• Marcouline, le Baou Redon

     Une balade sur les hauteurs de Cassis et Roquefort la Bédoule au départ du chemin des Bérard sur la D1 à la sortie de Cassis. La difficulté majeure étant de garer la voiture, il y a largement la place de garer plusieurs véhicules sur la bas-côté de la D1 mais...les panneaux de stationnement interdit plantés tous les 20m incitent à aller se garer sur les parkings payants de la ville.

    Sur le chemin des Bérard, la piste forestière des Rompides s'ouvre sur la gauche, petite montée pour rejoindre le plateau largement arboré qui surplombe la D1 et nous voilà dans une belle forêt.

    Marcouline, le Baou Redon

    Premier vestige du passé rencontré, une énigmatique tour encore bien conservée mais dont l'usage reste un mystère, après "enquête" il semblerait que ce soit un agachon pour le tir à la volée des chasseurs aux siècles passés. J'en verrai deux autres, nettement plus ruinées,  un peu plus loin sur la crête, formant comme une barrière de feu.

    Marcouline, le Baou Redon

    entrée par une porte au r.d.c. puis montée au 1er étage par un escalier en colimaçon le long du mur intérieur circulaire, là, sortie par une porte et passage au second étage par un escalier extérieur à rambarde métallique encore bien visible. Étonnante construction. Il est probable que l'escalier soit extérieur pour laisser plus de place utilisable au dernier étage. 

    Marcouline, le Baou Redon

    plus loin, entre les arbres apparaît le mont Gibaou, où je vais aller un peu plus tard. 

    vestiges des tours ruinées déjà citées, un four à chaux et autres cabanes de pierres

    Marcouline, le Baou Redon

    descente raide dans un vallon où la végétation est luxuriante, visiblement ici il y a de l'eau. 

    Marcouline, le Baou Redon

    effectivement je passe devant une petite station de pompage, le sentier est inondé. Arrivée au tunnel des Janots qui passe sous la voie ferrée 

    Marcouline, le Baou Redon

    je file ensuite directement vers la grotte des Janots, entrée réduite mais bien visible. 

    Marcouline, le Baou Redon

    une fois passée l'entrée, la station debout est possible, des racines percent le plafond

    Marcouline, le Baou Redon

    un premier étranglement où il faut passer à 4 pattes 

    Marcouline, le Baou Redon

    puis un second passage plus bas encore, et le bruit de l'eau perce le silence des lieux, une pluie tombe du plafond haut perché de cette belle salle assez haute et remplit une jolie vasque 

    Marcouline, le Baou Redon

    le boyau continue à s'enfoncer sous terre, j'ai parcouru au moins 50m, mais ici tout est boueux et glissant, je ne vais pas plus loin pour ce coup-ci. 

    Marcouline, le Baou Redon

    l'eau dans la vasque de calcaire, les points blancs sont les gouttes qui tombent du plafond 

    Marcouline, le Baou Redon

     retour vers la petite chatière où j'ai laissé mon sac par commodité

    Marcouline, le Baou Redon

    je me dirige vers la sortie quand un grondement se fait entendre, la grotte file en direction de la voie ferrée, un train vient de passer juste au dessus.

    Marcouline, le Baou Redon

    sortie dans la doline qui marque l'entrée de la grotte 

    Marcouline, le Baou Redon

    Au moment où un autre train passe à proximité. 

    Marcouline, le Baou Redon

    je file maintenant dans le bois de Marcouline, direction le Baou Redon  ( le sommet rond, en provençal-marseillais )

    Marcouline, le Baou Redon

    belle montée dans un étroit sentier puis prise d'une piste plus large, sur le côté, un beau four à chaux apparaît dans une grande clairière

    Marcouline, le Baou Redon

    très bien conservé, il s'agit d'une belle construction du temps où les blocs de calcaire étaient fortement chauffés pour obtenir de la chaux vive. 

    Marcouline, le Baou Redon

    plus loin, un autre four à chaux, nettement moins bien conservé, il est toutefois encore bien reconnaissable 

    Marcouline, le Baou Redon

    cachée sous les feuillages, la source de la Ratataigne, hélas déjà à sec pas encore sortis de l'hiver

    Marcouline, le Baou Redon

    la large piste continue sa grimpette de plus en plus  en plus rude

    Marcouline, le Baou Redon

    les ruines de la bergerie de Peira Talhada mangée par une végétation envahissante

    Marcouline, le Baou Redon

     je quitte la piste pour une sente étroite qui va m'emmener sous le Baou Redon côté nord, 

    Marcouline, le Baou Redon

    puis par une sente ultra raide et glissante à souhait, j' arrive au pied d'un ressaut qui une fois escaladé, me fait arriver au sommet du Baou .

    Marcouline, le Baou Redon

     large amas de pierres, par endroits apparaissent encore des vestiges de murs, ancien oppidum ? Probablement car ce sommet s'y prête bien. 

    Marcouline, le Baou Redon

    Tout en bas, Roquefort la Bédoule, au loin Carnoux 

    Marcouline, le Baou Redon

     côté sud, la "Couronne de Charlemagne, le baou de la Saope et les falaises de Soubeyranes" sont masqués par  une épaisse brume de mer

    Marcouline, le Baou Redon

    Je trouve (rien sur les cartes) un sentier qui après plusieurs bifurcations, me dirige vers le sommet du Mont Gibaou, légèrement plus bas que le Baou Redon 

    Marcouline, le Baou Redon

     le sommet du Gibaou avec sa borne géodésique et une stèle...

    Marcouline, le Baou Redon

     en bas, sur la gauche la carrière de granulats du vallon de l'Escargot 

    Marcouline, le Baou Redon

     un sentier descend vers le pont de la voie ferrée aux Janots, longue descente ultra raide par endroits, deux cordes ont même été posées pour faciliter la descente et/ou la montée

    Marcouline, le Baou Redon

    Marcouline, le Baou Redon

     après le pont, je suis un sentier qui longe la canalisation semi enterrée d’adduction d'eau qui démarre de la station de pompage vue à l'aller 

    Marcouline, le Baou Redon

     Marcouline, le Baou Redon

     puis tout au bout, un sentier me ramène sous la tour vue au départ

    Marcouline, le Baou Redon

    retour sur le plateau des Rompides, la couronne de Charlemagne est enfin dégagée de sa couverture brumeuse 

    Marcouline, le Baou Redon

    mais pas les falaises de Soubeyranes qui restent obstinément grises 

    Marcouline, le Baou Redon

    Fin de rando d'environ 11km pour un cumul de dénivelé de 400m

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Nettoyage du vieil aqueduc de Léon BancalCalanque de Podestat »

  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Février à 17:29

    Une bien belle rando que tu as faite là, et ... pas trop périlleuse comme celles que tu fais souvent ! Bisous l'ami et bonne fin de journée.

    2
    LORIDON
    Mercredi 27 Février à 07:10

    Belle ballade et belle journée dont nous avons profité hier avec ma femme à Janas.

    3
    grafignette
    Jeudi 28 Février à 10:30

    bonjour le sentier montant que tu as pris apres la grotte des janots on l appelle le sentier Casimir car mon club de vtt l a degage le 4 mars jours de sa fete . Il y a un semblant de sentier au pied du gibaou  il faut franchir un petit col situe juste apres le sentier qui monte au gibaou versant de l ubac qui passe devant la grotte de la fee estello (grotte choisit pour faire reference a Calendal ) la sente est flechen en bleu clair . en direction de cassis on arrive a un carrefour a gauche on se rapproche de la falaise et il y a une corde on monte et on arrive au sommet pres du mont gibaou a bientot

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :