• Calanques, le cap Morgiou

     

     

         Pour cette balade sous un ciel largement plombé, mais sans pluie annoncée, c'est dans les calanques que nous sommes retournés.

    Les calanques en hiver...ce n'est que du bonheur.

    Après avoir traversé la zone dévastée par l'incendie de cet été au col de la Gineste, nous prenons le départ de cette petite rando tout au bout du complexe des facultés de Luminy. 

     Direction la crête des Escampons qui va nous emmener au col de Morgiou par le GR.

    Calanques, le cap Morgiou

     Sur la crête, superbe vue sur les calanques de Sugiton et Morgiou, au loin, à l'horizon, une trouée dans les nuages fait luire la mer.

    Calanques, le cap Morgiou

    Le GR quitte la crête pour descendre en balcon au dessus du vallon de Morgiou, offrant un bel abri au petit Mistral éventuel et un cheminement fort sympathique.

    Calanques, le cap Morgiou

    Le sentier est bordé de bruyères odorantes et colorées, de massifs de romarin et autres végétations propres aux calanques, peu d'arbres, mais que du beau qui sent bon la garrigue.

    Calanques, le cap Morgiou

     Passé le col de Morgiou, nous remontons en face en direction du bau Rond, laissant à droite le sentier qui descend sur Sormiou.

    Calanques, le cap Morgiou

    Puis c'est le cheminement sur le long sentier bleu qui file en crêtes, entre Morgiou à gauche et Sormiou à droite 

    Calanques, le cap Morgiou

    Calanques, le cap Morgiou

     au belvédère, la calanque de Sormiou apparaît, avec ses eaux limpides et turquoise dès que  les fonds sont sablonneux, plus au large, l'île de Riou semble un immense vaisseau au mouillage. 

    Calanques, le cap Morgiou

    Sur la gauche, la Candelle et son petit Candelon nous font penser que ça fait "un certain temps" que nous ne sommes pas allés grimper dans ce  beau couloir.

    Calanques, le cap Morgiou

     la sente alterne parfois côté nord, parfois côté sud, offrant un panorama varié mais toujours exceptionnel. 

    Calanques, le cap Morgiou

     Puis, enfin, c'est l'arrivée au bout des crêtes, il nous faut maintenant descendre par un sentier très raide et caillouteux vers le col du Renard, environ 90m plus bas.

    Calanques, le cap Morgiou

     avant de pouvoir filer sur le cap Morgiou, notre but.

    Calanques, le cap Morgiou

    descente délicate, la pente est vraiment rude. 

    Calanques, le cap Morgiou

    Au col du Renard, nous filons vers les vestiges du fort qui abritait une garnison sous Napoléon.

    Calanques, le cap Morgiou

    Calanques, le cap Morgiou

     Tout au bout du cap, plein sud, s'ouvre la calanque de la Triperie devenue célèbre depuis que l'exceptionnelle grotte Cosquer y a été découverte, plusieurs dizaines de mètres sous le niveau de la mer. 

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

    Calanques, le cap Morgiou

    Nous filons "au bout du monde", à l'extrémité du cap, quelques 20/30m au dessus de la mer, face aux îles et au large.

    Calanques, le cap Morgiou

      Après une pause pique nique sous couvert de la végétation de pins courbés bas par le vent, nous faisons le tour du cap et des fortifications.

    Calanques, le cap Morgiou

    avec un arrêt à "St Pierre" le seul endroit où, sur le cap, il est possible de se mettre à  l'eau, quoique cette affirmation me laisse un peu incrédule vu comme ça se présente ! 

    Calanques, le cap Morgiou

     Se mettre à l'eau par un petit plongeon, je veux bien, mais pour remonter, il est préférable d'avoir une mer super calme, genre "bonasse pourrie".

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

    Passage au niveau des fondations du "corps de garde" et retour au col du Renard  en revenant sur nos pas et les remparts.

    Calanques, le cap Morgiou

    Descente vers la calanque par le sentier noir et arrivée face à Morgiou et ses légendaires cabanons.

    Calanques, le cap Morgiou

     Le sentier frôle le bord de mer et nous mettons pieds à terre sur le quai Babalo au milieu des bateaux de pêche.

    Calanques, le cap Morgiou

     Changement de rive pour remonter en face par les escaliers "Louis XIII" .

    L'escalier de sa majesté Louis XIII

    Quelques marches taillées dans la pierre mais quelques marches qui ont une histoire.

    Pensez donc,  cet escalier a été creusé pour que sa majesté Louis XIII puisse aller à la pêche. C'était le 9 novembre 1622 !

    Une madrague était organisée, les thons, piégés dans de grands filets, des seinches, étaient ensuite harponnés par le trident en vermeil de sa majesté. Chaque prise était saluée par les applaudissements enthousiastes d'une foule perchée sur les rochers et venue tout spécialement des quatre coins de la région.

    Le Roi, cette nuit là , alla dormir au château de Mazargues.

    Calanques, le cap Morgiou

    puis, rapidement, nous changeons de direction pour filer le long des falaises par le sentier pointillé jaune, afin de remonter vers la crête des Escampons. 

    Calanques, le cap Morgiou

    Un bon ressaut est à passer, une chaîne aide éventuellement et sécurise le passage. 

    Calanques, le cap Morgiou

     Calanques, le cap Morgiou

     Très vite nous reprenons de la hauteur, la calanque semble maintenant bien loin, tout en bas.

    Calanques, le cap Morgiou

     Une fois sur le plateau, nous revenons au parking par la large piste de Luminy.

    Calanques, le cap Morgiou

    Une balade calanquaise de 13km500 pour un cumul de dénivelé d'environ 520m.

    Calanques, le cap Morgiou

     

    L’éditeur, l’auteur ou le diffuseur ne sauraient être tenus pour responsables dans

    l’hypothèse d’un accident sur cet itinéraire, et ce, quelles qu’en soient les causes.

     Pour les secours composer le 112

    « Notre crèche traditionnelle 2016Calanques, l'anse de l'Escu »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 14 Décembre 2016 à 15:46

    Mer et montagne une belle balade

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Gaby
    Vendredi 16 Décembre 2016 à 06:44
    Bonjour, toujours admirative et inspirée par votre blog dimanche prévu au menu la grande candelle le pas de l oeil de verre et la cheminée du diable et j ai un peu des " doutes " depuis 3 ans sommes aguerris à l exercice Vidal,estruch trace rouge noir vert ste victoire, marmite garlaban ,escalade tour Cauvin, roque forcades,calanques pas de la mounine pas du pin etc mais là c est dur comment ??? Bonne journée Gaby la caguette
      • Vendredi 16 Décembre 2016 à 09:34

        Bonjour Gaby

        Par rapport à tout ce qui est cité, c'est dur"moyen", du même gabarit;

        sauf que...le sentier rouge qui amène à la calanque st Jean de Dieu (calanque de l'oeil de verre) est très dangereux, il a été débalisé sur une grande partie suite aux nombreux éboulements.

        Il y a un passage, juste avant d 'arriver à la calanque, où le sentier n'y est plus il faut enjamber un trou qui laisse apercevoir le vide en bas.

        Bon, dire que ce n'est pas faisable serait exagéré, mais je voulais vous avertir de la dangerosité nouvelle de cette portion de sentier, qui est "en principe" devenu interdit.

        Donc si vous y allez tout de même c'est en toute connaissance de cause et surtout pas en groupe.

        http://sentiers13.esy.es/RIAS.htm

        ci joint le lien de la FFRP concernant les modifications de sentiers, (faire défiler le diaporama jusqu'à "calanque oeil de verre").

        belle rando

        jluc

    3
    Gaby
    Vendredi 16 Décembre 2016 à 09:41
    Bonjour je ne sais pas si mon message est parti ?? Voilà tout d abord le témoignage de notre admiration pour votre blog qui est une source permanente d inspiration. Depuis 3 ans maintenant nous nous sommes "aguerris" estruch,Vidal,garagaï,marmites ,3000 dans les Pyrénées bref dimanche nous voulons faire le pas de l oeil de verre ,et la cheminée du diable et j ai peur de ne pas passer ??? C est difficile comment ??? Et RN écrivant la question je me rends bien compte de la difficulté de la réponse merci Gaby
      • Vendredi 16 Décembre 2016 à 09:50

        non la question était claire et je viens d'y répondre.

        mais comme les commentaires laissés sur le blog sont "filtrés", votre question n'a pas apparu tant que je n'y avais pas répondu.

        jluc

         

      • Vendredi 16 Décembre 2016 à 09:56

        difficultés :

        la chaine du pas de l'oeil de verre : aucune pour quelqu'un qui est déjà passé sur Estruch

        cheminée du Diable: longue remontée dans le val vierge souvent épuisante surtout quand il fait chaud, ensuite la cheminée ne présente pas de grosse difficulté, mais il faut bien regarder le passage avec les balises (ou les marques du débalisage) avant de s'y engager pour ne pas se retrouver n'importe où.

        (passage sur la gauche du pin qui s'y trouve) 

        jluc

    4
    Gaby
    Vendredi 16 Décembre 2016 à 09:49
    Grand merci pour votre réponse , on va chercher un autre itinéraire car nous serons 8 ,et je vous fait confiance car vous merci bcp et je m aperçoit sue le premier mess était bien parti ,DSL ,peut-être ferons nous le cap morgiou !!! Le sentier pas inférieur de la mounine est lui aussi débaliseé ,nous y sommes passés prudemment mais à deux merci encore
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :