• La grotte du Tonneau et les Oppida de la plaine de Beaumont

     

     Une balade dans la jolie forêt de pins de la plaine de Beaumont, juste sur les hauteurs de La Bouilladisse à la sortie de Marseille.

    La voiture est garée sur la D908 à proximité du départ d'une piste DFCI. Nous sommes en plein cœur du territoire des chasseurs du village de Belcodène.

    La grotte du Tonneau

    Nos filons sur cette large piste confortable, des panneaux sont installés par un berger, ils signalent la présence d'un troupeau et de ses Patous.

    A la hauteur de la citerne, les moutons sont là, le berger aussi, mais point de Patou, dommage car se sont de superbes gardiens toujours beaux à voir, mais tant mieux pour la tranquillité de la balade. 

    La grotte du Tonneau

     La grotte du Tonneau

    Nous filons vers l'ouest par un jeu de pistes qui peut, par repérage sur la carte, proposer de multiples cheminements. 

    La grotte du Tonneau

     La grotte du Tonneau

    la grotte du Tonneau est située à l'extrémité du vallon du Tonneau, en bordure de falaise 

    La grotte du Tonneau

     Nous avons bifurqué vers le sud, et bientôt nous arrivons sur l'extrémité de la plaine, là où la falaise abrupte surplombe le quartier des Gorguettes de La Bouilladisse

    La grotte du Tonneau

    une sente étroite et discrète se faufile dans la végétation  et descend en zigzaguant vers la grotte qui domine les maisons en contrebas. 

    La grotte du Tonneau

    direction l'est maintenant sur une bordure rocheuse en balcon 

    La grotte du Tonneau

    La grotte du Tonneau

    Sur son promontoire, la grotte est là... 

    La grotte du Tonneau

    Nous sommes un peu trop bas, il faut remonter sur le balcon supérieur, pourquoi faire facile quand on peut passer par un passage plus aérien...c'est ce que nous faisons. 

    La grotte du Tonneau

    Devant l'entrée, nous enlevons les sacs, mettons les frontales et allons visiter cette cavité fort connue, les tags, lèpre de notre société, le prouvent s'il le faut. 

    La grotte du Tonneau

    la marche est un peu haute pour entrer mais, deux petites encoches aident bien. 

    La grotte du Tonneau

     le boyau devient plus étroit, s'enfonce d'une vingtaine de mètres, le cheminement se fait debout mais en équilibre, car le sol est creusé de nombreux trous profonds, les graffitis obscènes abondent.

    La grotte du Tonneau

     Tout au bout du boyau, danger, s'ouvre un aven vertical et profond, stop, nous n'allons pas plus loin.

    La grotte du Tonneau

     Retour vers la lumière du jour

    La grotte du Tonneau

    et l'ouverture ovoïde qui s'ouvre sur le village de La Bouilladisse 

    La grotte du Tonneau

    Un vent violent souffle sur cette étroite corniche, nous récupérons sacs et bâtons de marche et reprenons le chemin de la remontée sur le plateau 

    La grotte du Tonneau

    la vue est bouchée par un ciel gris et bas, mais par temps clair ce doit être un beau panorama 

    La grotte du Tonneau

     Notre objectif est maintenant un bel oppidum qui se situe sur le rebord de la falaise, plus à l'est, de l'autre côté du vallon du Tonneau, nous faisons un large détour pour rester à cheminer sur une piste facile

    La grotte du Tonneau

    L'oppidum est là, énorme rempart de pierres qui abritait probablement une cité Ligure, nombreux sont les oppidas sur le pourtour de Marseille.

    Sur le continent et tout particulièrement en Gaule, certains oppida ont pu être considérés comme les premières formes de " villes ", ou comme des " centres proto-urbains " de l'Europe barbare, ce qui a donné lieu à la dénomination de " civilisation des oppida " pour désigner la réalité socio-économique qui prédominait à la veille de la guerre des Gaules. Les difficultés d'interprétation sur la question sont nombreuses : on ne connaît des infrastructures du réseau des oppida que ce que l'archéologie nous laisse entrevoir. Aussi, les avis des archéologues divergent quant à l'importance exacte que ces lieux pouvaient avoir dans la civilisation celtique, et en particulier dans la civilisation gauloise à la veille de la conquête romaine.

    La grotte du Tonneau

     au loin la tête dans les nuages , le mont Ratier, le mont Julien, le Grand Puech...

    La grotte du Tonneau

    Après une courte pause du médio sous la grisaille, nous filons en restant parallèle à la falaise, plein est, vers la Pointe de l'Agache où se trouve un autre oppidum

    La grotte du Tonneau

     regard vers l'arrière, l'oppidum que nous venons de quitter est vraiment immense et barre le bout du plateau de toute sa masse de pierres.

    La grotte du Tonneau

     un sentier agréable est parallèle à la piste, c'est par là que nous passons

    La grotte du Tonneau

     nous sommes au belvédère du Rocher de la Nuit, un abri nous protège d'un soleil puissant qui est...absent aujourd'hui.

    La grotte du Tonneau

     La grotte du Tonneau

     La grotte du Tonneau

    sur notre gauche, en bordure d'un rocher, une croix domine le hameau du Pigeonnier. 

    La grotte du Tonneau

    à la pointe de l'Agache, le second oppidum est là, visiblement moins grand que le précédent (ou est-ce sa suite ?)  il est enfoui dans la végétation et son accès est difficile. Nous ne sommes pas pressés par le temps, mais la pluie est imminente, nous commençons notre retour.

    La grotte du Tonneau

    Au détour du sentier étroit, nous arrivons dans une jolie clairière où les buissons taillés avec art, arborent un poste de chasse bâti en dur. 

    La grotte du Tonneau

    étonnant contraste d'un poste de chasse et de ce jardin si bien aménagé...en pleine campagne. 

    La grotte du Tonneau

     

    Le beau gibier que voilà !

     La grotte du Tonneau

     une piste large et peu pentue nous ramène à l'endroit où est garée la voiture.

    La grotte du Tonneau

    Fin de charmante et facile balade de 9km pour tout juste 200m de dénivelé. 

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

     

    « Var, l'apié des SambalettesPierres sèches et fours à cade »

  • Commentaires

    1
    LORIDON
    Mercredi 13 Février à 09:29

    Spéléologie, archéologie, rien ne peut vous être refusé !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Caty
    Mercredi 13 Février à 16:44
    Dommage que vous mettez plus les traces de vos randonnées
    Amitié
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :