•   

     

       Les collines de Pagnol ne sont pas réputées pour y receler sources, puits et cours d'eau abondants.  A la lecture des reportages sur les randos que nous y effectuons, on pourrait penser le contraire, combien de fois y ont été cités le puits du Murier, le puits du Laurier, la source du Chien, de Font Berguette, et tant d'autres ? Mais de l'eau dans tout cela, y en a t'il beaucoup?

     

      Ces sources et puits portés maintenant sur les cartes ne sont que de simples filets d'eau qui, de tous temps n'ont jamais suffit à  satisfaire les besoins des hommes, de leurs troupeaux et des minuscules terres agricoles artificiellement aménagées en bancaous.

       Pagnol a eu une phrase restée célèbre, "une source ça se dit pas ! " phrase qui pourrait passer pour cruelle, au mieux, insensée, et pourtant...Les hommes des collines de ce temps là,  pas si lointain, il y a moins d'un siècle, connaissaient le vrai prix de l'eau.

    Maintenant que celle ci coule à flots dans nos robinets et systèmes d'arrosage, et que nous la gaspillons sans remord, il nous est difficile d'imaginer que l'on pouvait vivre à plusieurs personnes dans la famille avec tout juste  quelques litres par jour tirés difficilement d'un puits souvent éloigné, et ce...  pour tous les besoins.

    On connait tous l'histoire de Manon des Sources et de son Père Jean de Florette. Romancée comme il se doit, mais empreinte de vérité, cette histoire montre bien qu'à cette époque, pour de l'eau, certains n'ont pas hésité à être cruels, indirectement ou pas.

    C'est romancé, mais pas tellement exagéré. L'histoire narrée par Pagnol est belle, mais dure et impitoyable...comme la vie en ce temps là. Ugolin et le Papé en étant les parfaits reflets.

    *****************

       Ces sept collines qui forment le massif de Garlaban sont sèches, sans être arides. Il s'agit principalement  d'eau d'infiltration de surface lorsqu'il pleut...mais il ne pleut pas souvent ici, alors elle est distillée chichement, la nature est prévoyante.

    L'eau des collines

    Les anciens connaissaient pourtant l'existence de rivières souterraines profondes, notamment  dans le vallon des Escaoupres, mais avec le peu de moyens de l'époque, impossible d'aller la chercher et la domestiquer.

    Ces derniers jours la Provence a connu de vrais déluges, épisodes Cévenols pour les uns, Méditerranéens pour les autres. Ce qui est certain c'est qu'en ce Midi, il ne pleut pas souvent, mais quand il pleut c'est presque toujours violent et brutal. Pour la pluie fine et bruineuse, des "normales de saison", il faut aller chercher ailleurs.

    Nous aimons aller voir les si rares cascades du vallon des Escaoupres, et, phénomène  encore plus rare et plus beau,  d'entendre l'eau souterraine qui bruisse tout au fond de la grotte de l' Etoile après un orage, Pagnol en parle dans son œuvre, Louis Ardissone aussi, mais est ce encore vrai de nos jours ?

       Courte rando bien ciblée, le terrain est détrempé, pas question d'aller nous casser la figure en glissant sur les rochers. Départ du poney club d'Allauch et direction la remontée du vallon des Escaoupres en faisant un large détour par les grottes des Pestiférés.

    L'eau des collines

    et le puits de Pichoun Ome.L'eau des collinesCelui ci déborde largement et inonde le sentier.

    L'eau des collines

    Direction Tête Ronde puis descente tout au creux du vallon des Escaoupres, pas beaucoup d'eau en bas, je suis un peu déçu, mais en remontant le vallon,  petit à petit le débit de l'eau augmente, aurait elle trouvé, en cours de route, une issue souterraine pour échapper aux hommes ? C'est fort possible et même assez fréquent.

    L'eau des collines

    L'eau des collines

    C'est fou comme ce petit ru a, au cours du temps, creusé la roche. Large de parfois 15 cm, la profondeur peut en atteindre 25.

    Mince filet en période sèche,  inlassablement il creuse le calcaire et peut au cours d'un orage avoir deux mètres de large

    L'eau des collines

    Tout près de la source du Chien, la cascade laisse tomber un beau rideau d'eau dans un bruit qui pour une oreille habituée à ces collines, peut surprendre.

    En effet entendre le souffle du vent et le pépiement des oiseaux est plus fréquent que le bruissement de l'onde. 

    garlaban-eau-des-collines 9613 [640x480]

    Janvier 2014, les grandes eaux de la cascade du vallon des Escaoupres, spectacle RARE !

    L'eau des collines

    grotte-du-berger 0385 [640x480]

     

    le filet d'eau en période sèche

     

    L'eau des collines

    Le petit barrage de la source du Chien est submergé, l'eau prend toute la place qui lui est offerte.

    L'eau des collines

    janvier 2014, le barrage de la source du Chien déborde.

    L'eau des collines

    aujourd'hui il s'étale paresseusement et occupe toute la place

    Mais, le clou du spectacle c'est au dessus de nos têtes que ça se passe.

    Dans la grotte de l'Etoile, tout au bout de l'étroit boyau, à la suite d'un orage, on entend l'eau de la terre qui gronde, et, parfois quand la pluie est tombée en abondance, elle resurgit et sort en un flot impétueux pour se jeter plusieurs dizaines de mètres plus bas, dans le vallon des Escaoupres, venant grossir le débit du ruisseau.

    L'eau des collines

    En janvier 2014, c'était impressionnant, l'eau plus chaude que l'air sortait dans un nuage de vapeur expulsée par la gueule béante de la grotte, je n'avais pas osé y entrer de peur de me retrouver projeté au fond du vallon.

    L'eau des collines

    Janvier 2014, l'eau sort avec force

    L'eau des collines

    novembre, cette fois ci le débit est moins fort

    L'eau des collines

    et j'y rentre assez facilement, l'eau jaillit du boyau dans un gargouillis venant des entrailles de la terre

    L'eau des collines

    L'eau des collines

    L'eau des collines

    Nous continuons notre circuit en remontant vers la baume des Bartavelles et la grotte du berger, pour un pique nique avec vue sur tout le vallon.

    la grotte du berger est décorée de dessins de chèvres et boucs datés de 2011.

    "Capra 2011"

    garlaban-eau-des-collines 9609 [640x480]

    garlaban-eau-des-collines 9608 [640x480]

     

    le petit abri troglodyte qui jouxte la grotte n'est aujourd'hui d'aucune utilité, l'eau suinte de la roche et s'il ne pleut pas dehors, ...il pleut dans la cabane !

    garlaban-eau-des-collines 9604 [640x480]

    Nous terminons notre petite balade avec un peu de hors sentier, au lieu de revenir par le pas des Bartavelles, nous franchissons les  barres de Taulière par un petit pas d'escalade

    L'eau des collines

    L'eau des collines

    puis plus classiquement en rentrant par la piste en  bas de Grande Tête Rouge.

    L'eau des collines

    L'eau des collines

    L'eau des collines

     

     

     

     

     

     

     


    3 commentaires
  •  

      

     

        Le rocher de st Michel, prolongement du massif de Marseilleveyre vers la mer, falaises abruptes offertes aux grimpeurs et grottes profondes du coté Ouest regardant les Goudes et callelongue, falaises sauvages et escarpées surplombant le vallon de la Mounine de l'autre.

    Grimper au sommet plat de ce rocher voilà le but de notre escapade d'aujourd'hui, allons voir là haut si c'est mieux qu'en bas.

    Il y a plusieurs façons pour s'en approcher, on ne choisira pas la plus simple ni la plus courte.

    Au programme, départ de l'avenue de la grotte Rolland, direction le col de la Selle en prenant le sentier noir puis le jaune qui monte à Marseilleveyre, puis le rouge qui contourne le sommet du massif. Descente vers le col de la Galinette et remontée du vallon supérieur de la Mounine, hors balisage vers la baume de la Mounine, grimpette au sommet du rocher et retour par la grotte de l'Ours, le pas du Pin, le col des chèvres, Béouveyre et retour au véhicule par le sentier marron.

    Pas beaucoup de terrain plat au menu, mais que du beau !

    Calanques, le rocher st Michel

    yes toutes les photos sont cliquables pour agrandissement

    Parking de la voiture au bout de l'avenue de la grotte Rolland en évitant de gêner les riverains puis nous entrons dans le fond du parc de Pastré et en suivant le sentier noir nous filons vers le col de la Selle, mais pas en direct...

    Calanques, le rocher st Michel

     Passé la grotte Rolland où nous n'allons pas, nous trouvons le sentier jaune qui grimpe rude vers le sommet de Marseilleveyre, très beau sentier avec quelques ressauts à escalader

    Calanques, le rocher st Michel

     ressauts faciles qui permettent une grimpe rapide, la vue sur la rade de Marseille est superbe

    Calanques, le rocher st Michel

    Calanques, le rocher st Michel

     Nous n'allons pas jusqu'au sommet, mais bifurquons sur le sentier rouge qui contourne le sommet, et par un peu de sentier non balisé nous arrivons très vite au col de la Selle (suivre le sentier balisé y arrive aussi, mais c'est moins agréable et plus long)

    Calanques, le rocher st Michel

     Petite pause puis nous dévalons  en direction du col de la Galinette, avec quelques beaux points de vues

    Calanques, le rocher st Michel

    dont les rochers monolithiques alignés...les "Pénitents" des calanques, par analogie avec les Pénitents des Mées.

    Calanques, le rocher st Michel

     Passé le col de la Galinette, le rocher de st Michel nous offre toute sa face  Est, c'est tout là haut que nous allons grimper

    Calanques, le rocher st Michel

     mais pas en direct, bien sûr.

    Nous nous engageons dans le pierrier du vallon  de la Mounine, puis passage du pas inférieur. La rampe métallique est toujours en place, et toujours aussi brinquebalante mais encore solide et aide bien à cette petite escalade

    Calanques, le rocher st Michel

    Calanques, le rocher st Michel

     Plus haut nous quittons le vallon pour nous engager sur un sentier discret, qui passant dans une végétation fournie, va rapidement mais en forte grimpe, nous amener à la baume de la Mounine, à  l'extrémité Nord-Est du rocher.

    Calanques, le rocher st Michel

     La baume de la Mounine... grande et belle terrasse couverte qui regarde le haut du vallon et le massif de Marseilleveyre, lieu de bivouac de pas mal de grimpeurs.

    Calanques, le rocher st Michel

    Calanques, le rocher st Michel

     De là une sente peu évidente mais sans problème nous fait arriver sur le plateau sommital du rocher, la vue y est superbe à 360°. Nous filons jusqu'au bout du plateau, plein sud au dessus de la mer.

    Calanques, le rocher st Michel

     A nos pieds, juste en dessous, le rocher des Goudes et le pas de la demi Lune, le village des Goudes, l'île Maïre et son Tiboulen, dans le ciel pur dégagé par le petit Mistralet, on peut au loin, apercevoir Planier

    Calanques, le rocher st Michel

     A l'Est, le bec de Sormiou, puis au loin les falaises déjà rougeoyantes de Soubeyranes qui ferment la baie de Cassis.

    Calanques, le rocher st Michel

    Pause pique nique dans cet endroit paradisiaque, le soleil est le bienvenu.

    Du bruit...devant nous surgissent des grimpeurs (euh non...deux jeunes grimpeuses) qui viennent de déboucher sur le sommet, cordes et mousquetons autour de la taille.

     Nous quittons avec regret ce bel endroit pour finir notre périple, retour vers la baume de la Mounine, descente coté Ouest direction la grotte de l'Ours où, pour cette fois ci nous n'entrons pas

    Calanques, le rocher st Michel

     après avoir vu la gravure de notre "ami du passé" Xavier Dechaux, nous continuons par le sentier vert qui remonte au Pas du Pin

    Calanques, le rocher st Michel

     passage délicat mais sans souci

    Calanques, le rocher st Michel

    Calanques, le rocher st Michel

     longue remontée du pierrier du vallon de l'Aigle qui nous fait arriver au col des Chèvres, escalade de son long ressaut pour arriver au pied de Béouveyre,

    Calanques, le rocher st Michel

     le passage du petit couloir câblé n'est plus qu'une formalité.

    Calanques, le rocher st Michel

     Du sommet de Beouveyre, magnifique  vue sur la rade sud, le port de plaisance de la Pointe Rouge et les anses des plages artificielles du 3me Prado

    Calanques, le rocher st Michel

     descente et retour au point de départ par le rude sentier marron.

    Calanques, le rocher st Michel

     Rude et délicat mais qui offre des vues superbes sur le vallon sauvage du pas de la Cabre

    Calanques, le rocher st Michel

     

     

    Calanques, le rocher st Michel

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique