• Ste Baume, la bergerie de Tuny

     

     

        La bergerie de Tuny, au dessus du charmant village de St Jean de Garguier est un grand classique des balades dans les contreforts du massif de la Ste baume, nous n'y étions jamais allés, c'est chose faite.

    Une balade facile mais à ne pas sous estimer, des points de vues superbes sur la vallée de l'Huveaune, Gémenos, Pont de l'Etoile et en face, de l'autre côté de la vallée, les collines de Pagnol.

     

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Direction St Jean de Garguier, où nous garons la voiture sur la piste qui mène à la chapelle St Clair, première étape de cette balade.  

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     La piste monte régulièrement et nous découvre un panorama qui, même si nous le connaissons bien, nous émerveille toujours. En face, les sommets qui composent le massif de Garlaban et à gauche, au loin, les contreforts des calanques, côté Marseille.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Sous nos pas, dans le village, un gros coup de zoom nous laisse admirer le château et ses tours crénelées.  

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Un sentier file sur la gauche, panneau indicateur : Chapelle St Clair... 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Superbe chapelle, très massive vue de ce côté, mais ouverte et accueillante sur l'autre versant

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    l'inévitable cyprès est là, comme il se doit en Provence. 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     En forme de simple auvent, la chapelle est située sur un site archéologique qui remonte  à l'époque gallo-romaine.

    Lieu de culte païen, puis chrétien, ce site fut ensuite fortifié au moment de l'invasion sarrazine.  Au Xe siècle, une chapelle romane fut construite sur la base de cette ancienne tour.

     Les archives locales disent que le lieu fut occupé ensuite au XVIIème siècle par un ermite, qui l'aurait aménagé en ermitage. Le site fut finalement abandonné au XVIIIème.

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Nous continuons notre cheminement en prenant la piste, puis, rapidement, par un sentier qui part sur la droite (cairn) nous descendons dans le vallon St Clair, plus agréable que la morne piste.  

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Vallon humide et ombragé. 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Bientôt apparaît la barre rocheuse qui ferme le vallon, la bergerie n'est plus très loin. 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Un groupe de VTTistes occupe bruyamment  les lieux, nous ne nous attardons pas et filons vers le pied de la barre rocheuse où se trouve une jolie et inattendue grotte. 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Arbres fruitiers abandonnés à leur triste sort, ce cerisier, quant à lui, redevient peu à peu sauvage, les fruits qu'il porte encore sont...immangeables.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Une fente dans la roche fermée par un arbre, elle est là cette grotte.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    l'entrée ressemble à celle de la grotte aux Oeufs, mais nettement plus petite et d'un accès plus facile 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Passé la voûte de l'entrée, une salle s'ouvre très haut, au fond une roche en forme d'autel abrite une vierge et quelques reliquaires. 

    Traditions venues d'un temps où il fallait se cacher pour prier ? Bis Repetita...

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Au sortir de la grotte nous reprenons la piste qui file vers Roussargues, mais auparavant, un beau buisson de sumacs me tente, je fais une provision de ces graines qui une fois séchées seront de surprenantes épices.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     La piste monte en larges lacets et, momentanément, tourne le dos à la Ste Baume, au loin, les Dents de Roque Forcade  pointent vers un ciel légèrement embrumé.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     En bas, la vallée d'Aubagne, au loin Marseille, la mer et la rade

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    Les alisiers sont en fruits, belles couleurs d'automne.

    Les alises sont comestibles, les oiseaux en raffolent, riches en tanins elles doivent, comme tous fruits sauvages, être consommées blettes et luttent contre la dysenterie. Fermentées elles donnent une eau de vie appréciée...money

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Nous quittons la piste de Roussargues pour redescendre vers la vers le vallon des Seignors et les gorges du Renard, sentier qui à partir d'ici, devient sauvage et enserré dans une végétation dense et "piquante".

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Une source capté de longue date, laisse apparaître une eau claire qui fut longtemps précieuse dans ces collines, la canalisation de captage, à l'origine en tuiles de terre cuite recouverte de platiers est aujourd'hui en "plymouth" parfois apparent.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Le sentier étroit se faufile entre roche et salsepareille

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    et descend vers le château vu à l'aller, parcours dans un vallon resté sauvage. 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     la conduite apparaît, le tuyau "plastique" se sert de la canalisation en terre comme gainage de protection, le platier, souvent brisé ne protège plus rien.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     le temps s’obscurcit, le soleil du matin n'est plus qu'un souvenir, la pluie menace...mais non, ce ne sera pas encore pour aujourd'hui, hélas !

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Une roche gravée par un berger en 1909 (?) retrace la vie solitaire de ces hommes de  la nature

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

    quelques abris sous roches témoignent eux aussi de cette vie d'autrefois dans ces collines 

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Nous arrivons au bas du vallon, la conduite d'eau traverse le chemin en passant sur un pont et file vers le château (?).

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Ste Baume, la bergerie de Tuny

     le sentier repart en colline pour revenir à notre point de départ, laissant le Prieuré tout en bas.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     Une balade d'environ 12km pour un cumul de dénivelé de 560m.

    Ste Baume, la bergerie de Tuny

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsable dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Sentier du vertige - Ste Victoire, le CantilèneGorges du Tarn, de St Chély à Hauterives »

  • Commentaires

    1
    loridon
    Lundi 3 Octobre 2016 à 12:41

    cette fois ci une belle ballade où je n'ai pas frémis dans des escalades aventureuses. 2 kms c'est bien je ne peux plus en faire que la moitié et encore pas toujours. Mais l'essentiel c'est d'aller en collines.

      • Lundi 3 Octobre 2016 à 12:57

        bien d'accord avec toi, l'essentiel est de se retrouver régulièrement en pleine nature.

        cet article est publié avec un peu de retard, nous étions dans les gorges du Tarn la semaine dernière.

        porte toi bien l'ami.

    2
    nicole
    Lundi 3 Octobre 2016 à 13:16

    Merci pour cette idée de rando dans ces belles collines de la Ste Baume.

    Quelle belle nature !!! je vais y aller

    3
    SUZY
    Lundi 3 Octobre 2016 à 17:51

    Comme toujours très beau reportage, j'espère que l'escapade dans le Tarn c'est bien passée Bizzzzzzzbeurk

      • Lundi 3 Octobre 2016 à 20:30

        Oui Suzette

        un bon séjour très revigorant, que cette région est belle ! 

        et comme on disait autrefois au cinéma : c'est bientôt sur cet écran.

        bisous bisous

    4
    Lundi 3 Octobre 2016 à 23:45

    Belle balade  et comme toujours, bel article.

    Le texte peint sur le rocher est daté du "Dimanche 28 Février 1909". Vérification faite, le 28 Février 1909 était bien un Dimanche. C'est un élément de vraisemblance. Et comme l'auteur du texte avait dû aller à l'école (son billet est plutôt bien tourné : "bien des fois un garçon du nom de Henri Toulon (ou Toubon?) a parcouru ces vallées ces monts en gardant ses moutons" , et il ne comporte aucune faute), il n'est pas impossible qu'il l'ait écrit en revenant plus tard sur le lieu de l'activité pastorale de sa jeunesse.  Le début d'un nouveau roman?

    Cordialement

      • Mercredi 5 Octobre 2016 à 07:02

        Merci l'ami

        peut être pas le début d'un nouveau roman, mais l'idée du berger gravant la roche pourrait bien en effet y figurer dans un paragraphe...

        Je suis allé sur ton site...superbe, j'y reviendrai plus en profondeur.

        merci et à bientôt.

        jluc

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :