• Une petite précision : la GIRELLE, il s'agit du poisson !


    Pas le surnom donné à une jolie fille de Marseille.
    Désolé, pour vous Jolies Girelles* de la Belle de Mai ou d'ailleurs, mais aujourd'hui l'article est consacré aux amours étranges de ce charmant petit poisson.


    yes* ne pas confondre girelle et cagole... là c'est grave.


    La girelle, Coris Julis, est une des espèces de poisson les plus pêchées et pourtant les plus abondantes.
    Il faut dire que ce petit poisson de roche est pêché   par les pescadous amateurs pour entrer dans la réalisation d'une des meilleures soupes de poissons qui soit, la soupe de poisson de roches.


    Attroupement de girelles mâles et femelles, Le jeu du plongeur débutant ( et plus ancien, aussi ! )
    gratter du bout des doigts la surface de la roche et attendre quelques secondes. Les girelles vont arriver pour manger les minuscules débris dégagés.


    C'est une espèce qui vit entre 0,5 et 15 m d'eau, sur les roches, donc totalement à l'abri des filets et radasses ( chaluts ) des professionnels.

    La girelle ne se pêche pas la nuit, ces petits malins s'enfouissant dans le sable pour y dormir.

    Ce labre se nourrit de gastéropodes, de petits crustacés, et petits oursins, une vraie nourriture noble qui va lui donner une chair de première classe.
    Cette espèce si abondante et qualifiée à tort de commune, vit une vie amoureuse étonnante, et fort complexe que nous allons étudier ici.

    Les plus petits spécimens, ( 6 à 12 cm ) à la livrée brun-rouge terne, sont généralement les femelles, mais aussi quelquefois des mâles...                        Femelle, probablement, ou petit mâle, je ne suis pas allé voir  !

    Les plus gros, appelées girelles royales, aux couleurs brillantes sont les mâles , exclusivement.

    Mais ce n'est pas aussi simple, la girelle étant ( comme d'autres poissons ) hermaphrodite protogyne, c'est à dire qu'elle change de sexe  en grandissant, les mâles "girelle royale" sont donc TOUS nés femelles...vous suivez toujours? parce que ça va se compliquer!

    Parmi les plus petits spécimens, certains sont des mâles et ils le resteront toute leur vie, ils ne grandiront même pas, mais arriveront quand même à être reproducteurs, filous les bougres !


    La vie en comunauté :


    Une girelle royale ( la femelle devenue  mâle macho , pur et dur ) a un territoire, et sur ce territoire un harem, composé de femelles et aussi sans le savoir, de petits mâles, appelés mâles "primaires" mais qui ne chercherons pas à dominer le harem.
    Les girelles sont très agressives entres elles, les royales cherchant à piquer le harem des autres et les femelles cherchant dans leur propre communauté à être la femelle dominante.


    La taille d'un poisson n'étant pas mon critère de choix principal , cette photo est une de mes préférées.
    Photo prise pendant des paliers de décompression, au sud du phare de Planier dans 3 à 5 m d'eau.


    Tout ce petit monde vit dans l' harmonie de la sélection naturelle, jusqu'à ce qu'un pêcheur arrive et jette une canne à l'eau avec un hameçon et une esque.

    Là, le mâle dirigeant fond sur l'appât, le gobe et fini sa vie en soupe de poisson ou en friture.

    Et le reste de la communauté ?
    Dame Nature a tout prévu, la plus forte des femelles devient la patronne ,...et en 2 ou 3 semaines devient mâle avec les testicules qu'il faut, la taille et la couleur qu'il faut.
    Une mutation ultra rapide...Sauf si le pêcheur est resté sur place et a pêché un max de poiscaille, mais le processus continue ainsi de suite.
    Tout pêcheur sait que la première girelle pêchée est souvent la plus grosse sur le site de pêche.


    La reproduction :

    Il n'y a pas d'accouplement chez ces individus ( z'ont pas de bol, mais ils le savent pas ! ) , mais pendant la période de reproduction , d'avril à août, les gros mâles font la cour aux femelles en leur tournant autour ( tiens ça vous rappelle quelque chose ! ) , en les frôlant, et en les incitant à venir dans les zones de peu d'eau, entre 1 et 2 mètres, ils entrent brièvement en contact et émettent leurs gamètes.
    A ce moment les mâles primaires ( les petits , vous vous souvenez, faut suivre ! ) viennent participer aux ébats en lâchant leur sperme dans cette eau et ainsi arrivent à féconder des femelles sans y être invités, et reproduire leur espèce de mâles primaires ( mâle primaire, qui a dit "pléonasme" ?  je veux des noms.).

    Contrairement à d'autres labres, la girelle ne construit pas de nid,les œufs pondus sont pélagiques, leur développement s'effectuant en pleine eau et sont disséminés le long des côtes par les courants.

    Dans les zones de faible pêche ou dans les réserves, les girelles royales atteignent des tailles respectables, autour de 25 cm et les femelles y sont aussi beaucoup plus grosses.


    Il existe une autre variété de girelles, la girelle paon, Thalassoma pavo, que nous rencontrons en méditerranée du nord, alors que sa zone initiale était au sud de marenostrum.


    Cette girelle paon est devenue depuis quelques années une habituée de nos eaux , probablement en partie à cause du réchauffement des eaux, mais aussi à cause du ballastage des gros bateaux qui engouffrent des tonnes d'eau dans leurs cales pour ne pas être à "lège" et qui rejettent ces eaux une fois à destination.

     

    La vie amoureuse des girelles


    6 commentaires
  •   

        Et voilà comment naissent les histoires marseillaises !

    Et pourtant, non ce n'est pas une galéjade, selon les conditions météo et la position du coucher du soleil, la chaine du Canigou distante de plus de 250km à vol d'oiseau est visible des environs proches de Marseille.

    Vision impossible sans le phénomène de réfraction atmosphérique, la courbure de la terre l'en empêche.

    Le Mt Canigou, (Pyrénées Orientales ) altitude 2785m se reflète dans l'atmosphère pour notre plus grand plaisir.

    Par deux fois déjà nous étions au rdv en 2014, les nuages avaient interdit la magie du spectacle

    Ce soir, 9 février 2015 les conditions étaient réunies de manière tout à fait exceptionnelles et rendez vous avait été donné aux passionnés sur l'esplanade de ND du château à Allauch.

    Au passage je remercie et félicite Mr Alain Origné et son site internet spécialisé  pour les infos et le calendrier de ces évènements.

    c'est ici : http://canigou.allauch.free.fr/index.html

    Le phénomène devait être visible de ND du Château à  18h02, à Allauch

    Quelques passionnés se pressent sur l'esplanade de ND du Château malgré la froidure.

    Objectif 400mm calé sur la ligne d'horizon, Marseille semble à nos pieds.

     

    18h00 le soleil se couche à l'horizon, rien en vue !

    Canigou

    très vite, dans le cercle lumineux, une pointe apparait

    Canigou

    puis l'astre filant vers la droite,  le massif se précise

    Canigou

    un peu plus

    Canigou

    encore un peu plus

    Canigou

    Bingo !

    rdv pile à l'heure, tout va très vite

    Canigou

    agrandissement numérique

    Canigou

    et voilà, le spectacle est presque terminé

    Canigou

    le soleil se couche dans la mer, le massif disparait

    Canigou

    toutes les photos sont prises sans aucun trucage, au zoom 400mm, APN Fuji S100FS sur pied.

    Le mont Canigoun vu depuis Allauch

     


    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique