• Dimanche 15 décembre c'est le jour de la balade mensuelle de l'Association des Amis de l'Huveaune. Aujourd'hui, au programme, une balade d'environ 9 km au pied du massif de la Sainte Victoire pour visiter les deux barrages par une large boucle facile.

    - Le barrage de Bimont actuellement en service après quelques mois d'entretien.

    - Le barrage Zola, plus en aval sur la Cause, maintenu en service par mesure de précaution, mais n'ayant plus aucun rôle dans la distribution de l'eau sur Aix et Marseille.

    Rendez-vous sur le parking du barrage de Bimont, tout le monde se prépare, deux "retardataires" nous rejoindront en cours de promenade.

    Nous serons donc 17, dont deux enfants, pour cette dernière balade de l'année 2019. Le temps est superbe, l'ambiance excellente comme toujours avec les AH, ce sera une belle journée, à n'en pas douter.

    Les deux barrages

    Top du départ nous filons vers le barrage de Bimont, appelé aussi barrage Rigaud, du nom de son constructeur

    Les deux barrages  

    premier arrêt assez long pour donner quelques explications sur ce type de barrage voûte qui sert uniquement de réserve d'eau pour alimenter la région aixoise et une partie de Marseille, ce n'est donc pas un barrage hydro-électrique, même si une mini centrale y produit un peu d'électricité.

    Les deux barrages

    en amont le lac de retenue des eaux venues du Verdon, par un canal souterrain et de la Cause, rivière située sur le flanc nord de la Sainte-Victoire

    Les deux barrages

    le côté aval avec le contre-barrage répartiteur des eaux entre Aix et Marseille, en aval de ce contre-barrage, le ravin de la Cause, affluent de l'Arc.

    Les deux barrages  

    nous ne circulerons que sur des pistes, avec de nombreux arrêts explicatifs quant aux environs

    Les deux barrages

    Les deux barrages

    Les deux barrages

    sur la crête qui surplombe Le Tholonet sur notre gauche, nous pouvons commencer à voir, sur la droite, quelques branches du lac Zola

    Les deux barrages

    nous en profitons pour faire une pause plus longue, sur un promontoire rocheux offrant une belle vue sur le lac, et la Sainte-Victoire en fond

    Les deux barrages

    les deux jeunes en profitent pour sortir les tablettes...

    Les deux barrages

    au détour d'un lacet, en bas, la maison des gardes dans son écrin de verdure, c'est là que nous ferons notre pause de midi

    Les deux barrages

    mais tout d'abord, visite du barrage Zola, construit par François Zola, le père de l'écrivain. Fin d'achèvement en 1847, nous pouvons encore apercevoir quelques aménagements qui servaient à diriger l'eau sur la région aixoise. Ce barrage a été décidé par la municipalité d'Aix pour essayer d'éradiquer les épidémies de choléra dont celle qui a inspiré Giono dans "le hussard sur le toit".

    Les deux barrages

    en face, une belle cascade s'écoule dans la Cause, c'est la surverse du barrage dont les eaux sont maintenues à un niveau bas, afin de ne pas le fragiliser

    Les deux barrages

    le lac et en fond le massif de Sainte-Victoire

    Les deux barrages

    un canal et ses martelières pour distribuer l'eau, 

    Les deux barrages

    ici, les vestiges d'un broyeur à chaux, dont il ne reste plus que la meule dormante. la chaux ayant été utilisée dans la construction du barrage.

    Les deux barrages

    Les deux barrages

    nous arrivons à la maison des gardes

    Les deux barrages

    la petite source coule toujours son mince filet d'eau qui trace imperturbablement son sillon dans le tuf

    Les deux barrages

    les tables de pique nique, (en marbre svp !) ne seront pas utilisables, tout est largement mouillé d'humidité ambiante sous les platanes

    Les deux barrages  

    nous nous réfugions vers un coteau sec et exposé au soleil...qui nous sera jalousé (gentiment) par d'autres randonneurs ayant la même idée que nous.

    Les deux barrages

    premier arrivé, premier servi !

    Les deux barrages

    nous revenons ensuite vers le parking en suivant le large sentier qui remonte vers l'amont, sur l'autre rive, en point de mire la Sainte-Victoire qui commence à accrocher quelques nuages bas

    Les deux barrages

    ici, sur le côté, un four à chaux artisanal...à l'ancienne

    Les deux barrages

    Les deux barrages

    Les deux barrages

    retour vers le parking, les jeunes enfants pressent le pas, impatients de regarder leur film à la télé, papa l'a promis !

    Mais félicitations, ils ont été bons marcheurs et agréables.

    "quand est-ce qu'on arrive !!!"

    Les deux barrages  

    Une bien belle journée, marque de fabrique des randonneurs des Amis de l'Huveaune.

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    4 commentaires
  •  

     En plein cœur du plateau du Siou Blanc, il y a cette ancienne propriété pas vraiment abandonnée, mais pas non plus très bien entretenue, il n'empêche que c'est un très bel endroit pour un pique nique lors d'une petite rando.

    Ce sera notre but aujourd'hui, en ce beau dimanche ensoleillé de décembre.

    Nous garons la voiture sur la route qui traverse le plateau, sur le mini parking qui se trouve au niveau du célèbre "Abîme des Morts" et nous prenons rapidement le tracé dit "de la sente de l'éléphant", l'éléphant de pierre bien entendu, ce rocher troué si remarquable. Le cheminement est boueux, vestiges des grosses pluies de ces derniers jours dans le Var.

    Siou Blanc, la Barralière

    Nous passons devant le four à cade bien caché, mais en ruines, qui, par le plus grand des hasards est celui qui sera construit par mon personnage Joseph l'enguentié, dans mon roman "La fille de la Sainte Baume".

    Siou Blanc, la Barralière

    puis, sortant du couvert des yeuses, nous arrivons à l'éléphant de pierre, le rocher troué "roucas trauca"

    Siou Blanc, la Barralière

    revenant sur nos sur quelques mètres nous filons sur le sentier qui passe devant l'aven de la Tête de Mort", un autre des innombrables gouffres et avens qui percent le plateau du Siou Blanc.

    De la Tête de Mort, c'est le nom que nous lui avons donné, vu que tout à côté, une pierre l'évoque bien.

    Siou Blanc, la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

    la Tête de Mort

    Quittant le sentier nous continuons par un jeu de larges pistes faciles, en direction de notre but.

    Au niveau du Puits Neuf (pas trouvé) la carcasse de 4L gît toujours sur le dos depuis des années

    Siou Blanc, la Barralière

    puis, un sentier forestier nous emmène vers la vallon où se trouve la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

    qui apparaît entre les arbres, inondée de soleil

    Siou Blanc, la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

     et nous y voilà, les alentours sont calmes, il fait un temps superbe de fin d'automne, la pause sera longue 

    Siou Blanc, la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

    un petit détour pour aller vérifier si le puits est en eau...il est au maxi de son niveau, ce qui est bien normal en cette saison.

    Siou Blanc, la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

    Revenons vers la bâtisse, pour la pause de midi

    Siou Blanc, la Barralière

    une belle restanque rocheuse nous tend ses roches nues et froides, mais face au soleil, ici on sera bien, juste devant les figuiers de barbarie

    Siou Blanc, la Barralière

    Qu'il est difficile de repartir !

    Siou Blanc, la Barralière

    nous passons devant le four à cade de la Barralière, un peu à l'écart, en assez bon état bien que la jarre soit écroulée

    Siou Blanc, la Barralière

    puis le sentier remonte vers notre point de départ, nous suivons un ruisseau à sec d'eau, mais pas à sec de gros cailloux inconfortables, par ci par là, un arbre mort est à éviter

    Siou Blanc, la Barralière

    le sentier remonte régulièrement, alternant cailloux, terre et lapiaz

    Siou Blanc, la Barralière

    passe à proximité du Puits du Poirier, lui aussi bien en eau, il déborde largement

    Siou Blanc, la Barralière

    la restanque est encore en bon état, mais les ruines indiquées sur la carte, n'y sont plus, digérées par la végétation qui a repris ses droits

    Siou Blanc, la Barralière

    Siou Blanc, la Barralière

     

    la sente remonte vers l'Abîme des Morts, fin de rando agréable.

    Siou Blanc, la Barralière

     

    Ceci n'est qu'un reportage, l’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112


    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique