•  

     

       Bordant à l'Est l'extrémité Sud du massif de la  ste Baume, les falaises de Cugens sont une véritable muraille infranchissable depuis la vallée du Fauge.

    cool Sur les crêtes de cette falaise, un trou dans la roche, creusé par l'érosion pluviale, ressemble à  un Oeil   au milieu du front d'un Cyclope dégarni.

    Le trou du vent, porte bien son nom, c'est un véritable accélérateur du souffle d'Eole, heureusement les lois de la physique sont là pour nous aider, le souffle puissant est presque toujours dans le bon sens, sinon, plus d'un aurait déjà été emporté quelques centaines de mètres plus bas tout au fond du vallon des Clapes.

    trou de cugens

    Au programme aujourd'hui, la traversée du magnifique parc de st Pons, la remontée du sentier du blé, un détour hors sentier vers la fenêtre du Brigou, ce petit sommet méconnu, puis direction les falaises de Cugens, la glacière du Fauge et le sentier de la glace qui nous ramènera à l'abbaye de st Pons puis au parking.

    ***********

    Le parc est illuminé par les superbes couleurs de l'automne, les rayons du soleil naissant  traversent le feuillage dans un jeu d'ombre et de lumière magnifique mais que l'APN a du mal à saisir.

    trou de cugens

    La chapelle st Martin le vieux, chapelle romano-gothique du XIIIème siècle, marque l'entrée du parc avec le célèbre platane aux 7 troncs qui baigne les pieds dans le Fauge

    trou de cugens

     suivis de la Tête de mort qui "espinche" le promeneur entre les branches basses.

    Le Fauge roule des eaux abondantes, le massif n'en est pas avare,  d'autant que  depuis quelques jours les fortes pluies font gonfler le ruisseau pourtant régulé en amont à la cascade moussue

    trou de cugens

     A la cascade, un jeu de vannes et de mini écluses permettait  de distribuer dans des ruisseaux ( béals ) pour alimenter en énergie les petites industries qui au XIX ème siècle bordaient encore la vallée st Pons.

    trou de cugens

     Le sentier du blé démarre ici, il va monter en quelques lacets faciles et aériens jusqu 'au pied du Brigou, surplombant au détour d'un virage, le vallon du Fauge et son abbaye du XIIème siècle

    trou de cugens

     Nous rejoignons la piste qui ceinture le Brigou et le Cruvelier puis, en hors sentier nous allons admirer la surprenante fenêtre du Brigou

    trou de cugens

    Faut un peu chercher mais voilà, c'est là !

    trou de cugens

    Un énorme rocher rectangulaire coincé entre deux colonnes de pierre

    trou de cugens

     petit crapahut et voilà, nous sommes prêts pour la photo souvenir !

    trou de cugens

    trou de cugens

     Maintenant direction le GR et les falaises de Cugens, au passage on va admirer la vue sur Cuges les Pins et son poljé

    yes Poljé ? kézako...Le Wiki dit :

    Un poljé (plaine en slave) est une vaste dépression à fond plat fermée par des versants rocheux escarpés. Cette formation est caractéristique des milieux karstiques. Les eaux sont évacuées par un trou au fond du poljé appelé ponor. Le poljé est ainsi relié à une nappe phréatique par un conduit naturel, ce qui produit une résurgence à l'origine d'un cours d'eau ou de l'inondation de la dépression.

     

    En France, l'un des plus grands poljés se trouve sur la commune de Cuges-les-Pins (en Provence) formant une cuvette naturelle entourée de collines, on citera aussi, non loin, le double poljé de Signes (Var) et celui de Plan-d'Aups-Sainte-Baume.

    trou de cugens

     Devant nous et encore bien loin, le pic de Bertagne  et son radôme

    trou de cugens

     Nous voilà sur le bord des falaises de Cugens, le trou du vent est maintenant facile à trouver. Ce matin le vent s'engouffre dans le petit couloir avec une force inouïe renforçant l'effet de froid ressenti.

    Il est presque midi nous ferons notre pause pique nique protégé du vent par un coin de roche face au soleil.

    trou de cugens

     avant de repartir vers le pas de Cugens, petite vire  à franchir dans le sens de la descente, mais que l'on peut éviter par un détour, ce que nous ne ferons pas, la roche est sèche, l'accroche est bonne.

    trou de cugens

    trou de cugens

     le pas de Cugens

    trou de cugens

     Arrivés au pied du pic de Bertagne, nous filons par le sentier balisé jaune qui descend dans la gadoue vers la glacière du Fauge et la source Paul Ruat, la clairière est inondée, la source déborde de tous les cotés

    trou de cugens

     Un petit tour de cheval de bois ?

    trou de cugens

     La glacière du Fauge

    Les Glacières datent du XVIIIe siècle, ce sont des puits profonds d’environ 20m destinés à entreposer la glace récupérée durant l’hiver dans des bassins attenants. Cette glace était destinée à la conservation des aliments

    Nous prenons à la descente vers Gémenos le sentier balisé jaune pointillé qui va un peu plus bas rejoindre le sentier de la glace, au loin sur les crêtes de Cugens, le trou du vent est parfaitement visible, illuminé par le soleil bien dans l'axe.

    trou de cugens

     trou de cugens

     Arrivés dans le vallon du Fauge nous allons faire un petit aller et retour au gour de l'Oule, il y a là bas un semblant de sentier qui démarre et qui nous intrigue, on en reparlera peut être un jour.

    yes Un gour ?   Wiki dit :

    Les gours sont des dépôts de calcite particuliers. En contexte karstique, l'eau de pluie dissout le calcaire en s'infiltrant dans le sol et s'enrichit en carbonate de calcium. Lorsqu'elle parvient dans une cavité souterraine, l'eau peut s'évaporer et former différents types de spéléothèmes (stalactites, stalagmites, etc.).

    Si l'eau stagne dans une flaque préexistant au sol, la concentration en carbonate de calcium augmente et de la calcite se dépose aux abords de la flaque. L'alimentation en eau doit être suffisamment faible ou discontinue pour ne pas diminuer cette concentration et arrêter le phénomène de concrétionnement.

    Les gours sont souvent disposés les uns à la suite des autres, les gours inférieurs réceptionnant le trop plein des gours situés en amont.

     yes Oule ?

    Oule est la francisation du nom commun occitan ola, prononcé oul(o), signifiant 'marmite dépourvue d'anses', ou 'chaudron', du latin olla < aulla < aulŭla 'marmite'. Ce terme, comme son équivalent français marmite, est couramment utilisé dans tout le midi de la France pour désigner des trous d'eau ou des excavations de forme circulaire formés par l'érosion dans des torrents ou d'anciens cours d'eau.

    trou de cugens

     Le gour de l'Oule, très bel endroit où venir se rafraichir en été quand le soleil tape fort, le Fauge dans une de ses multiples cascades

    trou de cugens

     trou de cugens

     Arrivés à l'abbaye nous prenons le sentier qui longe le Fauge en passant sous l'antique pont de pierres

    trou de cugens

    et qui fait découvrir la cascade alimentée par les ruisseaux qui dévalent le vallon des Cabreles et gonflent le Fauge d'une eau claire venue de la montagne.

    trou de cugens

    trou de cugens

    Superbe balade d'environ 17km500 présentant un cumul de dénivelé de 830m dans une forêt toute en couleurs automnales

    trou de cugens

     

     

     


    5 commentaires
  •  

     

     Gérard Loridon est, sur la blogsphère, nettement plus connu sous le pseudo de "vieux scaf" ceux qui suivent mon blog depuis quelques années déjà savent que Gérard ne manque jamais d'y laisser un commentaire à la parution de chaque nouvel article.

    Loridon a écrit plusieurs bouquins, il faut dire que le bonhomme, non content d'avoir été un célèbre scaphandrier "homme grenouille" de la première heure est par ailleurs un sacré conteur.

    Avec lui une simple histoire ne sera jamais banale.

    Après avoir publié quelques romans de fiction où il mettait en scène le célèbre adjudant Troubarède et sa charmante épouse (Oh Gérard, que devient il celui là tu l'as déjà mis à la retraite ? ) , il vient de signer un superbe livre sur sa propre vie de scaphandrier-explorateur de la première heure des fonds marins de Marenostrum mais aussi de mers plus lointaines.

    (j'ai bien aimé l'épisode Mexicain)

    Publié aux célèbres éditions Glénat dans "carnets de plongée" dirigée par Fancis Le Guen ce livre est, à mon humble avis, le meilleur de tout ce que Loridon à déjà écrit.

     

    Les amphores...le mot magique qui me fait lever un sourcil, puis deux... et enfin capeler mon matériel de plongée.

     

    Je cite un extrait de la 4ème de couverture :

    Les amphores ont toujours exercé une très grande fascination sur les plongeurs.Emblème de civilisation disparues et symbole de la Méditerranée, combien de vocations de chasseurs de trésors ont elles éveillées ?

    G. Loridon nous raconte ici ses quelques découvertes d'amphores et autres antiquités, mais son recueil, loin du traité archéologique, est avant tout un témoignage sur les années 50/60 quand la plongée était encore une affaire de pionniers...

    ****************************

    Pour ma part,  je rajouterais que ses exploits sont narrés avec beaucoup d'humilité... mais aussi un beau brin d'humour   cool...

     

    Lecture, Amphores de Gérard Loridon


    2 commentaires