• - Petites randonnées

     

     

     

  •  

    Ce jour, envie de prendre l'air, juste une petite virée derrière la maison dans le hameau des Escourtines.

    Vestiges d'un hameau ancien, en plein cœur du vallon des Escourtines, dégagé des ronces et de la salsepareille par les amis randonneurs-baliseurs du GIA GCSB...adessias Louis !

    Une balade dans les clous de la réglementation en vigueur, dans un rayon inférieur à 1 km de la maison et pour une durée inférieure à une heure.

    Avantage d'habiter au pied des collines, le hameau est à peine plus loin que la sortie de mon jardin.

    *****

    Sortie de l'étroit vallon, et débouché sur ce que nous appelons ici, "le plateau" qui est certainement ce qui reste de la partie "agricole" du hameau, une zone plate bien dégagée, les différents niveaux étant séparés par des restanques. Le plateau est ensoleillé, et surtout, complètement abrité des vents, les "vieux" savaient choisir l'emplacement de leurs logis...

    Le vallon des Escourtines

     en haut, les crêtes du balcon des Escourtines

    le sentier balisé jaune nous emmène directement vers les ruines, un grand chêne que je connais depuis plus de 35 ans trône au milieu de la plus grande ruine.

    Le vallon des Escourtines 

    l'habitation devait être assez grande

    Le vallon des Escourtines

     une autre, un peu plus haut, il n'en reste qu'un coin de mur et des pierres éboulées 

    Le vallon des Escourtines

     Le vallon des Escourtines

     beaucoup de fragments de tuiles

    Tuiles fabriquées à la main, avec l'argile "que l'on a" les teintes varient du rouge brique au blanc cassé, mais toujours, les traces des doigts qui les ont façonnées apparaissent sur le dessus.

    Et ce sont probablement les traces des doigts des femmes qui les ont moulées sur leur cuisse, comme ça se faisait souvent pour les constructions chez les pauvres.

    L'intérieur de la tuile montre, avec un peu d'observation, l'empreinte de la peau...mais oui !

    Le vallon des Escourtines

    ici et là quelques menus vestiges cassés de poteries domestiques, tians, pots à eau, autres ?

    Le vallon des Escourtines

     un peu à l'écart, le puits à sec, mais je l'ai vu bien souvent en eau, il n'y a pas si longtemps. ici dans le quartier on l'appelle, "la source" car lorsqu'il déborde, il coule en fine rigole et débouche plus bas sur le plateau.

    Il y a quelques années un voisin y avait aménagé des abreuvoirs pour la sauvagine, ils sont encore visibles.

    Le vallon des Escourtines

     Quelques fleurs sauvages, iris jaunes et violets

    Le vallon des Escourtines

     Le vallon des Escourtines

    Le ciel se couvre de gros nuages gris, qui auront disparu dès rentré à la maison, allez zou, la pause est finie, j'ai mangé mon bout de fromage et ma mandarine, bu un coup de planteur, la sortie se termine, je rentre  !  

    Le vallon des Escourtines

     Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     Par cette belle mais fraîche journée, nous filons dans le Luberon, pour une balade facile dans les gorges de l'Aiguebrun.

    La voiture est garée sur un petit parking au bord de la rivière et tout de suite nous remontons le cours d'eau par sa rive gauche, de nombreux gués seront à passer, en essayant de ne pas nous plonger les pieds dans l'eau froide, nous ne sommes pas encore au printemps.

    Les primevères sont sorties et colorent le sentier qui se faufile sous les arbres

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le premier moulin en ruines est passé 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis voilà le premier gué, une belle planche y a été disposée, penchée sur le côté et bien glissante, beau jeu d'équilibriste en vue. 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    la rive droite nous offre quelques jolis points de vue comme ces gours 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis après un cheminement à couvert nous arrivons dans la grande clairière de l'auberge des Seguins 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    que nous traversons, par le pont, pour nous retrouver en face, de nouveau rive gauche.

    Au dessus de nous, vision fugitive du fort de Buoux 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    et sous la falaise, d'une habitation troglodyte bien cachée 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    Nous quittons la sente balisée pour rester au plus près du fil de l'eau 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    ce qui nous impose un petit ressaut facile à franchir à côté de la belle cascade

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     sans aucune difficulté 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     le sentier devient de plus en plus étroit et rejoint la sente balisée qui a fait un large détour plus en hauteur 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nouveau passage à gué pour passer sous la falaise, sensiblement à l'aplomb de la Baume de l'eau, d'ailleurs, il nous pleut sur la tête... 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     re-passage à gué, le sentier rive droite à ce niveau, n'existant plus

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     puis encore une autre, pour rejoindre la grande sente caladée qui grimpe rive droite vers le dessus des falaises 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     avec un passage sous les toits 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    puis, dans le grand coude en haut de la calade, nous rejoignons le sentier qui file, en sens inverse, au dessus de la falaise 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     sentier que nous quittons bien vite pour rejoindre une sente discrète qui nous emmène vers la première des baumes aménagées.

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     où nous faisons notre pause du médio sous un soleil assez timide, 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     courte sieste de rigueur, chacun à sa manière...

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    une sente peu visible nous emmène très en bordure de la falaise, vers une autre baume, plus petite mais bien aménagée 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     

    équipée de quelques "assèti" en pierres plates

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     la sente qui suit nous entraîne vers la fameuse Baume de l'eau

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le bassin est bien rempli et déborde largement 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nous en repartons pour rejoindre le sentier balisé qui file en crêtes 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    et qui passe devant la très belle borie, reconstituée avec art, attention, propriété privée ! 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    nous prenons le sentier qui descend vers les gorges,  

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    le chemin de Frau, caladé , est un enfer pour les genoux fragiles... 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

    mais offre une très belle vue sur la rive située en face, dont la maison troglodyte de la grande baume 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

     nous revenons vers l'auberge des Seguins et reprenons le sentier qui longe la rivière avec le gué muni d'une planche passé au départ de la balade. Personne n'a mis les pieds dans l'eau ! 

    Luberon, Les gorges de l'Aiguebrun

      

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique