissante mais qui file dans la bonne direction.

    Plus bas, un sentier bien marqué nous dirige vers le col de Tête de Chien et le Baou Redon

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     montée, descente, mais la trace est bonne et surtout...elle est à l'ombre.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    et voilà, nous arrivons au col de Tête de Chien, la grotte des Chouans est "dans le coin", cherchons la. 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Du sentier de l'Infernet, en face sur l'autre rive nous avions vu une entrée de grotte, vue et repérée, nous la trouvons assez vite malgré la forte pente dans le pierrier

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Ce n'est certes pas celle que nous cherchons, ici ce n'est qu'un "petit trou" sous roche, mais pour notre pause bien méritée et à l'ombre ça fera l'affaire d'autant que la vue est superbe. 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Après la pause nous partons à la recherche de la grotte des Chouans, les indications sont bonnes, nous la trouvons, bien cachée dans la végétation qui pique !

    Saleté de salsepareille...

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Tout au fond, un étroit boyau invite les curieux à se vautrer dans la terre rouge, pas pour moi aujourd'hui.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     une gravure...assez récente

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Jolie grotte...pourquoi des Chouans ?

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Nous remontons sur le col de Tête de Chien et filons vers le Baou Redon

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Où bien entendu je me trompe de direction et nous nous retrouvons au sommet du Baou, avec de toutes parts des falaises à pic impossibles à désescalader.

    Retour au col, pour s'apercevoir qu'une vague sente se faufile sous la falaise et dégringole, le mot n'est pas trop fort, dans les yeuses en direction des Encanaux, pas très loin de la source.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    loooongue descente raide, glissante dans les yeuses et la salsepareille qui m'enlève les derniers lambeaux de peau, la Gazelle chute plusieurs fois, mettant à mal ses genoux 

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     des chutes...mais avec le sourire !

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Fin de cette descente laborieuse, le ruisseau des Encanaux nous offre un peu d'eau pour se débarbouiller de la terre et du sang séché des égratignures causées par les salsepareilles. 

    retour au pont des Encanaux et nous retrouvons le parking. Fin de rando.

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

     Une belle, très belle rando-découverte qui nous fait sortir de la facilité...c'est étrange, nous n'avons croisé absolument personne sur ce parcours ! 

    Les Encanaux, le Baou Redon, la Tête de Chien

    Sante Baume, le Baou Redon, la Tête de Chien

      Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     


    2 commentaires
  •  La face sud du massif de la Sainte Victoire en été, c'est horrible la chaleur y étant insupportable !

    Après quelques jours un peu plus frais que ces derniers temps nous avons eu envie d'aller grimper sur notre massif, et quoi de mieux que le sentier rouge de Saint Ser, les crêtes vers l'est, puis le retour en descente raide par le sentier vert de Bramefan.

    Bon, très rapidement nous allons comprendre que l'été n'est pas fini, un litre d'eau chacun sera largement insuffisant. la descente sur ce genre de sentier étant aussi épuisante, sinon plus, que la montée, la température sur les roches surchauffées dépassant les 35° face au soleil et sans aucun vent.

    Départ du parking de Saint Ser, direction le sentier rouge, jusqu'à la chapelle, dans un premier temps, un parcours d'approche de la falaise d'environ 1km700. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     Dès le départ, depuis l'aire d’atterrissage des parapentes, sa majesté la face sud de Sainte Victoire est devant nous, imposante. C'est dans ces roches que nous allons passer, légèrement sur la gauche  de la grotte aux champignons, bien visible.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    l'arrivée à la chapelle se fait en passant sous un petit tunnel ouvert sous son l’esplanade. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     et voilà la chapelle, notre première petite pause. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     chapelle construite en prolongement d'une grotte où coule une  petite source, nous entendons l'eau "goutter". Une belle grille ferme l'accès à la partie autel et la grotte.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    La Gazelle fait sonner la cloche, perpétuant ainsi la tradition assez ancienne des randonneurs de passage ici 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     arrêt assez court, nous avons encore de la grimpette raide devant nous, le sentier rouge passe sur l'arrière de la chapelle et les mains doivent être sorties des poches, on va en avoir besoin, les bâtons sont rangés dans le sac.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sur la croupe transversale, qui nous sépare du vallon de la Tine, la chapelle est maintenant bien petite tout en bas.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    Un jeu de chaînes aide à passer la vire assez aérienne 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    chacun son tour, par sécurité 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     plus de chaînes mais la pente est toujours aussi rude, les dalles de calcaire sont devenues glissantes suite aux nombreux passages de randonneurs-grimpeurs. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    le soleil commence à chauffer la pierre blanche, c'est encore supportable mais... 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     Au carrefour, nous restons sur le tracé rouge, le pointillé filant en oblique sous le Pic des Mouches nous plaisant nettement moins

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    Sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     

    après un passage sous les yeuses, nous commençons à voir le point d'arrivée sur les crêtes

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     et voilà, le col Saint-Ser sur les crêtes, nous ne sommes pourtant pas encore au point haut de notre escapade

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    et coucou, la voilà !

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sur les crêtes, nous prenons le GR qui file vers l'est, direction le Pic des Mouches, deux passages sécurisés par des chaînes sont à traverser

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     derrière nous la vue s'ouvre sur le bau de l'Aigle et plus loin, le bau des Vespres

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    dernière grimpe sur les crêtes et nous arrivons au Pic des Mouches, nous ne nous y arrêtons pas, il est tard et nous voulons faire notre pause pique-nique, dans la descente, à la grotte du Marin.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    le gouffre de Garagaï de Cagoloup est laissé sur le côté et la descente commence, longue et coupée de quelques remontées lors des nombreux changements de vallons. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     descente facile au début, ce ne sera pas le cas tout du long.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    un éboulis délicat le long d'une paroi lisse comme les fesses d'un bébé 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    des passages "sportifs" 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    et le grotte est là, bien cachée derrière un rideau de yeuses, invisible depuis le sentier. 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     à l'intérieur, la température est nettement plus fraîche

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     

    des gouttelettes tombent du plafond, l'énorme stalagmite trône en plein milieu

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    là, une belle "gargouille" naturelle

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    et là, des stalactites en formation

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     puis nous remontons vers la sortie et le soleil de plomb

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    changement de vallon pour un retour plus à l'ouest 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    remontée juste avant les deux rochers qui enserrent le pierrier 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     et descente avec quelques ressauts délicats

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

    pour enfin, commencer à apercevoir les roches "coupées en tranches" du vallon de la Tine 

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     nous quittons le sentier balisé en vert, pour prendre une sente discrète qui nous entraîne vers quelques joyeusetés.

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     un étroit passage entre deux tranches de roches où il faut se glisser

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     après avoir sauté dans la faille

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     et là, nous arrivons à une chaîne d'environ 8 à 10m de long qui descend en faisant un virage, rendant le point d'arrivée invisible

    sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     sainte Victoire, le col Saint Ser, le vallon de Bramefan

     et nous rejoignons le sentier vert, laissé plus haut, puis plus loin, nous retrouvons le rouge et le parking du matin.

    Fin de belle rando.

     

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique