•  

     Voilà une balade faite il y a presque dix ans, remise au programme de ce jour d’août 2019 ce n'est pas la rando "du siècle" mais tout de même une jolie grimpette dans la partie la plus à l'est du Grand Luberon.

    Direction Pertuis, l'étang de la Bonde, la Motte d'Aigues puis par un dédale de toutes petites routes nous voilà arrivés au point de parking, à la Sarrière, la route continue mais en voie privée théoriquement interdite à la circulation.

    la voiture est garée sur un minuscule parking, juste après La Sarrière.

    Luberon, la source du Mirail

    Quelques centaines de mètres sur la voie goudronnée le long des vignes 

    Luberon, la source du Mirail

    Luberon, la source du Mirail

    puis nous arrivons à la prise d'eau du Mirail, appelée pompeusement la source, laquelle se situe nettement plus en amont, ici ce n'est que la sortie du canal de captage enterré.

    Luberon, la source du Mirail

     Il y a de l'eau dans le ruisseau le Riou, pas beaucoup mais juste assez pour donner un peu de fraîcheur, je me hisse sur la barreau inférieur de la grille pour ne pas rester les pieds dans l'eau, les Salomon 4D sont imperméables mais ne tentons pas le diable, marcher avec les pieds mouillés toute la journée n'est pas sain, même en été.

    Luberon, la source du Mirail

     le canal de captage, visiblement assez ancien

    Luberon, la source du Mirail

    la rando commence réellement ici, nous continuons le cheminement par le lit du Riou, parfois à sec, parfois humide...Cheminement hors balisage, même si par ci par là, apparaît un balisage rouge délavé, effacé et ancien.

    Notre objectif, rejoindre sur les crêtes du Grand Luberon, le GR9, puis le vallon de la Combe, la grimpette ne fait que commencer

    Luberon, la source du Mirail

    Nous quittons le lit du ruisseau pour une sente fortement pentue, sous les pins qui gémissent sous le soleil

    Luberon, la source du Mirail

     sur le côté, la ruine d'un jas, belle construction, probablement abandonnée suite au manque d'eau dans le Riou, comme souvent dans les collines.

    Luberon, la source du Mirail

     Luberon, la source du Mirail

     l'air surchauffé sent la résine de pins

    Luberon, la source du Mirail

    Nous arrivons sur une large piste qui, un peu plus loin se divise, coup d’œil sur la carte, nous prenons la branche de droite sur deux cents mètres 

    Luberon, la source du Mirail

    puis, sur la gauche,  une sente discrète qui va nous emmener sur les crêtes par une longue et forte pente, 

    Luberon, la source du Mirail

    sentier bien agréable malgré la pente, largement ombragé, heureusement car il fait assez chaud. 

    Luberon, la source du Mirail

    entre deux arbres, tout en bas, l'étang de la Bonde apparaît 

    Luberon, la source du Mirail 

    pas de balisage mais impossible de se tromper, il n'y a qu'un sentier 

    Luberon, la source du Mirail

     Luberon, la source du Mirail 

    en approche des crêtes, à un peu moins de 1000m d'altitude, l'étang de la Bonde tranche d'un beau bleu dans le vert de la campagne environnante

    Luberon, la source du Mirail 

    encore une effort et c'est le croisement avec le GR9-GR97

    Luberon, la source du Mirail

     Luberon, la source du Mirail

     Il est l'heure de la pause, nous quittons le sentier pour chercher un endroit ombragé et offrant une belle vue

    Luberon, la source du Mirail

     à nos pieds, l'étang de la Bonde, lieu de baignade des vacanciers et le village de la Motte d'Aigues

    Luberon, la source du Mirail

    petit cheminement en crête avant d'arriver au vallon de la Combe, nous prenons la piste la plus à droite, fortement pentue en descente, mais plus courte que l'autre qui fait un grand détour 

    Luberon, la source du Mirail

     pour arriver à une belle ruine, la Bastide du Bois

    Luberon, la source du Mirail

     Luberon, la source du Mirail

     envahie de ronces et de végétation, ce fut, en son temps un très belle propriété

    Luberon, la source du Mirail

    admirons les voûtes en pierre,  en forme de croisée d'ogive, comme dans les grandes abbayes et cathédrales

    Luberon, la source du Mirail

     Luberon, la source du Mirail

     dehors, sous un soleil de plomb, un amandier nous offre quelques belles amandes douces

    Luberon, la source du Mirail

     un régal...abandonné hélas, c'est pitié de voir de si belles offrandes de la nature laissées à l'abandon (pas par nous qui en faisons une grande provision)

    Luberon, la source du Mirail

    un sentier bien caché dans le talweg qui jouxte la piste nous permet de rejoindre le cheminement de retour 

    Luberon, la source du Mirail

     il arrive sur la piste du vallon de la Combe que nous suivons jusqu'au parking. 

    Luberon, la source du Mirail

    Jolie balade dans le Grand Luberon, environ 12km pour 600m de dénivelé en seul coup !

    Luberon, la source du Mirail

     

     


    1 commentaire
  •  

     Au départ du charmant village perché de Rabou, notre objectif est d'aller jusqu'à la chapelle des Crottes, dans la forêt des Donnes.

    Une balade musclée, en boucle, qui va nous faire passer par des sentiers en balcon, de chaque côté du petit Buëch.

    La voiture est garée sur le parking à la sortie de Rabou, juste au départ du superbe sentier des Bans.

    Nous laissons la piste qui grimpe (fort) au puy de Rabou, au profit du GR 93 qui se faufile en corniche tout contre les falaises du sentier des Bans. La sente est bordée de lavande odorante et fleurie. 

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Le sentier des bans est vertigineux, taillé à flanc de falaise, le petit Buëch coule quelques eaux d'été tout en bas

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Dans le Vé des gorges, le pic de Bure à gauche, et le col de Rabou sont dans les nuages bas.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    au petit col, le sentier passe sous la roche

    Devoluy, la chapelle de la Crotte 

    c'est le sentier que prenait le facteur qui livrait, au XIXème siècle, le courrier aux villages et hameaux de la vallée du petit Buëch, jusqu'à Chaudun.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    après le petit col, la sente dégringole dans les gorges par de nombreux lacets

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Un passage délicat, parmi d'autres, la traversée du pierrier très instable

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    où le "planté" de bâton n'est pas inutile

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    puis, délaissant le sentier qui file vers Chaudun, nous traversons le petit Buëch

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    pour remonter le pré de Charnier en suivant les balises qui mènent à la chapelle des Crottes

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    en face, les superbes aiguilles de Luvie...Luvie, un autre hameau abandonné.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    rude grimpette pour arriver au hameau des Berthaud

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    dont les ruines sont peu à peu digérées par la végétation, le chemin creux qui y mène est maintenant envahi de ronces et arbustes

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    la superbe hêtraie commence , les hêtres tortueux à souhait, des Faux, semblent des silhouettes maléfiques.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    traversée du torrent des Crottes et remontée rude sur le coteau, la chapelle n'est plus très loin

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    l'association qui restaure la chapelle y effectue un travail de Titan, de nombreuses fouilles ont mis à jour les anciens bâtiments de la  Chartreuse de Berthaud.

    Tout autour, l'Association  Histoire et Archéologie de la Chartreuse de Bertaud (AHACB) effectue des fouilles sur ce site. et a commencé à redéfinir les contours de ce qu'était la Chartreuse, vois leur site internet ici : https://bertaud.hypotheses.org

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte 

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    les hêtres difformes sont impressionnants, mais accueillants, ne pas se fer aux apparences.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Nous filons désormais vers le sentier jaune de Moissière, le départ se perd dans la hêtraie depuis l'effondrement du sentier, mais rapidement, nous le retrouvons.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Une superbe Carline à feuilles d'acanthe luit comme un soleil

    Bientôt nous retrouvons "notre" clairière sous les mélèzes, pour la pause pique-nique.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    la sente sous les mélèzes et les hêtres est variée, avec, comme ici, parfois une rencontre étonnante.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Nous retrouvons les vestiges du téléphérique transportant les troncs de la forêt jusque vers la Roche des Arnauds.

    Ce système de téléphérique, importé par les Bergamasques, avait notamment servi de 1932 à 1952 pour vidanger 12 000 m³ de bois de la forêt de Loubet, à partir de 1 230 m, en passant par le col des Roux à 1860 m d'altitude jusqu'à la scierie de La Roche-des-Arnauds située dans la vallée du Petit Buëch (930 m). Au total, le téléphérique a vu passer 30000 m³ de bois avec en plus 3000 m³ de la forêt de Lescout sur Rabou, 15000 m³ de la forêt domaniale de Chapitre-sur-Chaudun. 

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    la suite du cheminement est accidentée, de nombreux passages en bordure du vide, de nombreux ressauts annoncent que, bientôt nous allons arriver à Moissière.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    un grand écart est demandé pour franchir ce ressaut assez aérien

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Descente dans la forêt où le sentier passe tout près du gite de Moissière, traversée du petit Buëch par le pont romain. maintenant, remontée (environ 140m de dénivelé) vers Rabou par le Serre. Fin de superbe rando.

    Devoluy, la chapelle de la Crotte

    Environ 12km500 pour un cumul de dénivelé de plus de 700m.

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique