•  

     

       Pour le dernier jour de 2014, nous sommes allés dans nos chères calanques, la météo avait prévu du beau temps, nous avons eu un ciel gris avec juste quelques trouées de soleil, on fera avec !

    Direction la calanque de l'Escu, cette petite baume ouverte sur la mer qu'on appelle calanque, c'est quand même un peu exagéré, mais l'endroit est magique.

    Départ on ne peut plus classique de Callelongue et le GR98-51 sentier des Douaniers,

    Ce sentier est absolument désagréable en son début (avis tout à fait perso ) mais il a l'avantage d'offrir une vue sur Maïre et ses Farillons absolument remarquable dans le soleil levant.

    La mer est complètement lisse, pas une ride, nous qui allons sur l'eau, nous disons que c'est "bonasse".

    La calanque de l'Escu

    Passé le petit cap qui ouvre le passage vers l'Est, les iles de l'archipel de Riou sont encore dans l'ombre, d'autant que des nuages viennent d'arriver et cacheront pour la journée, un soleil peu arrogant.

    La calanque de l'Escu

     40mn de marche et nous arrivons à la calanque de Marseilleveyre, pour le moment, encore déserte, mais "le Belge" est ouvert comme toujours et on peut supposer qu'à midi sa terrasse fera encore le plein.

    La calanque de l'Escu

     Même en marchant à bonne allure, nous avons du mal à nous réchauffer.

    La calanque de l'Escu

    Vers la calanque des Queyrons, le soleil fait une tentative de percée, ça ne durera pas, hélas.

    La calanque de l'Escu

     Nous suivons le GR qui contourne le calanque de Podestat par le haut puis nous arrivons

    La calanque de l'Escu

    à l'anse des Piadons, nous remontons vers l'étrave calcaire, cette roche qui marque l'endroit où le GR change de direction et va grimper sur les hauteurs pour quitter le bord de mer.

    Nous laissons le GR pour prendre le sentier n°5 vert qui dégringole vers l'anse du Livre

    La calanque de l'Escu

     passage délicat, les petits cailloux roulent sous les pieds, descente prudente, même et surtout si c'est un endroit que nous connaissons bien

    La calanque de l'Escu

     le balisage est à suivre scrupuleusement sous peine de prendre un raccourci direct vers la mer

    La calanque de l'Escu

     Le dernier petit mur vertical est passé facilement

    La calanque de l'Escu

    les prises sont faciles à trouver, mais il est préférable d'avoir de longues jambes...n'est ce pas ? yes

    La calanque de l'Escu

     Au raz de l'eau, il nous faut maintenant remonter sur une corniche sous abri et franchir un passage équipé d'un câble, le pas du Pêcheur.

    L'Escu est juste en dessous de nous mais il faut faire un assez grand détour pour y arriver.

    La calanque de l'Escu

     La calanque de l'Escu

     le câble du pas du Pêcheur... souvenirs souvenirs, ici je me suis fait une belle frayeur il y a quelques temps. ouch

    La calanque de l'Escu

    La calanque de l'Escu

     le sentier reste étroit et escarpé et nous arrivons à un autre passage câblé, mais verticalement cette fois, le pas du Bénitier

    La calanque de l'Escu

     Descente verticale, les pieds s'accrochent aux fissures de la roche, les mains glissent lentement sur la gaine du câble

    La calanque de l'Escu

    La calanque de l'Escu

     pour arriver sur un petit balcon offrant un superbe panorama sur le large et les Iles

    La calanque de l'Escu

     à droite le pointillé vert qui va à l'Escu, à gauche le vert qui file vers la calanque de Melette, allons d'abord à l'Escu.

    Pas de plage, pas de sable fin ni même de petits cailloux, ici la roche immergée est coupante comme une lame de  rasoir et souvent chargée d'oursins.

    La baignade ici relève du grand art, même en belle saison.

    La calanque de l'Escu

     L'Escu, petite anse creusée dans la falaise, n'est pas vraiment une calanque, mais fait partie du patrimoine historique des calanques.

    Une citerne bâtie est cachée sous la roche et recueille depuis des siècles la rare eau douce des calanques.Les canalisations en terre sont parfois encore visibles et doivent être respectées.

    Bien sûr elle subit les outrages du temps qui passe et devient de plus en plus poreuse, mais parfois avec un peu de chance, il y a de l'eau...nous verrons.

    La calanque de l'Escu

     Echoué sur le sol, git un squelette de crocodile...bois flotté aux aspects étranges

    La calanque de l'Escu

     Dans l'eau noire, tranquille, un cormoran pêche.

    La calanque de l'Escu

     Du fond de la baume, la vue sur Riou et le grand Congloué

    La calanque de l'Escu

     L'aiguade de l'Escu garde ses secrets, qui l'a construite? les barbaresques au XVIème siècle, la Marine, les pêcheurs, les contrebandiers, nul ne sait vraiment et la citerne se dégrade tous les jours un peu plus

    La calanque de l'Escu

     aujourd'hui il y a environ 50/60cm d'une eau limpide et pure, quelques gouttes suintent du plafond et rompent l'immobilité du plan d'eau

    La calanque de l'Escu

     Nous en repartons avec regrets, mais nous avons encore un bon bout de chemin à faire avant la pause de midi.

    La calanque de l'Escu

     Revenons vers le sentier 5 vert qui file vers Melette, puis nous traversons le bois des Walkyries et attaquons la remontée vers le GR tout là haut.

    La calanque de l'Escu

     petite grimpe avec les mains et grande vue sur la honte des calanques, c'est à Cortiou que se déversent sans vergogne, les égouts de Marseille, la station d'épuration si moderne soit elle, n'est pas suffisante  pour arriver à rejeter une eau un tant soit peu limpide et ...inodore.

    Quant au projet de rejeter les eaux plus au large...trop cher !

    La calanque de l'Escu

     Quittons le sentier un moment pour aller faire notre pause pique nique dans un petit nid d'aigle incrusté dans la roche

    La calanque de l'Escu

     Rencontre avec un sympathique groupe de jeunes Italiens qui commencent à escalader les parois

    La calanque de l'Escu

     La roche est percée de petits abris troglodytes

    La calanque de l'Escu

    Nous voilà arrivés au nid d'aigle, arrêt pour la pause pique nique, pas trop de soleil, mais pas de vent non plus...bonne affaire !

    La calanque de l'Escu

    le nid d'aigle...c'est marqué dessus !

    La calanque de l'Escu

    La calanque de l'Escu

    La calanque de l'Escu

     roche "mangée" par l'érosion. Le vent, le sel, la roche friable façonnent un peu plus chaque jour le décor.

    La calanque de l'Escu

     Une sente bien marquée mais non balisée nous ramène sur le sentier vert qui remonte sur le GR 200m plus haut

    La calanque de l'Escu

    La calanque de l'Escu

     passages "cavaliers"

    La calanque de l'Escu

     Arrivés sur le GR nous repartons vers l'Ouest direction Podestat, un rouge gorge ne se dérange même pas à notre approche.

    La calanque de l'Escu

     Sur notre droite, le cirque de Coulon (à droite) séparé du cirque des Walkyries par l'arête de Onze heures

    La calanque de l'Escu

     puis descente par de larges escaliers en pierres jusqu'à l'étrave calcaire.

    La calanque de l'Escu

     Retour au point de départ par le sentier des Douaniers,

    La calanque de l'Escu

    la calanque de la Mounine dans la fin d'après midi,

    La calanque de l'Escu

     Du petit cap commencent à monter les bruits de Callelongue qui se prépare aux festivités du réveillon de fin d'année.

    La calanque de l'Escu

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

       Pour ce premier jour de l'an 2015, nous nous devions d'aller fêter ça du haut du belvédère céleste de Tinou Ninou. Ce premier jour de 2015 s'annonce de très bonne augure, magnifique ciel bleu azur, peu de vent, et grand soleil.

    Nous démarrons cette balade du fond de l'avenue de la grotte Rolland, en périphérie du parc de Pastré. Dans la remontée du vallon très abrité des rayons du soleil en tous temps, ce matin c'est froid et humide.

    Bien vite, juste après avoir dépassé la grotte Rolland, nous prenons le sentier jaune qui présente quelques passages de grimpette facile.

    Avantages, nous revenons vers les premiers rayons du soleil, bien qu'il soit encore tôt, et la vue sur Marseille se dégage rapidement.

    Les iles de l'archipel du Frioul: If, Pomègues et Ratonneau, au loin,  la côte Bleue.

     premiers passages de grimpette, une jolie cheminée qui permet de se réchauffer un peu

     puis c'est l'arrivée au croisement du sentier jaune et du rouge, nous prenons à gauche le rouge qui contourne le sommet de Marseilleveyre et laissons sur notre devant le chemin de la Croix, celui par lequel sont passés les premiers porteurs de la Croix initiale de Marseilleveyre

     Le sentier rouge passe en balcon et présente de très beaux points de vues, passages un tout petit peu aériens sans aucune difficulté

     là, nous quittons le rouge qui descend pour prendre une sente non balisée qui va nous permettre de rejoindre le pas de la Selle facilement

     et remonter vers le sommet Ouest de l'Homme mort, en prenant le temps d'admirer le cirque du Malvallon depuis le Col Sans Nom.

     puis c'est la belle grimpe vers le sommet Ouest, bien balisé bleu

     le gros cairn qui marque le sommet Ouest

     sur le plateau de l'Homme Mort, nous ne nous attardons pas, un filet de vent glacé a raison des rayons du soleil, il fait frisquet.

    Juste le temps de jeter un coup d’œil au Grand Malvallon et essayer d'apercevoir difficilement les 3 arches en bas.

    Arrivée au plan de Coulon avec son admirable vue sur le vallon de Melette où nous étions hier 31 décembre 2014 (article de rando à venir avec un peu de retard) les pointes de Sormiou et Morgiou

     petite descente vers Titou Ninou,  fidèle à sa réputation le lieu est toujours aussi magique et complètement abrité du vent.

    Jour de l'an à Titou Ninou

    mise en place de l'apn en mode "retardateur" pour la photo, bon juste un peu au bord du vide ....oh

     pique nique du 1er de l'an ici, et rapidement, au soleil, les vestes tombent !

     retour au plan de Coulon, le vallon de la Melette attire toujours autant mon regard...je ne sais pas pourquoi...coolyes

     au croisement du sentier bleu et du vert nous descendons par le vert dans le vallon sombre et glacé qui dégringole vers le cirque de la Fouent de Voiro (Fontaine de Voire) .

    bouttis de sangliers

     petit détour pour aller saluer notre ami des siècles passés, Xavier Dechaux qui a laissé ici une de ses signatures, avant de prendre le sentier rouge qui va remonter vers le puits du Lierre

     du sentier rouge, belle vue sur la fontaine de Voire,

    Même si c'est encore controversé, il semble de plus en plus certain que c'est devant cette source que l'histoire de Marseille a commencé, le banquet nuptial de Gyptis et Protis aurait bien eu lieu ici.

     en remontant, le sentier nous offre en vue arrière un autre point de vue important dans l'histoire des Calanques, les grottes jumelles qui façonnent le rocher comme une tête de mort.

    C'est dans cette grotte (une grotte avec deux issues... faussement appelées grottes jumelles) que Xavier Dechaux s'est donné la mort.

    Plus haut nous filons vers le puits du Lierre et les Orgues, superbes  roches qui soutiennent avec beaucoup de difficulté un gigantesque rocher, celui là, le jour où il tombe...

     le puits, en eau malgré les pierres et autres déchets jetés au fond.

     plus loin nous quittons le rouge pour descendre vers la piste des Goélands par le jaune qui traverse une grotte ouverte aux deux bouts

     et là, avec plaisir nous retrouvons le soleil avant de filer en direction du vallon des 3 Gancets

     rude descente, la roche bien lustrée par de nombreux passages est glissante.

     dans le vallon nous prenons le pointillé jaune qui contournant l’extrémité du parc Pastré nous ramène au point de départ

     


    9 commentaires