• - Petites randonnées

     

     

     

  •  En plein cœur du plateau du Siou Blanc la Baumo di Lume offre à ceux qui y pénètrent une féerie de couleurs dans le faisceau de la lampe frontale.

    La Baumo di Lume, ou la Grotte des Lumières, est aussi obscure et noire que toutes les autres grottes, mais de minuscules paillettes dorées "s'allument" dans la lumière de la frontale, est-ce la raison de son nom, j'ai bien envie de le croire.

    Ce sera notre balade du jour. Les couleurs d'automne commencent à mordorer la nature, les sous-bois seront, comme toujours, magnifiques.

    La voiture est garée tout près du Chêne de Mistral, ce chêne plus que centenaire et nous voilà partis en direction de la forêt de Morières. 

    La baume di Lume

    Deux chênes siamois, créent une cuvette où dans l'onde claire, le ciel se mire 

    La baume di Lume

     le cheminement est silencieux pour apprécier pleinement cette nature préservée

    La baume di Lume

    et voilà l'entrée de notre Baumo di Lume, il faut un peu se contorsionner, mettre les mains dans le terreau humide et noir, mais tout a un prix et celui-là n'est pas cher payé. 

    La baume di Lume

    la première salle est pentue et basse de plafond, attention à la tête 

    La baume di Lume

    dans les deux grandes salles inférieures, les stalactites et les énormes colonnes brillent de tous leurs feux, ruisselantes d'humidité 

    La baume di Lume

    Bien sûr, comme souvent, beaucoup de colonnes ont été cassées, soit naturellement, soit par "l'humain" qui veut emporter un souvenir, lequel va bien vite être jeté, car en dehors de son lieu naturel une stalactite ne redevient qu'un morceau de caillasse. 

    La baume di Lume

    Peut-être pire, les "imbéciles heureux" gravent leur initiales ou laissent des tracent indélébiles de leur passage, comme si eux, avaient une réelle importance en ces lieux. la vanité est déplacée ici, l'humain ne sera jamais l'égal de la nature en matière de beauté.

    La baume di Lume

    Touchons timidement et seulement "du bout des yeux", et surtout ne mettons pas les doigts, le travail de fabrication des stalactites est un travail de longue haleine, un travail de patience de la nature. 

    La baume di Lume

    La baume di Lume

    les paillettes dorées et/ou argentées s'allument au passage du rayon lumineux de la frontale,  

    La baume di Lume

     La baume di Lume

     les stalactites cassées "saignent" , un minuscule filet d'eau suinte depuis leur âme et tente de reformer une stalactite, pour le moment bien fragile.

    La baume di Lume

    Une trop longue présence dans la grotte nuit à ce travail millénaire de la nature, il nous faut en ressortir. 

    La baume di Lume

     Nous filons vers un lapiaz (du latin lapis qui signifie "pierre") situé en hauteur au-dessus de la canopée, pour une pause, espérons-le, ensoleillée.

    Les lapiaz sont découpées de crevasses profondes, creusées par l'érosion due aux eaux de ruissellement, ces ciselures étroites et difficiles d'accès offrent souvent abri et gite à la faune sauvage.

    C'est la saison des champignons, comestibles ou non...

    La baume di Lume

     Forêt mordorée, forêt lumineuse

    La baume di Lume

    arbres en décomposition qui font naître et prospérer la vie microscopique des sous-bois 

    La baume di Lume

     La baume di Lume

    le lapiaz nous offre une vue presque aérienne de la forêt au pied des Morières. 

    La baume di Lume

     Fin de belle rando avec des couleurs automnales plein les yeux. 

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    4 commentaires
  •  

    C'est une petite balade au pied du massif du Mourre d'Agnis où nous allons aujourd'hui, sur des sentiers non balisés et parfois même non reportés sur les cartes.

    Le cirque des Escarettes est resté sauvage et secret. 

    La voiture est garée à l'entrée du beau village de Mazaugues et nous filons sur la petite route goudronnée qui s'enfonce dans le vallon.

    Plus loin, plus de bitume, une piste en terre qui va peu à peu se transformer en un sentier. L'humidité omniprésente après ces derniers jours de fortes pluies nous donne une belle douche quand on secoue un arbuste.

    L'air sent l'eau et la fumée des cheminées où se font quelques petites flambées dans les maisons du bord du chemin. 

    Le cirque des Escarettes

     nous suivons, au mieux le cours d'eau l'Herbette, la végétation prend ses couleurs d'automne, des odeurs d'humus et de champignons arrivent vers nous, ici il n'y a plus d'habitations

    Le cirque des Escarettes

    après avoir traversé l'Herbette sur un pont quasi invisible, nous suivons le cours d'eau rive gauche. L'eau a cette belle couleur donnée par la réaction entre le fluor qu'elle contient et des micro-algues, un peu comme dans l'Huveaune, ou le Verdon.

    Le cirque des Escarettes

     les cascades même les plus petites sont bordées de concrétions calcaires, résultat de cette réaction chimique. 

    Le cirque des Escarettes

    le sentier s'éloigne un peu du courant et commence à grimper 

    Le cirque des Escarettes

     puis, revenant vers l'eau, il nous propose de traverser à gué 

    Le cirque des Escarettes

    ça commence à monter raide 

    Le cirque des Escarettes

    dans une forêt de plus en plus épaisse et sombre, où le seul bruit est le glou glou de l'eau, en bas dans le ravin.

    Le cirque des Escarettes

    nous arrivons à un lieu insolite, un socle en tuf, vert de mousse, résultat d'un ruisseau temporaire qui doit former une splendide cascade, tout aussi temporaire, qui tombe dans le ruisseau tout en bas du ravin 

    Le cirque des Escarettes

    ce ruisseau que nous remontons sur quelques mètres avant d'être arrêtés par une végétation abondante, laisse filer un petit filet d'eau, qui juste après, passe sous les pierres et n'est plus visible 

    Le cirque des Escarettes

    Nous cherchons la suite de l'éventuel sentier, puis nous suivons une trace qui s'élève dans les yeuses, et semble vouloir passer au-dessus du cirque des sources de l'Herbette 

    Le cirque des Escarettes

     Le cirque des Escarettes

    un gros ressaut, encore bien humide, est franchit

    Le cirque des Escarettes

    et le cirque des Escarettes commence à être visible dans toute sa majesté 

    Le cirque des Escarettes

    là-bas, une esplanade ensoleillée nous attend pour la pause, nous sortons du sentier pour y aller. 

    Le cirque des Escarettes

    la vue, droit devant nous est magnifique, le vallon est sauvage, aucune trouée dans la forêt ne le défigure 

    Le cirque des Escarettes

    Depuis quelques instants, nous entendons les cris des chiens, les chasseurs sont dans le coin, je passe un gilet fluo pour être bien visible

    Le cirque des Escarettes

    sur notre arrière gauche, le cirque des Escarettes dans sa quasi totalité 

    Le cirque des Escarettes

     Nous retrouvons le sentier et nous nous dirigeons dans le sens du retour dans une forêt dense mais dont la sente est bien marquée, bientôt la clochette d'un chien de chasse arrive derrière nous avec un chasseur qui nous avoue avoir raté un sanglier (d'où le coup de feu que nous avions entendu).

    Tant mieux pour lui, tant pis pour moi nous dira-t-il avec sourire. 

    Le cirque des Escarettes

    le sentier en balcon traverse plusieurs ravins à sec, mais visiblement ils sont fortement chargés en eau quand il y a orage comme ces derniers jours.

    Eaux violentes des torrents temporaires de nos collines. 

    Le cirque des Escarettes

     Le cirque des Escarettes

    une bauge, où des traces d'animaux venus y boire sont bien visibles 

    Le cirque des Escarettes 

    un promontoire rocheux et ensoleillé nous offre encore une autre vue de la canopée

    Le cirque des Escarettes

     Le cirque des Escarettes

     le sentier fait une grande courbe, revient en forte pente vers le sentier pris le matin 

    Le cirque des Escarettes

    Le cirque des Escarettes

    puis nous retrouvons la piste qui longe l'Herbette 

    Le cirque des Escarettes

    retour sur la petite route et fin de balade. 

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique