•    Je vous propose une série sur les îles de Marseille, elle paraitra de manière aléatoire.

    Beaucoup de ces îles sont méconnues des Marseillais,  surtout vues du large,  sauf pour les plaisanciers qui ne savent pas toujours les apprécier à leur juste valeur.

    La visite des îles du Frioul ( oui, "des" , car il en a 3 , Ratonneau, Pomègues et If ) sera reléguée à plus tard; ces îles sont bien connues et  ne sont pas obligatoirement les plus belles , mais les plus faciles d'accès par la navette.

    Celles dont je voudrais vous parler portent des noms enchanteurs, elles s'appellent, Maïre, Jarre, Plane, Riou, Moyades, grand et petit Congloué, l'impérial du large et l'impérial du milieu, ce sont de simples  cailloux pour certaines et des falaises abruptes et majestueuses pour d'autres.

    Toutes ont une histoire, il s'en est passé des choses dans ces îles depuis que l'homme sait naviguer !

    Le premier article de la série se porte sur l'île Maïre et ses environs, cette île est bien visible depuis le bord de mer, depuis les  Goudes jusqu'à Callelongue.



    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre
    En partant du port de la Pointe Rouge et en longeant la côte on va croiser, quelques lieux remarquables, l'anse du bain des Dames, la minuscule plage de l'abri côtier, la Madrague de Montredon et son petit port, le Mont Rose, l'anse de Saména,  le village et le port des Goudes,

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

                                                                      le port des Goudes.

    une pointe rocheuse qui s'enfonce doucement dans l'eau marque la sortie de la rade vers l'est, c'est la pointe de la Baleine, qui a vu quelques naufrages .

    en avril 1938, la tartane St Louis des scouts marins, a fait naufrage ici.
    en 1998, avec quelques amis,  en partant plonger vers les îles, à notre stupéfaction , un cachalot se reposait tout près de cette pointe, les anciens avaient vus juste quand ils l'avaient nommée ainsi, ce n'est probablement pas un hasard.

                                 cap des croisettes, coté baie des singes, par Mistraù bien établi.

    Le cap des croisettes (et non cap croisette, ce n'est pas ici ! )  est appelé ainsi parce qu'au 19 ème siècle des petites croix ( croisettes) étaient plantées sur ce rocher chaque fois qu'un bateau de pêche (barquette ou bette)  était mis à la mer.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

    Après avoir fait baptiser son bateau, le Patron de celui ci venait y planter cette croix.

    Aujourd'hui une grande croix en béton bien décrépie par les embruns en commémore le souvenir.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

    Ce cap protège le petit abri de la baie des singes du Mistraù ( vent de Nord-Ouest ) , un club de plongée et un restaurant ont pris la place du village de pêcheurs.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

    En face de ce cap,  juste séparée par un bras de mer , se dresse l'ïle Maïre du haut de ses 135 m.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

                                                              Maïre, par vent de N. O.  35 noeuds..

    Cette île a été pendant longtemps colonisée par les militaires pour son point de vue sur l'entrée maritime de Marseille et des vestiges y sont encore debout , les blockhaus sont quasi indestructibles.                                 

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

                                              Maïre, sa pointe Est , les deux farillons et en haut le bunker


    A l'est de Maïre, tout contre l’ile, deux rochers sortent de l'eau ce sont les Farillons ( ou Pharillons ), ils se rejoignent sous l'eau par de très belles arches couvertes d'anémones encroûtantes et habitées de sars et autres poissons de roches.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

     
    Au pied de cette paroi abrupte se trouve 2 sites de plongée très fréquentés,  la Cathédrale et les Fromages.
    Les clubs "commerçants" de Marseille y viennent souvent pour faire plonger les estrangers , c'est pas loin de la Pointe Rouge et c'est abrité du vent dominant, alors...... c'est tout gagnant ! même si ce ne sont pas les plongées "du siècle", loin s'en faut.

    Cette île a vu au cours des siècles de nombreux naufrages, citons :

    Le Jean François en 1845 équipage sain et sauf.
    Le Mousse de Nantes en 1868, contre la pointe de la baleine.
    L'Etoile en 1872, dans le bras de mer, échoué ( il y a moins de 3 m d'eau au plus profond.).
    Le Congo en 1847.

    Plus près de nous , l'effroyable catastrophe du Paquebot de 91 m, le Liban le 7 juin 1903, qui fit une centaine de victimes , celui ci ayant été éperonné par l'Insulaire.

    A noter que ce naufrage a eu lieu en été, et à moins de 100m de la côte, mais une grave erreur du commandant du Liban et une "légèreté" du commandant de l'insulaire ont provoqué un drame épouvantable, surtout que , à cette époque peu de personnes savaient nager.                                                         

    Coté sud de l'île, exactement sous nos pieds, l'épave du Liban.

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre

    Une victime collatérale à signaler, les jours suivant le  naufrage, le scaphandrier "pieds lourds" Anticevitch va décéder en ayant trop plongé sur l'épave pour aider à remonter cadavres et sacs postaux !.

                                                         Le naufrage du Liban, gravure d'époque.

    Cette épave , bien que réduite à l'état de carcasse métallique, est encore accessible et reste l'épave la plus facile et la plus plongée de notre  rade.

                                     
    Vue de l'intérieur d'une cabine dans l'épave du Liban (photo JLF 1994)

    L'île Maïre, longtemps habitée par un petit troupeau de chèvres à l'état sauvage fut souvent nommée l'île aux chèvres, il fallait les voir s'accrocher aux parois abruptes au dessus de la mer et, impassibles,  regarder passer les bateaux !

    Ces chèvres, personne n'a jamais su qui les y avait amenées mais par contre, le Conservatoire du Littoral à jugé que celles ci  risquaient de nuire à la flore de l'île et les a débarquées. Elles y vivaient et s'y reproduisaient,  à ma connaissance, depuis plus de 40 ans sans gêner qui que ce soit  et la flore n'y était ni plus belle ni plus laide...

    Technocratie quand tu nous tiens ! ouch

    A la pointe Nord - Ouest de Maïre, un îlot se détache, quand on vient de Pointe rouge, cet îlot a la silhouette d'une tortue , de là à le surnommer " l'île de la tortue" il n'y a qu'un pas.

                                                                         Tiboulen de Maïre

    Cet îlot, de son nom, îlot Peyro, est surtout connu sous son autre surnom Tiboulen de Maïre.

    Tiboulen de Maïre est surmonté d'une balise, un étroit passage le sépare de Maïre, au 19 ème siècle la nuit, des feux étaient allumés au sommet de l'îlot pour assurer la sécurité des bateaux de pêche, ces lieux étaient, à l'époque, très poissonneux.

    Pendant la dernière guerre, ces eaux comme d'autres plus à l'est étaient pêchées à la dynamite, ne jugeons pas trop vite ceux qui voulaient seulement subsister, même si les ravages restent irrémédiables.

    La pêche à la dynamite détruit tout l'écosystème et le temps, à l'échelle humaine ne permet pas à la nature de reprendre ses droits.


                                                              gabian 1 : Alors Lucio,  et la suite  de cette série ?

                                             gabian 2 : Oh fan de chichourle, ch'uis ruinté, on verra plus tard !

     

    Les iles de l'archipel de Riou, l'île Maïre


    6 commentaires
  •    En limite de Champsaur et de Devoluy, au dessus de la station de ski de Laye, une longue ligne de crêtes s'étire tout juste séparée des crêtes de Charance par le pic et le col de Gleize.

    C'est ici aujourd'hui que nous allons grimper, sur ces crêtes qui d'un coté dominent le Champsaur et de l'autre la vallée de Chaudun en Devoluy.

    Les crêtes du Moutet

    Le départ se fait de ND de bois vert, en direction de St Bonnet, juste après Laye.

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    les crêtes c'est tout là haut !

    Le sentier grimpe allègrement dans une forêt verdoyante et humide, montée régulière mais assez pentue vers la roche de Midi

    Les crêtes du Moutet

    Des cours d'eau à traverser, le sentier serpente en lacets réguliers

    Les crêtes du Moutet

    gentiane acaule

    Les crêtes du Moutet

    sous bois humide et sombre

    Les crêtes du Moutet

    puis sortant de l'épaisseur de la forêt, il continue sa rude montée vers les crêtes, la caillasse remplace maintenant le couvert de la végétation

    Les crêtes du Moutet

    en bas le Drac brille dans le soleil

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    bientôt nous sommes au pied de falaises abruptes , le sentier qui devient étroit et en balcon va les longer et les contourner

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    dans la rudesse de la caillasse, beaux bouquets de lavande odorante

    Les crêtes du Moutet

    Une vire assez aérienne à passer et un peu plus haut, nous retournons sous le couvert des arbres pour arriver  au col de Moutet où se trouve une cabane ONF.

    Les crêtes du Moutet

     Première petite pause ici, j'en profite pour refaire le plein de la gourde à la petite source. 

    Nous délaissons le sentier balisé qui va traverser une longue roubine, pour filer en hors balisage vers les crêtes convoitées, encore pas mal de dénivelé en vue.

    Les crêtes du Moutet

    Nous sommes enfin sur la longue ligne de crêtes, nous sommes à Coste Folle

    Les crêtes du Moutet

    Avant de continuer sur les crêtes, nous faisons un petit aller et retour jusqu'au sommet du Moutet à 2078m qui nous fait profiter d'une très belle vue sur le sentier de ronde de Chaudun,le ravin de Chanebière et le pic de la Fouasnières tout en bas (un de nos parcours favoris pour aller à Chaudun).

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    Retour sur la ligne de crêtes, direction Coste Belle, sentier peu marqué, hors balisage mais parcours facile, il suffit de longer le bord de la falaise ! yes

    Les crêtes du Moutet

    verdoyant d'un coté  et aride de l'autre, mais tout deux vertigineux  les cotés du sentier surplombent de grands espaces

    Les crêtes du Moutet

    puis c'est Coste Belle, nous y ferons la pause pique nique méritée, altitude 2001m, les planeurs ayant décollé de Tallard nous survolent et virevoltent au gré des courants ascendants

    Les crêtes du Moutet

    la ligne de crête devient extrêmement étroite et pentue

    Les crêtes du Moutet

    Nous retrouvons ici un sentier balisé jaune qui monte de Laye vers Coste Belle. Descente jusqu'au pied de l'aiguille de Laye pour plonger coté Champsaur dans le ravin de Coste Longue

    Les crêtes du Moutet

    aiguille de Laye

    La descente en bordure de ravin est très pentue, et caillouteuse, nous ferons la rencontre (la seule de la journée avec un berger à la cabane de Moutet) d'un petit groupe lecteur du blog !cool

     Les crêtes du Moutet

    très beau versant, abrupt vertigineux, sentier en balcon ...vue superbe

    Les crêtes du Moutet

    de nouveaux quelques passages en forêt qui filent vers Laye, les mélèzes sont superbes

    Les crêtes du Moutet

    et qu'il nous faudra quitter car nous devons revenir vers N.D de bois vert , traversée de roubines profondes, de gués et de nouveau longer des falaises verticales

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    Les crêtes du Moutet

    Il ne nous reste plus que 3km environ avant d'arriver, ça regrimpe un peu, puis sous le couvert des mélèzes nous arrivons à destination

    Les crêtes du Moutet

    Très belle rando méconnue présentant des décors variés et superbes, de plus de 16km500 avec  un cumul de dénivelé d'environ 950m, dont 800 d'un seul tenant.

    Les crêtes du Moutet

     

     


    4 commentaires