• Roman - La Clue

    LA CLUE

    Auteur Jean Luc Fontaine

     

     

     

    Roman - La Clue

     372 pages au format 15x21 cm.

     

    L'histoire débute à la fin du XIXème siècle et se termine (quoique ?...) en 1975 en passant par Les Hautes Alpes, Marseille et l'Amérique du sud.

    La Clue, un village de bûcherons, abandonné par ses habitants condamnés à la famine.

    Mauricette, une jeune bergère qui veut sortir de la condition féminine de cette fin de siècle dans laquelle elle se sent prisonnière.

    Elzéard, un bûcheron amoureux jusqu'à la folie de la jeune bergère.

    Batiste, son frère, parti chercher du travail à la ville.

    Marie, la fille de Mauricette, qui revient au village abandonné pour se cacher de l’envahisseur allemand pendant la guerre.

    Odette, Miguel, Louis et quelques autres sont les personnages mis en scènes dans ce roman qui se veut être un hommage à tous ceux qui luttent pour que vive la montagne dans le respect de la Nature.

    Un roman qui oscille entre fiction romanesque et dure réalité.

     

    extrait 1 :

    Assise sur son caillou à l’ombre claire d’un alisier au feuillage argenté, Mauricette, du haut de ses onze ans, surveille son troupeau d’un œil distrait.

    Tout juste une demi-douzaine de vaches qui broutent les dernières touffes d’herbe et trois veaux sous leurs mères qui feront un peu d’argent et peut-être, si tout va bien, de la viande pour les fêtes.

    Grosse responsabilité qu’est la sienne, ce troupeau et un petit lopin de terre cultivé en potager, c’est toute la richesse de sa famille, une des moins pauvres du hameau cependant, car comprenant beaucoup de garçons en âge de bûcheronner. 

    Une main d’œuvre précieuse, avoir des garçons solides et capables de monter en forêt est ici une vraie richesse.

     

    extrait 2 :

    1938, étang de Berre 

     

    Dans une gigantesque gerbe d’écume, l’hydravion se pose sur le plan d’eau. 

    Les petits bateaux de pêche se sont éloignés pour laisser place à ce nouveau moyen de transport considéré, ici, comme l’enfant du pays.

    En effet, le premier hydravion est né sur l'étang de Berre il y a quelques années, tout droit sorti de l’imagination sans limite d’un fou d’aéronautique, l’ingénieur Fabre.

    A l'époque son hydravion que les gens du pays avaient surnommé le moustique, hésitait entre mer et ciel et s'était contenté de quelques sauts de puces. 

    Alors, maintenant que ce monstre ultra rapide fonctionne et transporte de riches passagers, la fierté des habitants du pourtour de l’étang prend le pas sur la gêne grandissante qu'il occasionne.

    La foule est nombreuse sur les berges, autant pour voir cet engin révolutionnaire, que pour admirer les riches passagers qui en descendent.

    Dans un dernier hoquet de ses quatre énormes moteurs à hélice, le grand oiseau de bois et de fer, fini sa course en glissant sur l’eau, fait un demi tour et se stabilise.

    Un luxueux canot à moteur tout en acajou et cuivres rutilants s’approche, une dizaine de passagers, aidés par un personnel bienveillant, descendent par la coupée et se frottent les yeux, éblouis.

    Le soleil inonde le plan d’eau, le ciel est d’un bleu azur très pur, hier encore le mistral soufflait si fort qu’on ne savait pas si l’hydravion attendu pourrait se poser sans difficulté.

    Le Mistral qui s’est encore déchaîné ces jours derniers a balayé la fine couverture de pollution qui couvrait l’étang de Berre et a redonné au ciel de Provence sa couleur naturelle.

    Ce vent qui rend fou les provençaux a montré que sans lui cette région n’aurait pas cette lumière qui a fait le bonheur de peintres célèbres.

     

    Superbement élégante, Marie refuse la main galamment offerte par un officier et s’engage sur la petite passerelle.

     Ce n’est pas son premier voyage en aéroplane, et encore moins en bateau.

     

    Vêtue d’une robe Worth d’après-midi, en crêpe noir et blanc, chapeau assorti, manchettes et ceinture en cuir laqué noir finement rehaussées d’un cordonnet de soie vermillon, elle revient dans le pays de ses racines.

     

    Extrait 3 :

    Batiste et les quatre autres résistants sont massacrés à coups de crosse, à grands coups de bottes dans le dos et les côtes, ils sont en sang. 

    Menottés, encadrés par des SS qui leur crient des ordres en allemand, ils sont dirigés rapidement dans les sous-sols du bâtiment.

    Le grand chef de la Gestapo locale, le SS-Obersturmführer est là, rigide dans ses bottes, une schlague bat nerveusement contre son mollet.

    A peine les cinq hommes sont dans la pièce, qu’il leur en assène des coups cinglants en plein visage.

    L’interrogatoire va pouvoir commencer, le chef des SS a un mauvais rictus aux lèvres, il va bien s’amuser avec ces terroristes.

    Les insultes pleuvent, les coups de schlague ponctuent chaque question.

     Aucun ne parle.

    *******************

    Disponible sur les sites de ventes par internet (Amazon) , il est aussi possible de le commander ici au prix de 22 euros frais de port compris.

    Dédicace personnalisée sur simple demande.

    ou par mail : calypso-13@hotmail.com

     

    Le Grand Secret est toujours disponible ici clic.

    soit en format poche, soit en 2ème édition au format 15x21 cm.

     

     

     

     

     

     

     

    « Ste Victoire, les deux barrages.Les gorges du Caramy en hiver »

  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Janvier 2016 à 20:11
    claudine/canelle

    Coucou 

    il me plairait bien d'avoir ton livre 

    dis moi comment je fais 

    Bises

     

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 21:13

        Coucou Claudine

        Je te réponds par mail privé.

        bises

        jluc

    2
    Alice Faure
    Mardi 19 Janvier 2016 à 21:29

    j'en veux un exemplaire dédicacé.......Bizzzzz

      • Mardi 19 Janvier 2016 à 21:38

        Eh eh, tu l'auras le 2 février !

        (le 3ème est en route..., je ne sais pas s'il sera prêt pour Lacoste, mais je vais m'y atteler)

        bisous tite soeur

        jluc

    3
    le vieux scaf
    Mercredi 20 Janvier 2016 à 08:31

    Dès reception, j'en ferais une belle page de blog

    4
    suzanne
    Jeudi 18 Février 2016 à 22:38

    BRAVO encore BRAVO, je viens de finir ton livre, j'ai retrouvé toute ta sensibilité, ton amour pour la nature et celle des choses vrais. Mais quel travail !

    Bisous 

      • Vendredi 19 Février 2016 à 08:53

        Merci Suzette

        ton compliment me touche beaucoup, en effet j'y ai mis tout ce que j'avais dans les tripes ! rire.

        bisous bisous

    5
    lLORIDON gérard
    Vendredi 19 Février 2016 à 09:05

    je ne l'ai pas encore lu je me le garde pour mes soirées cévenoles

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :