• Bien que réalisées à quelques jours d'intervalle, deux plongées bien distinctes seront relatées dans cet article

    -La première sur l'épave du San Domenico, un des derniers voiliers en fer,

    -L'autre sur un site plus naturel et surtout plus profond, la pierre à Daniel.

    Deux plongées que tout oppose, visibilité dans l'eau, type de plongée, situation géographique, profondeur, pourtant deux plongées faites avec un plaisir égal.

    Le San Do

    Le 17 juin 1897, 6h00 du matin,  le voilier Italien en fer, de trois mats , San Domenico sort du Vieux port remorqué par  "le Marseillais" et le "Marseillais n°15", la traversée doit être de courte durée, il faut rejoindre le radoub dans le bassin National.

    Le convoi progresse à une vitesse de 2 noeuds , le vent se lève, à 6h45 un coup de vent ouest-nord-ouest le couche sur le coté. Le voilier en fer est à lège et avec toute sa mature haute, il chavire quille en l'air et se redresse en sombrant.plongées...San Do et pierre à Daniel

    Les remorqueurs ont sauvé une partie de son équipage  qui a été ramené au Port pour les premiers soins, il y a eu tout de même deux morts repêchés à la gaffe et trois disparus.

    Le "San Do" comme les plongeurs l'appellent aujourd'hui est posé droit sur le fond, intact, sa mâture présentant un éventuel danger pour la navigation a été détruite, il repose sur un fond vaseux par 32 à 34m , enlargué d'environ 800m/1000m de la nouvelle tour CMA-CGM, qui borde la rade.

    L'épave est ornée d'un beau filet qui, lorsque l'eau est claire, donne des effets superbes, la faible profondeur aidant.

    plongées...San Do et pierre à Daniel

    en N&B, le filet accroché à l'épave

    Il est surprenant en visitant cette épave de trouver une coque complètement vide, en effet, étant un des derniers voiliers en fer, sa cale n'est absolument pas encombrée de machineries, sa poupe parfaitement nette ne présente non plus aucune hélice.

    Sur ce site dont le fond est essentiellement sablonneux, la visibilité est très aléatoires, en plusieurs années de plongée, une seule fois celle ci a été correcte, mais alors quel spectacle...

    De  faible profondeur moins de 35m, les ferrailles de l'épave sont traversées par les rayons du soleil, la faune abondante qui y a trouvé logis est un festival.

    ****************************

    La pierre à Daniel

    Un caillou pointu en forme de croissant dont une des pointes descend allègrement vers les 63m, en pleine eau, difficile à trouver sans GPS ou sondeur, cette pierre est un de nos sites favoris, certainement celui sur lequel nous avons le plus plongé depuis..oh tant que ça? yes

    Ce jour là, malgré un très beau temps les effets de la tempête des jours derniers se font encore sentir, grosse houle, courants croisés, la m.... quoi !

    Le site de la pierre à Daniel (du nom de celui qui a trouvé cet endroit il y a déjà quelques années)  est souvent épargné par les courants violents qui sont l'apanage du sud de Riou, alors, ben...on y va !

    Courant Est-Ouest en surface et Ouest-Est au fond ...hummm pas de la rigolade, mais gérable.

    Par contre la visi semble parfaite comme souvent ici.

    plongées...San Do et pierre à Daniel

    les gorgones ondulent dans le courant, une belle rencontre n'y est pas rare, comme ce poisson lune il y a quelques temps

    plongées...San Do et pierre à Daniel

     

    Le résumé en un court clip vidéo de ces deux plongées

    plongées...San Do et pierre à Daniel


    3 commentaires
  •    

     

        La calanque du Contrebandier, face sud de Riou est une petite merveille de la Nature, du moins par son aspect sauvage.

    Ce samedi, après une nuit d'orages violents sur Marseille, qui nous laissait penser que nous aurions à annuler la plongée pour cause de mauvais temps, nous quittons quand même le quai de la Pointe Rouge, mais l'enthousiasme n'y est pas, la météo est inquiétante...on verra bien.

    Grosse houle, vent d'Est établi, à bord nous nous faisons copieusement arroser par les vagues de face qui se brisent sur la proue du bateau, mais bon, nous avons de la chance les rafales à 85km/h, prévues par la météo du bord de mer, ne sont pas là.

    Le seul bon abri lors de fort vent d'Est, pour pouvoir plonger sans laisser de surveillance à bord c'est ici, dans la calanque du Contrebandier, j'en ai déjà parlé ici, clic.

     

    Plongée - le tombant de la calanque du Contrebandier

     La mer est grise comme le ciel, nerveuse mais chaude, le sondeur du bateau me donne une eau à 22°C au large !

    ohAvec une Med' à cette température en ce début d'octobre, il n'est pas étonnant que les orages se succèdent.

    Mouillage  dans les règles en laissant du mou pour que Corail Noir puisse tourner sur sa corde sans trop forcer sur l'ancre et nous nous jetons à l'eau et descendons tout de suite vers le fond à plus de 40m au sable. Direction plein Est le long du tombant.

    Eau chaude et cristalline, comme pour une plongée aux Antilles dans la mer des Caraïbes

    Plongée - le tombant de

    gros Chapon

    Vie sous marine classique, sars en abondance, gros chapons, mostelles, murènes, saupes brouteuses d'algues, un mérou fugitivement aperçu, du déjà vu sans surprise mais bien agréable malgré tout.

    Plongée - le tombant de

    Mostelle

    Petit résumé en vidéo de cette plongée sympathique

     

    sarcasticclic sur le petit rectangle en bas à droite pour visionner en plein écran

     

    Les paliers de décompression des 6m puis des 3m seront fait dans la calanque puis en dernier lieu, sous le bateau en sécurité

    Plongée - le tombant de la calanque du Contrebandier

     

    Plongée - le tombant de la calanque du Contrebandier


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique